Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

La RDC doit songer à la formation d’une armée Républicaine pour sécuriser le pays

com

 

Crée le 22-08-2012- 11h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mecredi 22-08-2012 - 14h30 PAR :OBSERVATEUR

La Conférence des chefs d’Etat des pays de la région des Grands Lacs qui s’est tenu à Kampala, le mardi 7 août 2012, a adopté l’idée de la mise en place d’une force internationale neutre à la frontière entre la République démocratique du Congo et le Rwanda. Cette force internationale neutre aura pour mission de garantir la sécurité à la frontière commune entre les deux pays, mais aussi de lutter contre les mouvements rebelles et les groupes armés qui sèment la terreur et la mort dans la partie orientale de la République démocratique du Congo. Selon le secrétaire général exécutif de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), M Ntumba Luaba, les contingents de cette force neutre viendront essentiellement des pays de la région des Grands Lacs. Cette force neutre viendra se greffer aux troupes de la Monusco qui déjà, depuis dix ans, s’attèlent à la  lourde mission de pacification et de la stabilisation de la République démocratique du Congo.

Cependant, selon M. Roger Seck Bal de l’Institut congolais d’études stratégiques et environnementales (ICESE) dont le siège est à Brazzaville, la mise en place de la force internationale neutre ne doit pas faire perdre de vue la nécessité pour la République démocratique du Congo actuelle de la formation d’une armée restructurée et républicaine et garante de l’intégrité territoriale. « Il est regrettable de constater que les autorités congolaises n’accordent vraiment pas d’importance à la formation d’une vraie armée congolaise restructurée, républicaine et intégrée. Aujourd’hui, avec sa dimension géographique continentale, la République démocratique du Congo ne saurait vivre en paix et se développer de façon harmonieuse sans une armée capable des sécuriser la population et leurs biens et aussi de défendre l’intégrité territoriale. », a expliqué le directeur de l’Institut congolais d’études stratégiques et environnementales au cours d’une téléconférence.  Il a poursuivi en affirmant « Un grand écrivain africain disait d’ailleurs qu’on ne peut pas avoir un grand pays sans une grande armée. Les Forces Armées ne peuvent donc qu’être l’épine dorsale de la République démocratique du Congo, pays 80 fois plus grand que son ancienne colonie, la Belgique et qui dispose d’immenses ressources naturelles capables d’attirer des convoitises. « , dixit Roger Seck Mbal.


L’échec du processus DDRRR

Il faut rappeler que l’une des grandes recommandations du Dialogue Inter congolais organisé en 2002 à Sun City était la formation d’une armée congolaise républicaine, restructurée et intégrée. Après le dialogue inter congolais, les congolais se sont engagés à mettre sur pied une force armée républicaine, garante de la sécurité des biens et des personnes et de l’intégrité territoriale de la République démocratique du Congo. A cet effet, plusieurs partenaires de la RD Congo, parmi lesquels la Belgique, l’Afrique du Sud, les Etats-Unis sont disposés à aider la RD Congo dans cette entreprise. Malheureusement, tout au long de la transition, le processus de formation de la nouvelle armée congolaise n’a pas porté ses fruits. La raison est simple. On a intégré au sein des Forces armées congolaises (FARDC) formées après Sun City, des anciens rebelles, des anciens miliciens et des anciens mercenaires qui, sans formation aucune et sans mesure d’encadrement ont porté l’uniforme et gagné des galons et de grades sans pour autant passer par le cursus normal d’une armée républicaine et professionnelle et respectueuses des droits.

A la place, le pays à vu émerger une armée composée en grande partie d’hommes indisciplinés et des déserteurs qui n’hésitaient pas à se livrer aux pillages et aux attaques des paisibles citoyens. Autre fait non moins significatif c’est la présence de plusieurs chaînes de commandement au sein des FARDC. Avec des officiers dont certains n’avaient de compte à rendre à personne, même pas au chef d’Etat major de l’armée. Dans l’Est du pays, un grand nombre de ces officiers se livrent à l’exploitation des richesses minières et gèrent plusieurs mines d’or des diamants, de coltan… Le processus de désarmement, démobilisation, réinsertion, réintégration et rapatriement (DDRRR) piloté par la Monusco, en collaboration avec le gouvernement congolais et le Haut commissariat pour les réfugiés n’a pas aussi était une réussite du fait que beaucoup de jeunes démobilisés ont fini par réintégrer des groupes armés soutenus par des pays voisins de la République démocratique du Congo.

 

La jeunesse, l’espoir

Selon l’Institut congolais d’études stratégiques et Environnementales, plutôt que de disposer d’un véritable corps d’armée, la République démocratique du Congo a plusieurs unités avec plusieurs chaînes de commandement. C’est ce qui justifie des échecs et défaites à répétition enregistrées dans les zones de combat, dans l’Est du pays. Il y a aussi épinglé des cas de trahison et de désertion devenus monnaie courante au sein des Forces armées de la République démocratique du Congo. Il est aussi établi que la politique de réintégration et de réinsertion des anciens rebelles et miliciens au sein des FARDC a complètement affaiblie l’armée congolaise.

« Au moment où la République démocratique du Congo est engagée dans la phase de la consolidation de la paix, la formation de l’armée nationale congolaise républicaine, professionnelle et respectueuse des valeurs des droits humains doit faire partie de l’agenda prioritaire des dirigeants congolais » ; dixit le chercheur congolais.

Il  a affirmé que la reconstruction de la République démocratique du Congo passe aussi et surtout par la reconstruction et la réorganisation de son armée afin de la rendre réellement une force dissuasive, républicaine, professionnelle, capable de créer des mentalités de développement. « Pour arriver à atteindre ce but, le gouvernement congolais doit investir à moyen et à long terme dans la jeunesse. Il doit mettre suffisamment des moyens pour la formation de ces jeunes au métier des armes aussi bien au pays que dans des meilleures académies militaires Enfin, les autorités congolaises doivent retirer des FARDC touts les militaires et officiers indisciplinés et trafiquant d’armes et de minerais qui ternissent l’image des Forces armées de la République démocratique du Congo auprès de l’opinion nationale et internationale.», a conclu le directeur de l’ICESE.

Luc-Roger Mbala Bemba

Repost

Commenter cet article