Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

La Sokimo rejette les accusations de mauvaise gestion proférées par un député provincial

com

Crée le 11-10-2012  10h30 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le jeudi 11-10-2012 -13H30 PAR : RADIO OKAPI

Willy Bafoa, Administrateur Délégué de la Sokimo, décembre 2010, Bunia RDC

Le responsable des relations publiques de la société minière de Kilo Moto (Sokimo), Jean Baptiste Ndefu, a rejeté mercredi 10 octobre les accusations de mauvaise gestion proférées contre son entreprise par un député provincial élu de Passa, en Provinciale Orientale. Dieudonné Watsa avait accusé ses dirigeants d’avoir mal géré l’argent de la vente des parts de l’Etat dans la Sokimo, et avait souhaité qu’ils soient interpellés à l’Assemblée nationale. Selon Jean Baptiste Ndefu, cet argent a notamment permis de payer plus de 100 mois d’arriérés de salaires du personnel.

 

Selon le responsable des relations publiques de la Sokimo, la question relative à l’utilisation de cet argent avait déjà fait l’objet d’une question orale à l’Assemblée nationale, adressée en 2009 à Mme Jeanine Mabunda, alors ministre du portefeuille. De ce fait, il estime que la question « n’est plus d’actualité ».

Jean Baptiste Ndefu explique néanmoins que cet argent a servi à payer 100 mois d’arriérés de salaire, des droits de retraités et 16 millions d’impôts.

« En son temps, l’argent généré par cette vente a du contribuer suffisamment aussi dans l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE. Il y a eu des impôts qu’on devait toujours à l’Etat-propriétaire fort malheureusement, par le biais de la DGrad. Les impôts, que nous avions estimés au départ à deux millions, mais pour lesquelles il fallait à tout prix payer seize (millions). Et le reste a permis de payer les arriérés de salaire qui se comptaient à 100 mois d’arriérés. Il y a les retraités de 1989, qui sont allés à la retraite sans bénéficier de leurs droits. On a du régler ce problème. Dans le lot, il y a les décédés, les licenciés, etc. », a-t-il affirmé.

Le député provincial Dieudonné Watsa avait notamment évoqué le fait que les employés de la Sokimo, à Bunia et Watsa, ne sont pas payés depuis sept mois, pour justifier ses accusations de mauvaise gestion.

De son côté, le directeur Général par intérim de la Sokimo, Michel Makaba, avait répondu que « des démarches sont en cours pour décanter la situation de la paie de travailleurs ».

Repost

Commenter cet article