Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Equateur: la société civile accuse les FARDC d’exactions sur la population de Bokungu

com

Crée le 25-08-2012- 05h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 25-08-2012 - 05h39 PAR :RADIO  OKAPI

 
Des soldats des FARDC au Nord-Kivu. 

La société civile de Bokungu dans la province de l’Equateur accuse les militaires de l’auditorat garnison de Boende de tracasseries sur la population à Yalifafu, à 115 kilomètres de Bokungu-centre. Le commissaire de district de la Tshuapa a confirmé cette information, ce vendredi 24 août, précisant que ces militaires envoyés en mission de service à Ikela ont commis les mêmes exactions dans tous les villages où ils sont passés.

Selon le président de la société civile de Bokungu, Camille Baka Is’ea Mpetsi, les paysans de la localité de Yalifafu, vaquaient paisiblement à leurs occupations, lorsque ces militaires de l’auditorat de garnison de Boende avec leurs armes ont surgi. «Comme dans un territoire conquis, ces militaires se sont mis à ravir des bêtes, des poules et des biens de valeur des paysans», a-t-il précisé.

Certains paysans qui leur opposaient de la résistance ont été copieusement battus. Ces exactions ont fait peur à un bon nombre des paysans qui se sont réfugiés dans la forêt, selon la même source.

«La population est en débandade. Il y a eu pillages systématiques et tortures corporelles. Les établissements de communication radiophonique à Yalifafu sont fermés», a témoigné de Camille Baka.

Sept agents de la Direction générale des migrations (DGM) à Yalifafu ont été ligotés et torturés par ces militaires. Les mêmes exactions se sont reproduites dans tous les villages où ces militaires de l’auditorat de Boende sont passés en direction d’Ikela, selon lui.

Le commissaire de District de la Tshuapa, Fabien Nyingba, a confirmé les faits et dit attendre le rapport de l’administrateur du territoire de Bokungu pour saisir sa hiérarchie.

Radio Okapi a tenté, sans succès, d’avoir la réaction de l’auditorat militaire de Boende sur ces accusations.

Repost

Commenter cet article