Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Les FARDC et la MONUSCO préviennent la détérioration de la situation sécuritaire

com

Crée le 26-10-2012  07h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le vendredi 26-10-2012 -11H35 PAR : LE POTENTIEL

 

 

Sud-Kivu: La Force de la Monusco et les FARDC surveillent étroitement la situation sur le terrain afin de prévenir toute détérioration de l’environnement sécuritaire, et d’assurer la protection des populations civiles. Cette surveillance commune FARDC-MONUSCO  est une réponse dans un envirronnement sécuritaire jugé « volatile et imprévisible » durant la semaine du 17 au 24 octobre.

C’est dans ce cadre que la coalition a lancé le 18 octobre dans le territoire de Kalehe  l’opération conjointe « Jenga Usalama » (à traduire Consolider la paix), dans le but de nettoyer les zones affectées et de protéger les populations civiles. L’opération fait suite au vide sécuritaire créé par le redéploiement des troupes gouvernementales.

D’autres opérations sont en cours, renseigne la Monusco. Il y a entre autre, l’opération « Safe Guard » (Protection), pour laquelle le 21 octobre, la brigade du Sud-Kivu de la Force de la Monusco a établi un poste opérationnel à Nzibira, situé à 40 km au Sud-Ouest de Walungu.

Aussi, l’opération « Tahazari » (Alerte) lancée le 22 octobre contre les groupes armés, notamment la coalition FDLR-FNL et les Maï-Maï Yakutumba. Cette action en sa deuxième phase a permis l’arrestation par les FARDC de dix-huit éléments armés.
Une autre opération dénommée « South Sail » (Navigation vers le Sud) mène des patrouilles de longue portée sur le lac Kivu, de Bukavu vers les zoners situées autour de l’aéroport de Kavumu. Objectif : surveiller cette voie navigable, dissuader les activités des groupes armés et rassurer les populations.

Selon le porte-parole militaire de la Monusco, la  mission a poursuivi la semaine dernière dans les territoires de Walungu, Fizi et Kabare, ses opérations unilatérales dénommées « Kimbilio salama » (Refuge sûr), « Mkesha » (Protecteur), « Kuwamacho 1» (Vigilance), « Outreach » (Présence sur le terrain), « Retsoration of roads » (Réhabilitation des axes) et « Swift protection » (Protection rapide). Grâce à ces opérations, des patrouilles  sont intensifiées à partir des postes opérationnels établis dans ces territoires.

Par ailleurs, un groupe d’auto-défense a libéré le même mercredi 24 octobre, quatre personnes enlevées le week-end dernier au quartier Kakombe dans la cité d’Uvira par les rebelles burundais du Front national de libération (FNL). Les anciens otages ,quatre garçons âgés de 15 ) 19 ans, n’ont pas encore révélé les conditions de leur libération.

Des témoins affirment que les rebelles exigeaient la libération de quatre personnes dont une femme, son bébé et deux combattants FNL détenus avant de libérer leurs otages.

Selon radiookapi.net, les combattants du groupe d’autodéfense qui ont libéré ces otages affirment avoir capturé dix rebelles burundais qu’ils auraient conduits au 111ème bataillon de FARDC.

Repost

Commenter cet article