Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Kinshasa : les FARDC organisent une marche de rapprochement entre militaires et civils

com

Crée le 07-07-2012-10h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 07-07-2012 -17h55 PAR :RADIO OKAPI

Les sous officiers des FARDC marchent ce 30/6/2010 à Kinshasa, lors du défilé marquant cinquantenaire de l'indépendance de la RDC. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo 

Le service d’éducation civique et patriotique des Forces armées de la RDC (FARDC) a organisé samedi 7 juillet une « marche de santé civilo- militaire » dans le but de créer un rapprochement entre l’armée et la population congolaises. La marche, partie du marché Bayaka, dans la commune de Ngiri-Ngiri, s’est achevée au centre hospitalier d’Etat de la même commune, en passant par la maison communale de Bumbu.

 Deux cents officiels de l’armée nationale, de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) et de la mission de sécurité de l’Union européenne (Eusec) ont participé à cette « marche de santé ».

Selon les FARDC, l’objectif est de permettre à la population congolaise de se sentir plus à l’aise face aux militaires et aux policiers.

Objectif atteint, selon les autorités militaires, notamment avec la présence des différents partenaires, des bourgmestres des deux communes de Ngiri-Ngiri et Bumbu, et de la population qui suivait le cortège.

Pourtant, la population a assisté à cette marche sans vraiment y participer. Les quelques courageux qui ont voulu se mêler aux militaires ont vite été repoussés.

Pour une dame qui assistait à l’évènement, « marcher c’est bien, mais l’essentiel est que les militaires congolais changent et cessent de brimer la population ».

Après la marche de 5 kilomètres, des comédiens de l’ONG Search for common ground ont présenté un sketch sur le rapprochement entre civils et militaires.

Les policiers, qui pourtant vivent en contact constant avec la population, ont été les grands absents à cette manifestation.

Repost

Commenter cet article