Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Ebola : 30 morts depuis la déclaration de l’épidémie en Province Orientale

com

Crée le 14-09-2012-11h20 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le vendredi 14-09-2012 -11h15 PAR : ARTV-NEWS

Ministre de la Santé publique, M. Félix KABANGE NUMBI MUKWAMPA. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Soixante-neuf cas du virus Ebola, dont trente morts, ont été enregistrés depuis la déclaration de l’épidémie au mois d’août dernier en Province Orientale, a déclaré jeudi 13 septembre le ministre congolais de la Santé, Félix Kabange Numbi. Vingt huit cas dont quatorze décès avaient été répertoriés au 3 septembre. Selon la même source, plus de la moitié de cas sont survenus avant la déclaration officielle de l’épidémie. 

« Après compilation et analyse des données prospectives et rétrospectives, à ce jour, le Comité international de coordination technique et scientifique de lutte estime que l’épidémie aurait commencé au mois de mai 2012. Et à ce jour, 69 cas ont été enregistrés y compris le personnel de santé. Plus de la moitié de cas sont survenus avant la déclaration officielle de l’épidémie », a expliqué le ministre.

Au cours d’un point de presse organisé conjointement avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le ministre Félix Kabange Numbi se dit préoccupé par l’augmentation des cas de cette épidémie qui n’a pas de traitement approprié.

Il a déclaré que le virus Ebola circulait en Province Orientale depuis le mois de mai dernier et plus de cinq cents personnes sont déjà entrées en contact avec des personnes malades.

L’OMS estime que le mode de vie de la population facilite la propagation de la maladie dans cette province. Félix Kabange Numbi précise que la province a déjà atteint « le pic de l’épidémie ».

« Nous ne pouvons pas dire que nous sommes à la phase descendante tant que le contact avec l’animal persiste. Il peut y avoir de nouveaux cas d’infections qui peuvent amener un deuxième pic et nous préférons rester sur cette phase d’alerte générale au niveau de la région pour que la sensibilisation continue » a-t-il renchéri.

Pour sa part, le représentant de l’OMS, le Dr Léodégal Bazira, a invité tous les partenaires internationaux à s’impliquer dans la lutte contre cette épidémie qui, selon lui, risque de poser un réel problème de santé publique à l’échelle mondiale.

Repost

Commenter cet article