Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Kinshasa : un officier militaire accusé de priver ses voisins d’électricité

com

Crée le 14-08-2012-  12h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mardi14-08-2012 - 13h20 PAR :RADIO OKAPI

Des câbles électriques de la SNEL raccordés sur un poteau en bois, dans un quartier populaire de Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo 

Les habitants des quartiers environnant le camp Badiadingi, dans la commune de Ngaliema, à Kinshasa, accusent l’officier responsable des camps situés à l’ouest de la capitale, de les priver d’électricité. Selon eux, le colonel Louis Gustave Boyeke exige 150 dollars américains par foyer pour autoriser la connexion aux cabines électriques de basse tension de la société nationale d’électricité installées dans le camp Badiadingi. Les plaignants affirment que leurs quartiers sont plongés dans le noir depuis cinq mois à cause de l’attitude de cet officier militaire.

 

Les habitants des quartiers Matshotsho, Badiadingi et Bel air affirment avoir toujours été fournis en courant électrique par les cabines situées dans le camp Badiadingi.

Un habitant témoigne :

« Le colonel gère le courant comme il l’entend. Il ne le donne qu’à ceux qui lui remettent la somme de 150 dollars américains. Ceux qui refusent de le faire sont considérés comme des ennemis. Il vient avec des armes et des militaires armés jusqu’aux dents pour terroriser la population ».

Le colonel Boyeke rejette toutes ces accusations, affirmant que ses accusateurs sont frustrés après qu’il leur a refusé la connexion à la cabine électrique du camp Badiadingi.

Ce commandant militaire reconnaît tout de même avoir connecté à ces cabines des officiers militaires habitant hors du camp.

Quant aux responsables de la Société nationale d’électricité (Snel), ils affirment qeue des contacts ont été pris avec l’Etat major des FARDC pour « essayer de raccorder ces habitants aux cinq cabines du camp Badiadingi, via des compteurs à décompte ».

Repost

Commenter cet article