Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Sud-Kivu: des notables de Fizi dénoncent le recrutement des jeunes par les Maï-Maï Yakutumba

com

Crée le 08-09-2012-11h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le samedi 08-09-2012 - 12h45 PAR : RADIOOKAPI

Un milicien Maï Maï exhibe les armes qu'il a dérobées à Kiwandja. ( Photo : AFP ) 

Une délégation de sept acteurs locaux et notabilités du territoire de Fizi au Sud-Kivu a fait état, vendredi 7 septembre, du recrutement de nouveaux combattants au sein du groupe Maï-Maï Yakutumba à Ngandja. Par peur d’être prise en otage, cette délégation n’a pas pu arriver dans ce secteur, où elle se dirigeait à la recherche des bêtes emportées, début juillet, par ces miliciens.  

Depuis la fin du mois d’août dernier, les Maï-Maï Yakutumba procèdent au recrutement des jeunes et adultes, pour renouveler leurs troupes. La délégation, composée des chefs de groupements de Babungwe et Bashikalangwa, des chefs localités de Tulonge, Lubondja, Kikonde et Kazimiya, l’a annoncé à son retour d’une mission, à Fizi-Centre.

L’administrateur du territoire de Fizi a confirmé cette information.

Selon des sources locales, plusieurs jeunes garçons ont peur d’être enrôlés de force dans cette milice. Certains d’entre eux ont déserté des villages entiers, notamment Makama, Kongolo, Misha et Katenga. D’autres ont pris la direction de grands centres, comme Baraka, Sebele et Fizi-centre.

L’administrateur de Fizi s’est dit, cependant, très préoccupé par la tension encore vive entre les communautés locales. Celle-ci fait suite au pillage, en juillet dernier, d’une centaine de vaches et à la mort par balle de deux bergers banyamulenge à l’endroit, appelé “Forêt 17″, près de Lubondja.

Pour baisser cette tension, son conseil de sécurité, a poursuivi l’administrateur, avait décidé d’envoyer, mardi dernier à Ngandja, les chefs locaux pour aller rechercher ces vaches et les remettre aux propriétaires.

Mais, les sept chefs locaux ont affirmé avoir rebroussé chemin par crainte d’être pris en otage par les hommes armés de Yakut

Repost

Commenter cet article