TWITTER AVEC AFRIQUE REDACTION

TWITTER AFRIQUE REDACTION

 

 LE-REGARD-VERS-LES-AUTRES.png

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles

Photos des articles publiés

  • colette braeckman
  • FEMME MASSACREE EN RDC
  • LES BAREAUX
  • REVOLTE RDC-copie-2
  • RFI-RDC-KINSHASA

Twitter - Facebook

 

APPLETS-ACTUALITE.jpg APPLETS-MONDE.jpg APPLETS-AFRIQUE.jpg APPLETS-RDC.jpg APPLETS-DIASPORA-copie-1.jpg APPLETS--SOCIETE-copie-1.jpg APPLETS--CULTURE-copie-1.jpg APPLETS--SPORTS-copie-1.jpg APPLETS--INSOLITE-copie-1.jpg APPLETS--VIDEOS-copie-2.jpg

 

GROUPE ARTV NEWS 1 ESSAI 2

                                                                 Groupe  " Afrique Rédaction "

Venez nombreux rejoindre ce croupe de qualité avec une certaine pertinence dans les échanges, de posts, des images, vidéos et débats.
Accourez sur la nouvelle page de Roger BONGOS (Afrique Rédaction), celle qui remplace son compte facebook...

Liker (Aimer) cette page pour suivre l'actualité en continu de la RDC, du continent et du monde...
Cliquez sur ce lien ci dessous et également sur la bannière
https://www.facebook.com/groups/afriqueredactionrogerbongos/

 

Il y a actuellement  70  personne(s) connectées sur ce site

MAIL laredaction@afriqueredaction.com                  

 

       Roger BONGOS " Rédacteur en chef " Tél. : 00 33 - 652 - 754 - 090

 

 

 

ARTICLE-A-LA-UNE.png



Crée LE 05-09-2014 - 08H10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : | PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALEAFRICAINE. à JOUR LE vendredi le 05-09-2014 - 08H29 PAR : ARTV NEWS Dominique KABONGO, Pierre MBUYI et Roger BONGOS Maman Marthe trésorière par la force de son irascibilité et d’humeur difficile à l’égard de l’appareil politique de l’UDPS, fait régner la terreur en écartant de fait, ceux qui sont contre ou s’opposent à ses méthodes anti-démocratiques d’une république bananière par rapport à sa gestion calamiteuse de ce denier. Dieu merci ! A chaque chose malheur est bon… Une question qui me taraude l’esprit à savoir : si le vieux avait l’effectivité du pouvoir en RDC, comment cette […]

Jeudi 30 septembre 2010 4 30 /09 /Sep /2010 22:53

 

Créé le 30 -09-2010 à 10h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |  ACTUALITE | RDCongo  | Mis à jour jeudi 30 -09-2010 à  11h00 | PAR :AFRIQUE REDACTION


 http://www.congoindependant.com/fardc.jpg

Le 7 septembre 2010, le Fouineur de la RDC annonçait sur internet qu’entre le 30 juin et le 3 août 2010, lors d’une offensive des maï maï et des rebelles des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), 154 femmes et enfants auraient été violés dans le village  de Luvungi au Nord – Kivu, d’autres sources parlent de 180 victimes.

 

Hillary Clinton a, dès la diffusion de cette information, annoncé que les Etats – Unis feraient l’impossible pour que les auteurs de ces actes rendent des comptes.

 

Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’ONU, a demandé à Kinshasa l’ouverture d’une enquête. La MONUSCO n’a été alertée de ce nouveau drame humain que 10 jours plus tard, alors qu’une patrouille de casques bleus était passée dans le village de Luvungi les 2 et 9 août.

Les villageois seraient restés silencieux, soit par crainte de représailles, soit par la difficulté bien connue d’établir un contact avec des soldats qui ne parlent pas leur langue. Une fois de plus, pas plus que la MONUC, la MONUSCO qui a pris sa relève le 1er juillet 2010, ne semble  efficace.

 

Rappelons que l’objectif nº1 de la Monusco était tout de même la protection des populations civiles et, plus spécifiquement, des femmes.

 

Et les FARDC, où étaient- elles, on n’en sait trop rien.

Ce nouvel incident prouve, s’il le fallait encore, que le Congo ne pourra compter que sur lui-même pour assurer la sécurité de son territoire tant aux frontières qu’à l’intérieur du pays. Pour cela, il faut une armée sur laquelle les autorités puissent compter.

 

Depuis la mutinerie de la Force Publique au lendemain de l’indépendance, l’armée du Congo a collectionné les échecs.

De 1965 à 1967, le Maréchal Mobutu, confronté aux déficiences de l’Armée Nationale congolaise (ANC), a été contraint d’engager des mercenaires pour mater les différentes rébellions.

Le 8 mars 1977, lors de la première guerre du Shaba (Katanga) les ex-gendarmes Katangais, venant d’Angola, attaquent en direction de Lubumbashi sur la voie ferrée Dilolo – Lubumbashi et vers le Nord en direction de Kaniama - Kasese. Le 25 mars, ils s’emparent de la ville de Mutshasha.  Devant les difficultés rencontrées par les Forces Armées Zaïroises (FAZ), Mobutu sauva la situation en obtenant l’intervention de 15.000 soldats marocains acheminés à Kolwezi par des avions français. Opérationnelles début avril, les troupes marocaines repoussent rapidement les ex-gendarmes katangais vers l’Angola.

Un an plus tard, le 13 mai 1978, l’attaque surprise sur Kolwezi des ex-gendarmes katangais, venus cette fois de l’Angola via la Zambie et le village de Musokatanda, obligea Mobutu, devant l’inefficacité des Forces Armées Zaïroises (FAZ) et devant l’obligation d’arrêter les massacres en cours, de recourir en urgence aux  parachutistes français du 2eme REP qui sautèrent sur Kolwezi le 19 mai, sauvant ainsi la vie à des milliers de Congolais et à des centaines d’européens.

Signalons au passage que les Belges, quant à eux, tergiversèrent durant plusieurs jours sur l’opportunité de porter secours à leurs concitoyens.

 

Aujourd’hui, les FARDC sont au banc des accusés : non seulement depuis plusieurs années, elles échouent devant les attaques de Nkunda et des FDLR, mais, plus grave encore, elles auraient quelques fois rançonné les populations et participé à des viols collectifs. De plus, il est incontestable qu’elles participent avec bien d’autres à l’exploitation illicite des richesses minières du Nord-Kivu et du Maniema.

 

On ne peut cependant passer sous silence les déficiences de l’autorité par rapport à cette armée qui n’a aucune sécurité quant au paiement régulier de sa solde, qui bien souvent n’a pas d’uniforme et dont les soldats, sans argent, vivent avec leur famille dans des  camps militaires mal entretenus et dépourvus d’école.

 

Sans compter que le brassage, décidé en 2003 dans les accords de Sun City, des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) avec les forces armées de l’opposition, n’a pu que nuire considérablement à cette armée qui s’est retrouvée constituée d’unités truffées de soldats de l’opposition, lesquels n’ont certainement pas hésité à apporter des renseignements à leurs anciens amis du CNDP, des FDLR et des mai mai. C’est sans doute une des principales raisons de l’inefficacité des FARDC.

 

Et pourtant, leurs aînés de la Force Publique d’avant 1960, ont non seulement assuré la sécurité intérieure pendant des années et inspiré le respect aux populations, mais aussi   remporté en 14-18 une  victoire sur les troupes du Kaiser avec la prise de Tabora et en 40-45 sur celles de Mussolini avec la prise de Gambela, d’Asosa et de Saïo.

 

On ne voit pas pourquoi les autorités congolaises ne décideraient pas, avec ou sans l’appui de la Monusco, de créer une nouvelle armée. L’amélioration du budget de l’état grâce aux investissements importants en cours dans l’industrie minière de la province du Katanga  donne, dès à présent, des ressources financières nouvelles et suffisantes pour créer cette nouvelle armée. Ces ressources atteignent pour l’instant  des sommets suite à la hausse exceptionnelle des cours des métaux non ferreux et, en particulier, ceux du cuivre et du cobalt.

 

Dès lors, cette nouvelle armée indispensable à la sécurité du pays  devrait être constituée en excluant tous les éléments de l’armée actuelle sauf les officiers supérieurs, qui, en attendant la relève, seraient choisis par les autorités elle-même. Ceci ne devrait pas empêcher de confier à des pays amis la formation de jeunes officiers, à l’étranger si nécessaire. Ces nouveaux cadres devraient rendre la nouvelle armée fiable, à condition bien entendu d’assurer un paiement régulier de la solde mensuelle, une fourniture annuelle d’uniformes neufs et, dans les camps militaires, la remise en état des écoles ou la construction de nouvelles écoles équipées du matériel scolaire voulu et confiées à des professeurs payés aussi régulièrement que les militaires.

 

Vaste programme si l’on veut doter ce pays d’une armée qui inspire le respect des pays voisins, la confiance des autorités et la tranquillité des habitants.

 

LC  

 


Par BONGOS ROGER - Publié dans : CONGO DEMOCRATIQUE (RDC)
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Twitter avec Afrique Rédaction

VIDEO POLITIQUE

 

VIDEO MUSICALE

 

VIDEO CULTURELLE

 

VIDEO GENERALE

 

Voir le profil de Roger Bongos sur LinkedIn

 

LA-CHAINE-PARLEMENTAIRE-EN-LIVE-LCP-copie-2.png

 

 

 

 

       

Regardez l'actualité de ce jour en image avec

Afrique Rédaction !

 

 

AFRIQUE REDACTION

Recherche

Catégories

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

La pub de la semaine

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés