TWITTER AVEC AFRIQUE REDACTION

TWITTER AFRIQUE REDACTION

VOS-COMMENTAIRES-ARTV-copie-2.png

 

 LE-REGARD-VERS-LES-AUTRES.png

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles

Photos des articles publiés

  • LILIANE BEMBA 15
  • bongos-2-sec
  • I TELE
  • UNIKIN 1
  • TERRORISME EN RDC KABILA ASSASSIN

Twitter - Facebook

 

APPLETS-ACTUALITE.jpg APPLETS-MONDE.jpg APPLETS-AFRIQUE.jpg APPLETS-RDC.jpg APPLETS-DIASPORA-copie-1.jpg APPLETS--SOCIETE-copie-1.jpg APPLETS--CULTURE-copie-1.jpg APPLETS--SPORTS-copie-1.jpg APPLETS--INSOLITE-copie-1.jpg APPLETS--VIDEOS-copie-2.jpg

 

GROUPE ARTV NEWS 1 ESSAI 2

                                                                 Groupe  " Afrique Rédaction "

Venez nombreux rejoindre ce croupe de qualité avec une certaine pertinence dans les échanges, de posts, des images, vidéos et débats.
Accourez sur la nouvelle page de Roger BONGOS (Afrique Rédaction), celle qui remplace son compte facebook...

Liker (Aimer) cette page pour suivre l'actualité en continu de la RDC, du continent et du monde...
Cliquez sur ce lien ci dessous et également sur la bannière
https://www.facebook.com/groups/afriqueredactionrogerbongos/

 

Il y a actuellement  27  personne(s) connectées sur ce site

MAIL laredaction@afriqueredaction.com                  

 

       Roger BONGOS " Rédacteur en chef " Tél. : 00 33 - 652 - 754 - 090

 

 

 

ARTICLE-A-LA-UNE.png



Crée LE 21-08-2014 - 18H10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : | PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALEAFRICAINE. à JOUR LE jeudi le 21-08-2014 - 18H10 PAR : ARTV NEWS La clique de capo di tutti capi d’Etienne TSHISEKEDI veut mettre, les contestataires de leurs méthodes antidémocratiques au pas. La rébellion s’installe au sein de l’UDPS et dans la diaspora… Que dit la fameuse constitution, sur la limite d’âge, d’un prétendant à la magistrature suprême, au regard de son état de santé incompatible avec les intérêts de la république, que tout le monde d’ailleurs, aujourd’hui avec fougue (sic) veut la porter sur les fonts baptismaux du sacrosainte des valeurs de la démocratie ? On assiste à […]
Dimanche 16 septembre 2012 7 16 /09 /Sep /2012 07:17

Crée le 16-09-2012-06h20 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le dimanche 16-09-2012 -06h55 PAR : RFI

Médard Tombo.
Médard Tombo.
RFI/Habibou Bangré

Par Habibou Bangré

Agé de 42 ans, criblé de dettes, il comptait sur la vente de ses jus pour scolariser ses enfants. Mais la marchandise de Médard Tombo a été saisie dans le cadre de l'opération de salubrité publique «Kinshasa propre». Désespéré, il s'est ouvert le ventre à l'aide d'un tesson de bouteille en pleine capitale de la RDC, se blessant grièvement. Il raconte que ce sont les policiers qui l'ont d'abord blessé et qu'il n'a fait que «continuer leur œuvre».

De notre correspondante à Kinshasa

Service de réanimation de l’hôpital général de Kinshasa. A deux pas d’un homme et d’un bébé sous assistance respiratoire, Médard Tombo sommeille sous un drap blanc grisâtre. Il ouvre lentement les yeux et découvre faiblement son torse. Des pansements protègent en partie sa poitrine et son flanc gauche, qu’il avait lacérés avec un tesson de bouteille. Un autre pansement couvre, à droite de son nombril, une profonde coupure.

Retour jeudi, près de l’hôtel Memling, dans le centre de la capitale congolaise. Comme à l’accoutumée, Médard Tombo, 42 ans, vend à la sauvette des jus. Dans la zone, des policiers l’ont «tracassé» à plusieurs reprises. «Toujours les mêmes», affirme-t-il. «C’est devenu une habitude pour ces policiers de nous rançonner de façon régulière et constante», résume dans un filet de voix le père de quatre enfants. Mais ce jour-là, vers 12h00 locales, les choses ont mal tourné.
 
« Je sentais qu’on me vidait les poches »
 
Une patrouille de police est arrivée dans le cadre de l’opération d’assainissement «Kin propre», lancée en mai dernier par l’hôtel de ville. Cette opération se traduit entre autres par une chasse aux vendeurs ambulants, des destructions de marchés et de restaurants clandestins et des saisies de marchandises – souvent incendiées malgré les supplications des propriétaires, qui avaient pour certains été mis garde au préalable.
 
Médard Tombo n’a pas pu fuir la patrouille, et sa marchandise a été saisie. Auparavant, comme beaucoup, il s’était toujours résigné. Là, il a résisté. «Ils m’ont mis dans le camion et je sentais qu’on me vidait les poches… Je me suis dégagé, j’ai sauté du camion et je me suis mis en-dessous pour qu’il ne puisse pas avancer. Le commandant est venu, m’a dit de me lever, qu’on allait me rendre mes biens. Mais deux policiers n’étaient pas d’accord.»
 
« Que justice soit faite »
 
S’ensuit une bagarre entre le commerçant et les deux agents. «Je ne sais pas comment, mais les policiers m’ont blessé au ventre», raconte Médard Tombo. L’hôpital général indique que seul un objet «très tranchant» a pu causer une telle blessure. «Me sentant déjà mort, poursuit le vendeur, je me suis dit que j’allais continuer leur œuvre. J’ai cassé une bouteille pour me taillader, et me suicider. Je suis criblé de dettes parce que c’est la énième fois qu’on prend mes articles. J’étais désespéré. Les bénéfices devaient m’aider à scolariser deux enfants. »
 
Après s’être mutilé, Médard Tombo a perdu connaissance. Une photo de lui évanoui – à terre, le torse nu et tailladé, et sur laquelle le sang serpente – a circulé sur internet, et certains l’ont cru mort. Son décès démenti, restent la compassion, l’indignation, la colère. «C’est vraiment triste et pitoyable», «le pauvre, que justice soit faite», «hommes de justice, la balle est dans votre camp», ont écrit des internautes sur Facebook.
 
« Violation des droits de l'homme »
 
Sur ce même réseau social, un autre internaute a posté ce mesasge : «Peut-être le début du printemps bantou». Il fait allusion à la révolution qui a gagné le monde arabe quand le jeune commerçant tunisien Mohamed Bouazizi s’est immolé par le feu en décembre 2010, après qu’on lui a saisi les outils de travail. Comparaison identique en Une du quotidien Le Phare, qui titrait vendredi : « "Tunisie" manquée à Kinshasa »…
 
Les autorités ont condamné les dérapages de l’opération «Kin propre», mais des ONG déplorent l’impunité de leurs auteurs. Pour l’affaire Tombo, «j’avais demandé aux autorités d’arrêter ces policiers, parce qu’il faut les traduire en justice : c’est un cas de violation des droits de l’Homme, c’est un cas de mal-gouvernance, de brutalité et de violence contre la population», a expliqué le député d’opposition Franck Diongo, qui a rendu visite au patient.
 
Un rapport de l’ONU indique que le commissaire principal Nsiku, en charge de la patrouille de jeudi, a été mis en garde à vue pour «usurpation de pouvoir, tracasserie et extorsion». «Que l’Etat fasse ce qu’il peut faire, commente Médard Tombo, dont les soins sont pris en charge par la ville, et qui regrette sa tentative de suicide. La police est là pour garder les hommes et les biens. Mais maintenant, si c’est la police qui vous agresse...».

Par BONGOS ROGER - Publié dans : CONGO DEMOCRATIQUE (RDC)
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Twitter avec Afrique Rédaction

VIDEO POLITIQUE

 

VIDEO MUSICALE

 

VIDEO CULTURELLE

 

VIDEO GENERALE

 

Voir le profil de Roger Bongos sur LinkedIn

 

LA-CHAINE-PARLEMENTAIRE-EN-LIVE-LCP-copie-2.png

 

 

 

 

       

Regardez l'actualité de ce jour en image avec

Afrique Rédaction !

 

 

AFRIQUE REDACTION

Recherche

Catégories

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

La pub de la semaine

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés