Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Kisangani: 3 élèves grièvement blessés lors d’une intervention de la police dans une école primaire

com

Crée le 24-09-2012  11h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le lundi 24-09-2012 -14H50 PAR :RADIO OKAPI

 
Un élève du Complexe scolaire Home Feyen évanoui après une intervention de la police dans cette école de Kisangani (Province Orientale)

Trois élèves ont été grièvement blessés et plus de vingt autres légèrement blessés après que la police a lancé le gaz lacrymogène, lundi 24 septembre, au Complexe scolaire Home Feyen de Kisangani (Province Orientale). Les policiers rencontrés sur place n’ont pas souhaité s’exprimer sur le motif de leur présence dans l’enceinte de cette école. Mais des témoins affirment qu’il existe un conflit de propriété du terrain où l’école est bâtie. 

«Tout a commencé lorsqu’un policier a cogné, à l’aide de sa matraque, un enfant qui a saigné au niveau du nez. Après quelques minutes, il a commencé à lancer le gaz lacrymogène», raconte un élève qui a assisté à la scène. Pris de panique, les élèves ont commencé à quitter leurs salles de classe pour fuir le gaz lacrymogène. Dans la confusion qui s’en est suivie, trois élèves ont été grièvement blessés. D’autres ont été légèrement blessés ou se sont évanouis.

Alertés, les parents sont venus chercher leurs enfants. Le ministre provincial de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) de la Province Orientale, Blaise Bakabadi et le procureur de la République, Placide Lusamba se sont immédiatement rendus sur les lieux.

«Je déplore cet aspect des choses. La police ne peut pas larguer de gaz là où il y a des enfants», a déclaré le ministre Blaise Bakabadi.

Pour sa part, le procureur de la République, Placide Lusamba, a promis d’établir les responsabilités dans cette affaire.

«Nous sommes venus pour chercher d’abord à connaitre les causes du problème. Les enquêtes sont en cours et nous allons pouvoir dégager les responsabilités», a-t-il affirmé mais n’a pas en mesure d’expliquer la présence des policiers dans cette école.

Selon des sources de l’école ayant requis l’anonymat, deux élèves ont été interpellés. Ils ont été conduits au parquet de grande instance de Kisangani pour y être entendu tandis que les blessés ont été acheminés dans les formations hospitalières de la place.

Repost

Commenter cet article