Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Kisangani : 7 officiers FARDC arrêtés pour incitation à la mutinerie

com

Crée le 04-08-2012-  15h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 04-07-2012 - 15h50 PAR : RADIOOKAPI

 
Armes à main, les militaires de Fardc concentrés lors du défilé du 30 juin 2010. Radio Okapi/ Ph. John BompengoArmes à main, les militaires de Fardc concentrés lors du défilé du 30 juin 2010. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

 

Sept officiers des Forces armées de la RDC (FARDC), en formation au centre de brassage et de recyclage (CBR) de Lukusa, à Kisangani (Province Orientale) sont incarcérés depuis samedi 4 août à l’Etat-major de la 9e région militaire. Selon le commandant de cette région militaire, le général Jean-Claude Kifwa, ces officiers, provenant de sept groupes armés différents, sont accusés d’incitation à la mutinerie.

 

Selon le général de brigade Jean-Claude Kifwa, ces officiers ont affiché leurs intentions de se mutiner dans une lettre adressée au commandant suprême de FARDC, le chef de l’Etat Joseph Kabila, dont ils ont réservé copies à plusieurs organisations, dont l’Union européenne et la Mission des Nations unies en RDC (Monusco).

Le général Kifwa cite :

  • Gasita Molindo Olivier, général du groupe armé FRC, commandé à l’époque par le général Mansunzu;
  • Tibasima Mugisha Moïse, major venu du FPJC, un groupe armé de l’Ituri ;
  • Tabisanga Muswahili, qui se dit général, venu de Pareco ;
  • Mbage Kibirani Mangesto, du groupe Maï-Maï Mongol ;
  • Bahati Biamungu Justin, du Pareco ;
  • Biereco Londeko Albert, qui se dit général du groupe Maï-Maï Zabuloni ; et
  • Bisimwa luaboshi Atina, venu du groupe Mundundu 40.

« Ils seront transférés immédiatement à Kinshasa et mis à la disposition de la hiérarchie pour la suite qui leur sera réservée », a-t-il conclu.

Le contenu de la lettre de ces officiers au chef de l’Etat n’a pas été révélé à a presse.

Cependant, selon des sources proches de la 9è région militaire, elle contenait plusieurs revendications, notamment la reconnaissance de leurs grades obtenus dans les groupes armés.

Repost

Commenter cet article