Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Province Orientale: plusieurs villages bordant le lac Albert confrontés au cholera

com

 

Crée le 08-09-2012-11h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 08-09-2012 - 12h45 PAR : RADIOOKAPI

Ce qu'il faut faire pour lutter contre le choléra d'après le MSF. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo 

Trente cas de choléra dont un décès ont été enregistrés depuis la semaine passée dans plusieurs localités situées au bord du lac Albert dans la zone santé de Tchomia en Ituri (Province Orientale). Ce vendredi 7 septembre, le médecin chef de cette zone santé, Docteur Hervé Bavi, a dit redouter une propagation rapide de l’épidémie à cause des mauvaises conditions hygiéniques dans ce milieu et de l’insuffisance des médicaments pour la prise en charge des malades. 

Ces cas de cholera sont notamment signalés à Nyamamba, Jo, Gbi ety Kasenyi. Docteur Hervé Bavi lie la résurgence de cette épidémie aux récentes crues de plusieurs cours d’eau dont le lac Albert qui ont inondé certaines localités et détruit les installations hygiéniques de plusieurs habitations.

Il dit craindre que les habitants ne consomment l’eau du lac qui s’est mélangée avec les excréments, précisant que les habitants des îlots Rukwanzi et Matete, situés dans le lac, sont les plus exposés au choléra à cause des conditions hygiéniques déplorables.

Le médecin chef de zone de santé de Tchomia déplore aussi l’insuffisance des médicaments. Sa zone de santé ne disposerait que de 100 litres de sérum oral. Une quantité qui serait insignifiante pour faire face à l’afflux des malades.

Entre les mois de décembre 2011 et mai 2012, on a enregistré plus de 3 400 cas de cholera, dont 123 décès en Ituri dans la Province Orientale. Selon le médecin du district sanitaire de Bunia, l’insuffisance de médicaments, le manque d’eau potable et les conditions d’hygiène précaires dans plusieurs localités constituent les obstacles majeurs pour juguler cette épidémie.

Repost

Commenter cet article