Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Kinshasa : trop de formalités et frais exorbitants pour les mariages civils

com

Crée le 11-08-2012-  12h20 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 11-08-2012 - 14h44 PAR : RADIO OKAPI

Une vue du batiment du bureau communal de Lingwala, Kinshasa/RDC le 07/02/2012. Radio Okapi/Ph. Aimé-NZINGA 

Le mariage civil coûte de plus en plus cher à Kinshasa. Les communes peuvent exiger jusqu’à 400 dollars américains aux couples qui désirent légaliser leur union devant l’Etat. Ces frais sont censés couvrir la délivrance de documents traditionnels, comme les actes de naissance et autres, ou encore la location d’une salle pour la célébration du mariage, dans l’enceinte même de la maison communale. Les intéressés ne savent parfois pas où donner de la tête.

 Dans les communes, il est devenu traditionnel d’exiger une chaise en plastique ou une bouteille de whisky avant la cérémonie du mariage civil.

Le casier de bière est souvent obligatoire, mais on peut choisir de le donner en nature ou en espèces.

Il faut aussi verser aux communes les frais de documents administratifs, notamment, une attestation de naissance, de résidence, de célibat, y compris l’avis de publication, le projet de mariage et l’acte de mariage.

Selon qu’on est à la commune de la Gombe ou dans les autres communes périphériques, le coût de ces documents varie entre 50 et 100 dollars américains.

Dans la commune de la Gombe, il faut payer 200 dollars pour la location de la salle de cérémonie qui se trouve pourtant dans l’enceinte de la commune, tandis qu’à Bumbu, on impose aux mariés une amende de 30 dollars lorsqu’ils se présentent en retard à leur cérémonie du mariage.

Dans la majorité des cas, les autorités communales célèbrent le mariage civil pour plusieurs couples à la fois, après avoir reçu de chacun d’eux les frais de location de la salle.

Une pratique devenue sans doute une source de revenu pour les communes, au grand dam des aspirants au mariage.

 

Repost

Commenter cet article