Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

RDC : la mission d’observation de l’UE plaide pour plus de transparence lors des prochaines élections

com

Crée le 29-03-2012- 23h50 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le jeudi 28-03-2012 - 23H52 AFRIQUE REDACTION PAR:RADIO OKAPI

Au centre, Mariya Nedelcheva, membre du parlement européen et chef observatrice à la mission d’observation électorale de l’union européenne en RDC( MOE UE). Radio Okapi/ Photo John Bompengo 

 

Dans son rapport final sur les élections présidentielle et législatives rendu public ce jeudi 29 mars, la mission d’observation électorale de l’Union européenne formule vingt-deux recommandations pour améliorer la transparence et la crédibilité lors des prochaines élections, provinciales et locales. Dans un communiqué publié mardi 13 décembre, elle avait déploré le manque de transparence dans les procédures de compilation des résultats de l’élection présidentielle. Ses observateurs avaient notamment remarqué que plusieurs témoins des candidats et des partis avaient été empêchés d’observer l’ensemble des étapes de la compilation au Katanga, à Kinshasa, au Sud-Kivu et en Province Orientale. 

La mission d’observation électorale de l’Union européenne recommande notamment :

  • la mise en place immédiate de la Cour constitutionnelle
  • la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), en tenant compte du nouveau paysage politique
  • la simplification des bulletins de vote
  • l’audit et la révision du fichier électoral

Le rapport préconise aussi la mise en application de la loi sur le financement des partis et l’adoption d’une loi encadrant les dépenses de campagne.

La Chef de cette mission d’observation électorale, Mariya Nedelcheva demande au Parlement d’adopter une loi organique qui devra repartir clairement les compétences entre le ministère de la Communication et médias et le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), organe de régulation des médias congolais. Objectif : mieux définir le rôle du CSAC et garantir son indépendance. Pendant la campagne électorale, certaines sanctions du CSAC contre des médias ont été perçues comme une démarche dictée par le gouvernement.

En matière de respect des droits de l’homme, elle recommande la lutte contre l’impunité en faisant toute la lumière sur les violences commises pendant la campagne électorale, pendant et après les scrutins, notamment en ce qui concerne le comportement des forces de l’ordre et de certaines autorités locales.

Repost

Commenter cet article