Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Plan de balkanisation de la République Démocratique du Congo La Grande Bretagne nie son implication

com

Crée le 25-08-2012- 05h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 25-08-2012 - 16h19 PAR :LA REFERENCE PLUS

Par la bouche son ambassadeur accrédité à Kinshasa, la Grande Bretagne dément être parmi les pays supposés concocter un plan machiavélique pour balkaniser la République Démocratique du Congo. Pour Neil Wigan, “ c'est une accusation tout à fait fausse “. Le représentant de sa Majesté Elisabeth II en RDC a souligné qu'il est tout à fait impossible d'imaginer un tel projet qui ne cadre pas avec les intérêts britanniques. Au sortir de l'audience lui accordée, le jeudi 23 août 2012 par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon, l'ambassadeur Neil Wigan a soutenu que la RDC et le Rwanda sont des pays alliés. La Grande Bretagne a des grands programmes de coopération aussi bien avec le RDC que le Rwanda que les conflits actuels les mettent en mal, les menacent. “ Nous n'avons aucun intérêt à prolonger les conflits à l'Est de la RDC “, a-t-il dit.

Selon le diplomate britannique, la priorité maintenant pour que la paix revienne à l'Est de la RDC réside dans la stabilisation de la situation sécuritaire. A l'instar du vice-premier et ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, l'ambassadeur Neil Wigan entend aussi voir la MONUSCO jouer un rôle important aux côtés des FARDC, y compris une cessation de tout appui extérieur au M23. Dans le domaine politique, il a expliqué que son pays encourage le dialogue entre les pays régionaux dans le cadre du dialogue amorcé par la Conférence internationale pour la région des Grands lacs (CIRGL). Ce processus est très important pour assurer une paix durable tant en RDC que dans toute la région.

Par ailleurs, des informations non encore recoupées par le gouvernement congolais font état de la présence des éléments de l'armée ougandaise aux côtés du M23. Voulant savoir si la Grande Bretagne, en tant qu'ancienne puissance colonisatrice de l'Ouganda, ne peut user de son influence pour dissuader Kampala, le diplomate britannique a indiqué que Londres entretient d'étroites relations avec l'Ouganda et les deux pays discutent de la situation à l'Est. Il a ajouté que la Grande Bretagne encourage tous les pays voisins de la RDC à jouer un rôle constructif et surtout d'interdire tout appui aux forces négatives, c'est-à-dire le M23. « Avec le Rwanda, c'est un pays allié, nous avons des fortes relations mais nous avons été très clairs que le Rwanda doit cesser tout appui au M23. Je ne suis pas tout à fait d'accord que la Grande Bretagne n'a pas été active, plutôt nous avons été très engagé sur le plan bilatéral avec le gouvernement du Rwanda, sur le plan multilatéral au sein de l'Union européenne et au Conseil de sécurité des Nations Unies, mais aussi avec un appui à la MONUSCO qui a été très active pour protéger les civiles surtout dans la ville de Goma”, a-t-il déclaré.

Outre la situation sécuritaire très inquiétante à l'Est de la RDC, l'ambassadeur Neil a précisé qu'il a abordé avec le Premier ministre un autre sujet majeur à savoir : la coopération entre la Grande Bretagne et la République Démocratique du Congo et surtout l'appui de Londres au programme de réformes géré par le Premier Ministre.

Par rapport aux réformés qui sont entreprises, il a fait savoir que l'appui de son pays en faveur de la RDC est très actif. Sur le plan bilatéral, la Grande Bretagne alloue une enveloppe d'environ 200 millions de dollars américains. Le but de son entretien avec le Premier ministre était également d'échanger pour savoir comment l'Angleterre peut s'impliquer dans le programme de réformes entrepris par le gouvernement surtout dans les secteurs de la gouvernance, des Mines, de la bonne gestion, des finances publiques et de l'amélioration du climat des affaires. « Nous espérons que nous aurons un travail de plus en plus étroit avec le gouvernement congolais dans ces domaines », a-t-il affirmé.

Déo Mulima Kampuku 

Repost

Commenter cet article