Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Equateur: des agents recrutés pour les élections réclament leur rémunération

com

Crée le 14-08-2012-  12h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mardi14-08-2012 - 13h20 PAR :RADIO OKAPI

En avant plan, un groupe des femmes entrain de s'enregistrer devant un operateur de la CENI ce 7/05/2011 à Kinshasa, pour l'obtation de la nouvelle carte d'électeur. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

D’anciens agents relais de la Commission électorale nationale indépendante des territoires de Basankusu et Bolomba, dans la province de l’Equateur, réclament un mois de salaire. Ils avaient été recrutés en novembre 2011pour les élections présidentielle et législatives couplées. Depuis, ils n’ont toujours pas reçu un mois de salaire après leur prestation. A la Ceni, on les invite à la patience, le temps de vérifier les comptes au niveau de la Soficom, l’entreprise chargée de leur verser leur paie.

 

Ces agents étaient notamment chargés de distribuer des supports d’information et d’initiation sur le processus électoral.

Ils affirment n’avoir reçu jusque là qu’un mois de salaire alors qu’ils avaient été engagés pour deux mois à la Ceni, à l’instar de leurs collègues d’autres coins de la province qui ont été rémunérés pou les deux mois.

Une délégation de ces agents est arrivée à Mbandaka dans le but de faire valoir leurs droits. Selon l’un de ces anciens agents, préfet dans une école, la direction de la Ceni à Kinshasa leur a assuré avoir versé de l’argent pour tous les territoires de la province de l’Equateur.

De son côté, le secrétaire exécutif provincial de la Ceni, Jean-Pierre Makakaro, invite ces agents à la patience, affirmant que la situation pourrait être décantée dans quelques jours.

« C’est leur droit et c’est connu. Nous avons échangé avec Kinshasa. Leur argent sera donné. Mais qu’on laisse un petit temps au programme Pace [Programme d’appui au cycle électoral du Pnud] pour vérifier au niveau de Soficom où il y a des problèmes, pour qu’on puisse rapidement envoyer des fonds pour compléter », a-t-il affirmé.

Repost

Commenter cet article