Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Sud-Kivu: les militaires des FARDC s’affrontent entre eux à Kitindi

com

Crée le 06-08-2012-  13h10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le lundi 06-08-2012 - 15h00 PAR : ARTV NEWS

Armes à main, les militaires de Fardc concentrés lors du défilé du 30 juin 2010. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo 

Les éléments du 1e bataillon du 1009e régiment des FARDC basés à Kitindi, chef-lieu du groupement d’Ikama Kasanza, dans le territoire de Shabunda au Sud-Kivu se sont affrontés entre eux dans la nuit de dimanche 5 à ce lundi 6 août. La population locale a fui dans la brousse et plusieurs biens ont été pillés. Des sources militaires de Kitutu ont confirmé l’information, attribuant l’origine de ces accrochages à un officier des FARDC issu de l’ex-rébellion du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple). 

L’instigateur présumé, cité par des sources proches du commandement du 1009e régiment, est un certain major Thierry,  chargé des renseignements du 1e bataillon du 1009e régiment des FARDC à Kitindi. Il a tenté de faire défection avec un autre groupe des militaires de son obédience mais a buté à la riposte d’autres autres militaires loyalistes des FARDC. Des  échanges des tirs nourris entre les deux groupes ont poussé la population de Kitindi à fuir dans la brousse, où ils se cachaient encore lundi dans la mi-journée.

Aucun bilan, en termes des dégâts humains, n’a été signalé jusque là. Selon un notable local, il y a eu des scènes de pillages après ces  accrochages, qui ont duré presque toute la nuit. Le centre de santé de Ngoma par exemple a été pillé de fonds en comble: médicaments, matériels et près de 3 000 USD emportés, a-t-il précisé.

La hiérarchie du régiment des FARDC dont l’état-major est basé a Kitutu dit s’apprêter à «dépêcher une équipe à Kitindi pour rétablir la confiance au sein de la population locale mais aussi pour établir la responsabilité des uns et des autres dans ces accrochages».

Repost

Commenter cet article