Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Kambove: des creuseurs pillent un véhicule de la Gécamines

com

Crée le 28-08-2012- 00h20 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mardi 28-08-2012 - 14 h35 PAR :RADIO OKAPI

Des creuseurs dans une mine artisanale de cassitérites, Sud Kivu, 2006.Des creuseurs dans une mine artisanale de cassitérites, Sud Kivu, 2006.

Des creuseurs en colère ont pillé, samedi 25 août, un véhicule de la Gécamines (Générale des carrières et des mines) qui transportait des minerais à Kambove, cité située à près de 145 Km au Nord-Ouest de Lubumbashi. Selon des témoins, le véhicule vandalisé avait percuté une personne devant la gare de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) au moment où il poursuivait un minibus soupçonné de transporter les minerais volés. 

L’administrateur du territoire de Kambove, Hyppolite Kalenga, a déploré les cas récurrents des vols des minerais de la Gécamines et condamné ceux qui se sont livrés à ces actes de vandalisme.

Hyppolite Kalenga a également demandé aux responsables de la Gécamines de bien sécuriser les installations de leur entreprise, estimant que les services de gardiennage sont très nombreux dans cette entreprise.

«Nous déduisons que ces vols sont organisés parce qu’il y a trois services de gardiennage à la Gécamines dont la police des mines. Comment l’entreprise peut à chaque fois continuer de se plaindre», a déclaré l’administrateur du territoire de Kambove.

La personne percutée par la jeep de la Gécamines n’est pas décédée, a-t-il précisé.

A Kambove, la Gécamines est maintes fois victime de vols de minerais. En 2006, l’entreprise avait revendiqué plus de 130 tonnes saisies dans des entrepôts des Chinois.

L’entreprise avait entrepris, avec le concours du parquet de Kipushi, une vaste campagne pour récupérer ses produits volés par ses agents.

Repost

Commenter cet article