Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Nord-Kivu: des officiers des FARDC et de la Police condamnés à 10 ans de prison pour trafic d’armes

com

Crée le 16-10-2012  02h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mardi 16-10-2012 -17H10 PAR : RADIO OKAPI

Dans un dépôt d’armes à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Un officier des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), le lieutenant colonel Solinoko Akumaka Félix a été condamné à dix ans de prison ferme. Dans son arrêt rendu lundi 15 octobre à Goma au Nord-Kivu, la Cour militaire opérationnelle condamne aussi deux autres militaires et un officier de la Police nationale congolaise (PNC) à dix ans de servitude pénale principale avec admission des circonstances atténuantes. Ils ont accusés de trafic d’armes et participation aux mouvements insurrectionnels. 

Ce procès a impliqué une dizaine de militaires de l’armée congolaise et des civils. Six personnes ont été acquittées après un procès qui a débuté depuis le mois de septembre.

Le Ministère public se félicite du jugement rendu et met en garde d’autres officiers et soldats FARDC qui se pensent être au-dessus de la loi.

« La justice est là pout tout le monde il n’y a pas d’officiers au-dessus de la loi et même l’organe de la loi lui-même n’est pas au-dessus de la loi. A fortiori les autres qui sont dans les forces armées », a déclaré un membre de la Cour militaire opérationnelle qui a parlé sous couvert d’anonymat.

La même source demande aux autorités militaires, aux commandants, responsables et officiers de l’armée de se comporter conformément aux règlements militaires et à la loi pour ne pas être inquiété.

De leur côté, les officiers condamnés ont souligné que le processus était marqué par des interférences politiques. Selon eux, il fallait aussi interpeller les quelques hauts officiers des FARDC cités dans cette affaire pour rendre le procès plus équitable.

Repost

Commenter cet article