Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Province Orientale : des militaires congolais accusés de viol et pillage à Opala

com

Crée le 17-10-2012  02h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mecredi 17-10-2012 -13H00 PAR : RADIO OKAPI

Armes à main, les militaires de Fardc concentrés lors du défilé du 30 juin 2010. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Des militaires congolais sont accusés d’avoir commis des viols au mois de septembre dernier sur des femmes dans les collectivités Toli, Kembe et Balinga Lidja dans le territoire d’Opala dans la Province Orientale. Dans une correspondance adressée lundi 15 octobre au comandant de la 9e région militaire, le président de la mutuelle Sama Wilangi, Jean-Pierre Litema Yeni, affirme aussi que ces militaires ont pillé des biens de la population dans ces groupements. 

Le président de la mutuelle Sama Wilangi, une structure regroupant les ressortissants de ce territoire, raconte qu’un groupe de militaires ont fait incursion dans un domicile privé, emportant tous les biens et violant quatre femmes au village Yambetsi le mois dernier.

Jean-Pierre Litema accuse des militaires d’avoir également violé des femmes dans les villages d’Omongo et Ongo.

Pendant la même période, ajoute-t-il, un autre groupe de militaires s’en sont pris à un jeune garçon qu’ils tentaient de rançonner au village de Yaolonga. L’infortuné qui résistait aurait été blessé par une baïonnette.

Jean-Pierre Litema Yeni indique que le même groupe aurait pillé la maison d’un chef d’église à Yasunge avant de faire la même opération dans une autre église de la même localité où ils ont emporté une moto.

Le commandant de la 9e région militaire demande aux victimes de saisir directement l’auditorat militaire.

Le président de la mutuelle Sama Wilangi sollicite, lui, la tenue d’une audience foraine à Opala pour établir les responsabilités.

En mai dernier, huit militaires ont été condamnés en audience foraine à des peines allant de six mois à dix ans de prison par la Cour militaire de Bunia, en Province Orientale. Ils étaient accusés de viol, homicide et détournement des effets militaires.

Repost

Commenter cet article