VOS-COMMENTAIRES-ARTV-copie-2.png

Derniers Commentaires

 

 LE-REGARD-VERS-LES-AUTRES.png

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles

Photos des articles publiés

  • DSCF2296
  • lamecque.jpg
  • soldiers military field combat dress uniforms pattern Ugand
  • SOLDATS
  • afriquesida-1-.jpg

Twitter - Facebook

 

APPLETS-ACTUALITE.jpg APPLETS-MONDE.jpg APPLETS-AFRIQUE.jpg APPLETS-RDC.jpg APPLETS-DIASPORA-copie-1.jpg APPLETS--SOCIETE-copie-1.jpg APPLETS--CULTURE-copie-1.jpg APPLETS--SPORTS-copie-1.jpg APPLETS--INSOLITE-copie-1.jpg APPLETS--VIDEOS-copie-2.jpg

  afriqueredaction.jpg

 

Il y a actuellement  68  personne(s) connectées sur ce site

MAIL laredaction@afriqueredaction.com                  

 

       Roger BONGOS " Rédacteur en chef " Tél. : 00 33 - 652 - 754 - 090

 

 

 

ARTICLE-A-LA-UNE.png



Crée le 19-04-2014 - 21H50 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ETINTERNATIONALE . Mis à jour samedi le 19-04-2014 - 22H00 PAR : ARTV NEWS Bernard KATOMPA en compagnie de ses malabars et sbires Les vieilles habitudes congolaises de la première dictature dialeloliste (griots) de Mubutu ont fait surface lors de la conférence de celui qui devrait jouer le rôle que celui qu'on appelle Joseph KABILA l'a confié. Pour, afin d'avoir l'idée sur ce qui se dit, de ce fameux « millionnaire », qui n' en est pas d'ailleurs un. Pas de traçabilité sur son passé dans le combat, encore moins une référence comme celui du « fortuné» […]
Mercredi 26 septembre 2012 3 26 /09 /Sep /2012 11:48

 

Crée le 26-09-2012  01h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mercredi 26-09-2012 -11H50 PAR :OBSERVATEUR



Pour éviter les querelles d'écoles, il est sage d'affirmer que toutes les sciences se valent. Cependant, il y en a qui requièrent beaucoup plus d'attention que les autres, car une erreur, dans ces domaines, entraîne facilement la mort d'une ou de plusieurs personnes, ou l'égarement de toute une société. Dans d'autres sciences, par contre, les erreurs ont un impact corrigeable, récupérable, quand bien même la rigueur scientifique appelle tout le monde à l'observance stricte des règles de l'art qu'il exerce.

L'erreur que commet un mécanicien de véhicules peut ne pas être grave. Mais celle qui vient d'un mécanicien dans la navigation aérienne est très souvent fatale.

Il en est de même de la  médecine humaine qui est une matière qui requiert beaucoup de dextérité, d'attention et de maîtrise de la part de ceux qui l'exercent. D'où l'appel à une solide formation. C'est pourquoi un enseignant d'université qui se fait corrompre par un étudiant en médecine est pire qu'un criminel.

L'histoire est également une science capitale. Car la négligence, la non-prise en compte ou la banalisation des faits d'aujourd'hui, qui deviendront donc historiques demain, peut distraire ou même  perdre toute une société.

Simon Kimbangu, voilà un nom que personne ne peut prétendre ignorer, en tout cas pas dans notre pays. Personnage illustre, hors du commun, il capitalisa l'attention de toute l'Afrique centrale dès 1921, suscitant l'émoi dans certaines capitales européennes qui avaient des intérêts, déjà, en Afrique en ces temps-là. Pour des raisons politiques, les autorités coloniales belges le réduisirent au silence en le gardant emprisonné 30 ans durant, jusqu'à sa mort intervenue en 1951.

Seuls quelques soixante un ans nous séparent donc de la disparition de Kimbangu. Mais que de controverses, déjà, autour de sa personne !

Kimbangu est brusquement devenu un personnage important en 1921. Sociologues et historiens devaient donc d'emblée s'intéresser à lui. C'est ce que les Belges, et d'autres plus tard, ont fait. Il n'y avait peut-être pas encore des compétences congolaises en la matière. Mais, depuis lors, les Africains, notamment ceux des deux Congo et de l'Angola, ont eu le temps de se rattraper, d'autant plus que l'Histoire est justement la science qui étudie le passé.

Sur le plan sociologique, de vives controverses opposent plusieurs tendances. Les références relatives aux origines de Mfumu Kimbangu prêtent déjà à confusion. Trois clans, en effet, se disputent l'appartenance de Kimbangu. Ce sont les clans Mpanga, basé dans la mission de Gombe Matadi, près de Nkamba où Kimbangu naquit ; Nsenga dia Mfulama, basé dans le village de Sawana, près de Kisantu dans le Territoire de Madimba ; et Kimumba, dans le village Nsundi Kimbonga, Secteur de Kimumba, Territoire de Luozi.

Mais les controverses les plus intéressantes sont celles liées à l'activité même de ce personnage au charisme peu commun. Précisons tout de suite que comme le Christ, Kimbangu n'a pas fondé d'église. C'est huit ans après sa mort que le cadet de ses fils, appuyés en cela par de nombreux fidèles, créa une église des cendres du mouvement initié par son père.

S'il était trop jeune, trois ans à peine, à l'arrestation de son vénéré père pour témoigner de sa foi, Son éminence Joseph Diangienda s'était pourtant beaucoup et très bien informé, notamment par tous les collaborateurs de son père, ainsi que par des témoignages de nombreuses personnes que celui-ci avait soit guéri, soit ressuscité. Imprégné donc de la croyance de son illustre géniteur, il appela la nouvelle église fondée " Eglise de Jésus-Christ sur la terre par Son envoyé le Prophète Simon Kimbangu ", EJCSK en sigle. Il l'explique d'ailleurs très clairement dans l'important ouvrage qui porte sa signature, et qui s'intitule " L'Histoire du Kimbanguisme ", publié en 1984 aux Editions Kimbanguistes.

Depuis une vingtaine d'années, il se crée en RDC une floraison de sectes se disant " Eglises des Noirs ". Toutes se réclament de Kimbangu. Ce qui est plutôt excellent comme reconnaissance d'un valeureux fils du pays. Si dans la communauté qui est mieux connue sous l'appellation d'Eglise kimbanguiste, la position de Simon Kimbangu a beaucoup évolué par rapport aux débuts de cette église tel que souligné plusieurs fois par son chef spirituel dans l'ouvrage précité, dans ces sectes, dont plusieurs vulgarisent régulièrement leur message dans les différentes chaînes de télévision, le prophète est présenté tantôt comme le Créateur, tantôt comme le dieu des Noirs, tantôt comme l'égal de Jésus-Christ.

Dans cette dernière compréhension, expliquent-elles, il y a un seul Dieu mais il y a eu quatre créations humaines, chaque race ayant été créée séparément. Chaque race a son envoyé, disent-ils, Kimbangu étant celui des Noirs. Jésus-Christ, Bouddha, Mahomet et Kimbangu seraient donc des égaux, chacun d'eux ayant reçu la mission de conduire son peuple.

La première difficulté, c'est qu'aucun des leaders de ces sectes ne donne des indications sur l'origine de cette troublante vision des choses. La deuxième, c'est que les contemporains de Kimbangu qui ont eu à le voir à l'œuvre (le dernier de ses apôtres est mort il y a seulement quelques années), même ses irréductibles pourfendeurs, n'avaient cessé de témoigner de son infaillible chrétienté.

L'Afrique étant déjà affranchie de la tradition orale, qui du reste l'a beaucoup desservie, il serait vraiment dommage qu'une icône aussi importante que le prophète Simon Kimbangu soit aussi mal connue.

Comme on l'aura aisément constaté, ces controverses sont d'ordre historique et appellent donc un éclairage d'une rigueur scientifique irréprochable car il s'agit également là d'une matière religieuse. Or, un flou artistique religieux peut conduire de milliers, voire des millions d'individus à diriger leur foi vers ce à quoi ils n'auraient pas dû normalement croire, s'ils avaient su. Les historiens congolais sont-ils prêts à courir ce risque ou se sentent-ils interpellés, d'autant plus qu'il s'agit-là d'une page importante de l'histoire de notre pays ?

Car si les compatriotes de Kimbangu, du moins ceux d'entre eux qu'il intéresse, ne le connaissent pas dans ce qu'il a de plus cher, qu'en sera-t-il du monde extérieur ? Car la personne de Kimbangu a depuis longtemps déjà franchi les frontières nationales, et même africaines. Il nous appartient donc, à nous les premiers destinataires de son message, de le présenter sous son vrai jour. Sinon, cette image controversée franchira également les frontières précitées, prêtera à confusion et finira par réduire la haute portée de l'action de ce grand esprit du vingtième siècle.

Jean-Claude Ntuala

Par BONGOS ROGER - Publié dans : SOCIETE
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Retour à l'accueil

Page Facebook

Voir le profil de Roger Bongos sur LinkedIn

 

LA-CHAINE-PARLEMENTAIRE-EN-LIVE-LCP-copie-2.png

 

 

 

 


LOGO-AFRIQUE-REDACTION-TRAIT-NOIR-copie-1.jpg

Venez sur la nouvelle page de Roger BONGOS ( Afrique Rédaction), celle qui remplace son compte facebook...Venez Liker ( Aimer ) cette page pour suivre l'actualité en continu de la RDC, du continent et du monde...

       

Regardez l'actualité de ce jour en image avec

Afrique Rédaction !

 

 

AFRIQUE REDACTION

Recherche

Catégories

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

La pub de la semaine

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés