TWITTER AVEC AFRIQUE REDACTION

TWITTER AFRIQUE REDACTION

 

 LE-REGARD-VERS-LES-AUTRES.png

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles

Photos des articles publiés

  • faya9
  • 6a00d8341cc25853ef00e54f7e1e788834-800wi.jpg
  • policiers congolais
  • DSCF3456
  • KINSHASA bld du 30 juin RDC-copie-1

Twitter - Facebook

 

APPLETS-ACTUALITE.jpg APPLETS-MONDE.jpg APPLETS-AFRIQUE.jpg APPLETS-RDC.jpg APPLETS-DIASPORA-copie-1.jpg APPLETS--SOCIETE-copie-1.jpg APPLETS--CULTURE-copie-1.jpg APPLETS--SPORTS-copie-1.jpg APPLETS--INSOLITE-copie-1.jpg APPLETS--VIDEOS-copie-2.jpg

 

GROUPE ARTV NEWS 1 ESSAI 2

                                                                 Groupe  " Afrique Rédaction "

Venez nombreux rejoindre ce croupe de qualité avec une certaine pertinence dans les échanges, de posts, des images, vidéos et débats.
Accourez sur la nouvelle page de Roger BONGOS (Afrique Rédaction), celle qui remplace son compte facebook...

Liker (Aimer) cette page pour suivre l'actualité en continu de la RDC, du continent et du monde...
Cliquez sur ce lien ci dessous et également sur la bannière
https://www.facebook.com/groups/afriqueredactionrogerbongos/

 

Il y a actuellement  38  personne(s) connectées sur ce site

MAIL laredaction@afriqueredaction.com                  

 

       Roger BONGOS " Rédacteur en chef " Tél. : 00 33 - 652 - 754 - 090

 

 

 

ARTICLE-A-LA-UNE.png



Crée LE 05-09-2014 - 08H10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : | PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALEAFRICAINE. à JOUR LE vendredi le 05-09-2014 - 08H29 PAR : ARTV NEWS Dominique KABONGO, Pierre MBUYI et Roger BONGOS Maman Marthe trésorière par la force de son irascibilité et d’humeur difficile à l’égard de l’appareil politique de l’UDPS, fait régner la terreur en écartant de fait, ceux qui sont contre ou s’opposent à ses méthodes anti-démocratiques d’une république bananière par rapport à sa gestion calamiteuse de ce denier. Dieu merci ! A chaque chose malheur est bon… Une question qui me taraude l’esprit à savoir : si le vieux avait l’effectivité du pouvoir en RDC, comment cette […]

Mercredi 30 juin 2010 3 30 /06 /Juin /2010 02:52

    Créé le 30-06-2010 à 02h05 | AFRIQUE REDACTION | ACTUALITE| RDC| Mis à jour le mercredi 30-06-2010 à 02h14 : LE POTENTIEL

http://www.7sur7.be/static/FOTO/pe/6/9/9/large_533469.jpg

 

Nées généralement de la lutte de leadership des dirigeants des partis politiques, les rebellions qui se sont déclarées au lendemain de l’indépendance de la RDC ont replongé le pays dans des conflits ethniques, souvent meurtriers. Conséquence : elles ont bouleversé l’équilibre des relations entre les ethnies au lieu d’atteindre l’objectif qu’elles s’étaient assignées dès le départ : celui d’instaurer la démocratie et un Etat de droit .

La RDC a accédé à la souveraineté internationale et nationale, le 30 juin 1960. Au lendemain de cet événement historique, d’innombrables conflits de pouvoir ont fait déclencher les premières rébellions vers les années 63. Les premiers symptômes de ces conflits furent observés au Kwilu, Kivu et à Stanleyville.

Avant cette date, « aucune révolte populaire n’éclata immédiatement après le 30 juin même lorsqu’il apparut très vite que l’indépendance ne correspondrait pas à l’image mythique que la population s’en était faite ».


Nés généralement de la lutte de leadership de différents animateurs politiques ou de dirigeants de certains partis politiques, ces fronts de « libération » ont entraîné le Congo dans des conflits ethniques souvent très meurtriers, lesquels ont bouleversé l’équilibre des relations entre les ethnies au lieu d’atteindre les objectifs qu’ils s’étaient assignés dès le départ.

Venus dans le dessein de soulager la misère de la population, disions-nous, ces mouvements de « libération » parmi lesquels, on peut citer : le mulelisme, le Comité national de libération, le Front de libération national du Congo, l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo n’ont fait que prolonger celle-ci dans une dictature, mieux dans une crise sans précédent.


LA REBELLION DU KWILU

Extrémiste de nature, Pierre Mulele n’a débuté son action que dans le but de prendre le pouvoir, non pas au Kwilu, mais à Léopoldville, en vue d’imposer le régime communiste au Congo. C’est en février 1959 qu’il fonda le Parti Solidaire Africain, PSA, à vocation nationale, mais qui est resté confiné dans les limites territoriales du district de Kwilu. Déterminé à conquérir le pouvoir, il n’a pas hésité à organiser un maquis dans les régions d’où il est originaire pour créer la panique, le vide, la désorganisation et fort d’un appui populaire forcé, s’étendra dans les autres régions du pays.

Pour justifier le bien-fondé de sa rébellion et convaincre davantage ses acolytes, il fallait d’après lui, « mener une lutte révolutionnaire contre l’ennemi du peuple congolais qui n’était rien d’autres que l’impérialisme américain et ses valets locaux ».


Comme on peut le constater, son objectif final consistait à s’emparer du pouvoir à l’échelle du Congo, afin d’y installer un gouvernement socialiste et populaire.

A en croire Gerard-Libois, J. dans l’ouvrage intitulé : Congo 1964, les Mulelistes considéraient le gouvernement de l’époque comme impopulaire. Ils qualifiaient l’armée congolaise d’armée des impérialistes et voyaient en nos soldats, des gens de l’impérialisme qui venaient les tuer. L’on s’aperçoit que Mulele avait une ferme détermination, celle de mettre hors d’état de nuire, tous ceux qui constituaient pour lui, un blocage au bien-être de la population.

CONSEIL NATIONAL DE LIBERATION

La 2ème rébellion qui s’était ouverte, le 15 avril 1964 dans la région de Uvira-Fizi, huit mois après le déclenchement de l’opération du Kwilu fut le Conseil national de libération (CNL). Depuis le mois de janvier, Gaston Sumaili (connu sous le pseudonyme de « Soumialot ») ainsi que son collaborateur Laurent-Désiré Kabila venant de Brazzaville, s’étaient installés à l’hôtel Peguidas à Bujumbura, et se livraient à des activités « subversives » faisant parvenir des tracts dans les régions de l’Est du pays. Il va s’en dire que l’ensemble de cette région, composée du Kivu, du Nord-Katanga et du Haut-Congo avait ses propres problèmes internes.

Le but de ce mouvement était « de renverser le gouvernement Adoula et réaliser la décolonisation totale et effective du pays, encore dominé et exploité par la coalition des puissances occidentales ».

Après ce fiasco, le pays fut abandonné si rapidement que les forces révolutionnaires manquèrent de véhicules pour occuper et administrer le territoire conquis. C’est ainsi que les Simba atteignirent les régions abandonnées après plusieurs jours et ont eu l’occasion de ramasser les armes et les véhicules abandonnés par les troupes régulières avant leur fuite.

Au mois de juillet, Kindu, la capitale du Maniema, connut le même sort, ainsi que d’autres villes de la région parmi lesquelles, Kabambare et Kasongo.

LE FLNC DE MBUMBA NATHANAËL

La rébellion de Mbumba Nathanaël se déroule en deux phases. La première en 1977 et la seconde en 1978. Vers les années 77 et 78, par deux fois, ces années-là, les « ex-gendarmes katangais » venus d’Angola, attaquent le Shaba et bousculent si bien l’armée du général Mobutu que seules les aides militaires étrangères attaquent au régime d’échapper au désastre. En échange de leurs aides, les pays occidentaux font pression sur le président Mobutu pour qu’il démocratise son régime. Il le fera, s’en trouvera plus fragile encore et devra entreprendre un grand effort de restauration qui aboutita seulement en 1981. A la mi-mars 1977, quelque deux mille « ex-gendarmes Katangais », sous les ordres de leur chef, le général Nathanaël, franchissent la frontière à Dilolo, s’emparent facilement de cette lcalité. Ils prennent aussi la localité de Kapanga, puis avancent vers le poste minier de Kisenge qui tombe entre leurs mains.

Pour rappel, le leader du FLNC s’était exilé en Angola en 1968 pour des raisons politiques. Devenu le plus gradé des exilés congolais en Angola, il réussit à supplanter Kalenga. Durant toute cette période, son mouvement garde comme objectif de « rentrer au Zaïre en toute sécurité, mais ce retour ne peut s’effectuer de façon pacifique compte tenu de la méfiance du régime d’autant plus qu’il en avait les moyens militaires.

Ayant constaté que tous les indicateurs socio-économiques sont au rouge, Mbumba Nathanaël avait jugé bon de combattre le régime en place, en vue de « libérer » le peuple congolais du joug mobutien et instaurer la démocratie ainsi que l’Etat de droit au pays.

Présenté comme « une large union de tous les partis, de toutes les personnalités représentatives, de toutes les organisations religieuses ou sociales réunies, le FLNC avait pour but de liquider à Kinshasa, le pouvoir d’une minorité ». Son idéologie est le socialisme.

LE FLNC ET LA GUERRE DES 80 JOURS

Durant la période préparatoire à l’offensive du 8 mars 1977, les préoccupations politiques du FLNC avaient porté sur sa structuration interne et, dans une certaine mesure, sur la formation idéologique de ses partisans réfugiés en Angola. Le 8 mars 1977, des colonnes des forces armées du FLNC, les FAPC pénétrèrent au Shaba en provenance de camps situés dans le Nord-Est de l’Angola.

L’offensive des FAPC se développa sur deux axes. Le premier suit la voie ferrée Lobito-Lubumbashi dans la direction Est. Quant au second axe, il partait de Kapanga vers le Nord, en direction de Kaniama, Kananga et Tshikapa. Dans leur progression, les colonnes de l’axe principal atteignent Kasaji qu’elles parvinennent à occuper après un jour de combats, le 13 mars 1977. Les colonnes des FAPC poursuivent leur percée le long de la voie ferrée en direction de l’agglomération de Mutshatsha, un important nœud ferroviaire et routier situé à 430 km à l’Est de Dilolo. Celle-ci trouve prise le 25 mars.

L’AFDL

L’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) voit le jour le 18 octobre 1996 à Lemera, une localité située dans la plaine de Ruzizi au Sud-Kivu. Ce mouvement est issu d’un protocole d’accord signé conjointement par quatre personnes au nom de leurs formations politiques respectives. Il s’agit de André Kisasu Ngandu, Masasu Nindanga, Laurent-Désiré Kabila et Déogratias Bugera.

Se réclamant un mouvement de libération du peuple congolais, l’AFDL lutte contre le régime dictatorial issu du coup d’Etat en vue de renverser ce régime qui a longtemps et violé les droits fondamentaux du peuple congolais losqu’il constate que le plonge dans une misère la plus sombre de son histoire.

Faisant allusion aux méfaits constatés dans le chef des militaires de l’AFDL, certains analystes écrivent : « La marche de l’AFDL sur Kinshasa s’accompagnera de très nombreuses et parfois massives violations des droits de l’homme ». Illustration : dans un numéro d’avril 1997, le Bulletin du diocèse de Kalemie-Kirungu signale que le 10 février de la même année, 56 personnes soupçonnées d’avoir provoqué par la sorcellerie une épidémie de choléra sont brûlées vives dans la cité de Kalemie.

Les reproches les plus virulents qui ont été faits à l’ AFDL, sont à en croire Tala-Ngai , son refus d’un consensus général avec les opposants pacifistes non indigents, le caractère hautain des membres de la diaspora vis-à-vis de la population autochtone, l’absence d’une Constitution transitoire négociée et consensuelle qui aurait épargné les frustrations internes et rassuré les investisseurs internes, le gel de la démocratisation entamée depuis 1990.

Après analyse de tous ces mouvements, nous pouvons soutenir que seule la voie des urnes est la mieux indiquée pour accéder au pouvoir.

Mais il serait complet de retenir la rébellion du MLC, du RCD ; du RCDK-L ; des Maï Maï, du CNDP, des milices de l’ Ituri, et récemment les insurgés Enyele de la Province de l’Equateur. Autant de rébellions à retenir dans les 50 ans de la République démocratique du Congo.

Albert tshiambi

Par BONGOS ROGER - Publié dans : CONGO DEMOCRATIQUE (RDC)
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Twitter avec Afrique Rédaction

VIDEO POLITIQUE

 

VIDEO MUSICALE

 

VIDEO CULTURELLE

 

VIDEO GENERALE

 

Voir le profil de Roger Bongos sur LinkedIn

 

LA-CHAINE-PARLEMENTAIRE-EN-LIVE-LCP-copie-2.png

 

 

 

 

       

Regardez l'actualité de ce jour en image avec

Afrique Rédaction !

 

 

AFRIQUE REDACTION

Recherche

Catégories

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

La pub de la semaine

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés