Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

La montée de la dictature au Congo-Kinshasa, un mal qui répand la terreur.

com

Crée le 18-08-2012-  05h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 18-08-2012 - 05h45 PAR : ARTV NEWS

joseph-kabila-19

Congo-Kinshasa vit depuis un certain temps une montée à grande vitesse de la dictature, œuvre des militaires au pouvoir. Les intimidations, les arrestations arbitraires, les assassinats, les disparitions, les tortures, les exécutions sommaires sont devenus monnaie courante. Quelle honte pour ce pays soi-disant Démocratique du Congo ?

Toutes ces pratiques anti-démocratiques ne sont-elles pas l’expression d’un pouvoir vomi ? C’est généralement quand on a affaire à un régime impopulaire et passoire que ce genre des comportements devient opérationnel. C’est vrai le Congo souffre d’un manque de leadership et l’état est presque inexistant.
Devant ce mal qui répand la terreur, les peuples congolais ne savent quoi faire. La solution a tout cela c’est de prendre le courage de lancer un défi à ces dépotes au pouvoir en posant une résistance sans peur ni crainte. D’où la nécessité de trouver rapidement une solution pour mater cette dictature et mettre fin à ce système autoritaire.
Signalons qu’aucun dictateur ne restera éternellement sur son fauteuil. Le monde a connu des dictateurs plus coriaces que celui du Congo aujourd’hui mais tous ces dictateurs ont fini par céder devant la pression populaire. De triste mémoire on se rappellera de CHESKOU en Roumanie, d’Idiam Dada en Uganda, de Kadhafi en Lybie, de Pinochet et autres. Ces dictateurs ont fini très mal.
La dictature de Kinshasa est un fléau dangereux qu’il faut coute que coute arrêter et pour y parvenir les peuples congolais doivent enlever la peur. La mobilisation et la résistance tant interne qu’externe finiront par ébranler cette dictature. Résister et se mobiliser est un préalable nécessaire pour renverser ce pouvoir autoritaire. Le dictateur au sommet de l’Etat et ses alliés n’accepteront jamais que ce pays devienne un Etat démocratique, transparent, un Etat de droit ou règnera la bonne gouvernance.
 Le renforcement de la dictature tel que nous le vivons est un frein à la paix et à l’établissement de la sécurité nationale  sur toute l’étendue de notre territoire. Cette montée honteuse de la dictature avec toutes ces pratiques ne ramènera jamais la paix et la sécurité  bien au contraire plongera davantage le Congo dans un Kao total et créera la misère et la pauvreté, le bidouillage des élections ; fouillant simplement au pied le choix libre de notre pays.
Les tenants du pouvoir dictatorial utilisent et utiliseront tous les moyens pour s’imposer en maitres absolus. Par exemple ils se servent et se serviront de tous les moyens à leur disposition pour anéantir l’opposition en utilisant même de mensonges qui n’honorent pas la nation pour nuire certains opposants. Certains soi-disant Hommes de Dieu et alors de faux seront au service de cette dictature pour faire véhiculer de faux messages.
L’ethnie et la religion loin de servir pour l’éducation, la moralisation feront intrusion dans la vie politique et constitueront plus que des freins à un vivre ensemble Républicain. Le pouvoir de Kinshasa incompétent et incapable d’assurer la cohésion nationale et sociale, la justice et la solidarité s’appuiera de plus a plus à l’arbitraire (arrestation des opposants, enlèvements, séquestrations, empoisonnement, mensonges. L’assassinat de Floribert Chebeya, de Fidele Bazana, d’Armand Tungulu et autres sont des preuves de l’existence d’un régime  autoritaire prêt à sacrifier la vie précieuse des congolais. La vie de l’homme est sacrée et seul Dieu a le pouvoir de donner la mort a quelqu’un .L’enlèvement de l’opposant Diomi Ndongala Nzo Mambu , le Président National de la Démocratie Chrétienne que nous dénonçons avec acharnement nous pousse à confirmer que le régime de Kinshasa est dictatorial. Fallait-il enlever un opposant qui n’a rien fait de mal pour inventer comme motif de son arrestation une raison non plausible aux yeux de tout observateur averti. Quel déshonneur pour ce pays sensé donner l’exemple d’un pays démocratique ?
Pour mettre fin à cette dictature, les peuples congolais doivent savoir que l’histoire politique mondiale nous enseigne que les  dictatures considérées comme solidement invincibles se sont effondrées face à une population défiante et mobilisée. Toutes ces dictatures se sont vues incapables de résister à une défiance sociale, politique et économique concertée par le peuple.
Chaque congolais est donc inviter à faire face à la montée à grande échelle de la dictature en place à Kinshasa et à résister car les défis populaires, non violents sont des armes redoutables et efficaces.
Nous en profitons pour demander aux pays occidentaux qui soutiennent la dictature en place au Congo-Kinshasa d’abandonner car le peuple congolais en a assez avec les violations de droits humains.
 
Poète Robert Kabemba Mangidi
Membre et Militant du Parti Ecide
Avec Ecidé, nous disons c’est encore possible pour que le Congo
devienne un Etat de droit respectueux.
Repost

Commenter cet article