Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Nord-Kivu: les groupes armés entravent la lutte contre le cholera à Nyamilima, selon des sources sanitaires

com

 

Crée le 03-10-2012  07h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mercredi 03-10-2012 -07H30 PAR : RADIOOKAPI

 
Ce qu'il faut faire pour lutter contre le choléra d'après le MSF. Radio Okapi/ Ph. John BompengoCe qu'il faut faire pour lutter contre le choléra d'après le MSF. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

 

Quatre-vingts cas de cholera ont été enregistrés depuis le 24 septembre au centre de santé de Nyakakoma, une pêcherie située dans la zone de santé de Binza sur  la cote Est du Lac Edouard, dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Selon  les responsables de ce centre, la présence des groupes armés empêcherait les ONG d’approvisionner en clore cette aire. 

Dix cas sont sous surveillance médicale, selon un de responsable du centre de santé de Nyakakoma. «Depuis le 24 septembre, nous avons enregistré quatre-vingts cas, dont un décès. C’est un enfant âgé de douze ans de sexe masculin», a-t-il précisé.

Cette situation est liée au manque d’eau potable, la population locale étant obligée de consommer l’eau du lac. Ce responsable a redouté une aggravation de la situation sur le terrain:

«La population consommait l’eau en provenance de la localité d’Ishasha. Mais jusque là, la route est bloquée par les groupes armes. Alors, la population ne sait plus se déplacer de Nyakakoma jusqu’à Ishasha. On pense que cela risque de s’aggraver parce qu’à l’heure actuelle, il n’y a plus de chlore»

Avec la présence des rebelles dans cette région, a expliqué la même source, l’approvisionnement en chlore pose problème. Certaines ONG n’ont plus accès à Nyakakoma. D’autres se sont tout simplement désengagées, suite à la recrudescence de l’insécurité dans cette zone.

Selon les témoignages des habitants sur place, l’insuffisance des latrines dans la zone, facilite la propagation de cette épidémie. Près de vingt ménages se partagent une seule latrine, ont-ils affirmé.

Les milices locales Mai-Mai et les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) ont souvent organisé des attaques dans cette partie du au Nord-Kivu, selon des sources locales.

Des jeunes gens avaient barricadé la route Nyamilima-Ishasha, jeudi 7 juillet dans la matinée. Ils manifestaient contre l’attaque des FDLR, la veille, dans la localité de Nyamilima située à 40 km au nord-est de Rutshuru-centre.

Repost

Commenter cet article