Share
Assaut du Raid à Saint-Denis : trois personnes interpellées, au moins deux morts

Assaut du Raid à Saint-Denis : trois personnes interpellées, au moins deux morts

Une fusillade a éclaté mercredi tôt le matin à Saint-Denis, lors d’une opération policière. Abdelhamid Abaaoud est ciblé.

L¹ESSENTIEL EN DIRECT – Trois personnes ont été interpellées et au moins deux suspects ont été tués mercredi, au cours d’un assaut donné à Saint-Denis, au nord de Paris, par les forces antiterroristes. Une opération qui a été lancée dans le cadre de l’enquête sur les attentats de vendredi. Une violente fusillade de plusieurs heures a éclaté. Un civil a également été tué, un autre est blessé très grièvement, selon les pompiers. Quatre autres personnes ont également été légèrement blessées, dont trois policiers. L’opération “est en train de s’achever”, a déclaré la ministre de la Justice, Christiane Taubira, invitée du 7h45 d’Europe 1. La police conseille toutefois de ne pas sortir dans la zone concernée : la rue de la République, situé près de la place Jean Jaurès et de la basilique Saint-Denis.

Des détonations ont été entendues depuis 4h30 et jusqu’à plus 7h30. Les forces de l’ordre ont lancé une opération vers un appartement du centre de la ville où au moins cinq personnes étaient retranchées. Trois sont interpellées, au moins deux sont mortes. L’une des personnes interpellées a été blessée et conduite à l’hôpital. Parmi les suspects abattus se trouvait une femme, munie d’une ceinture explosive, qu’elle aurait faite exploser. L’organisateur présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud, était la cible de l’assaut mais on ignore à ce stade s’il a été interpellé.

  • Une opération du Raid a lieu depuis mercredi à l’aube, à Saint-Denis
  • L’organisateur présumé des attentats de vendredi, Abdelhamid Abaaoud, est ciblé
  • Une fusillade a éclaté lors de l’assaut. Au moins un civil a été tué et il y a plusieurs blessés
  • Il y a eu trois interpellations et au moins deux suspects ont été abattus, dont une femme

Ce qui se passe. Des échanges de tirs nourris ont éclaté mercredi matin dans le centre de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), où le Raid, l’unité d’élite de la police nationale, est intervenu dans le cadre de l’enquête sur les attentats de vendredi soir à Paris. L’opération a débuté vers 3h30 et les tirs n’étaient pas terminés trois heures et demie plus tard. Au moins cinq suspects étaient retranchés au troisième étage d’un appartement du 48 rue de la République, situé près de la place Jean Jaurès et de la basilique Saint-Denis, où sont enterrés les rois de France, précise-t-on de source policière.

 

Assaut-a-Saint-Denis-des-tirs-de-carabine-et-des-explosions



Trois personnes ont été interpellées, dont une conduite à l’hôpital. Au moins deux suspects ont également été abattus, dont une femme qui s’est faite exploser. C’est également elle qui aurait tiré sur les policiers au moment de l’assaut.

Un civil a été tué, un autre est blessé très grièvement, selon les pompiers. Quatre autres personnes ont également été légèrement blessées, dont trois policiers. D’importants renforts de police, dont un hélicoptère, et des moyens de secours ont été déployés sur place. L’ensemble du quartier est bouclé et les derniers arrêts de métro de la ligne 13, à Saint-Denis, sont fermés.

Pourquoi ça se passe. Au moins deux des auteurs présumés des attaques de vendredi sont encore activement recherchés, Salah Abdeslam, un second fugitif encore non identifié, ainsi que d’éventuelles personnes liées aux attaques, dont le Belge Abdelhamid Abaaoud, potentiel chef opérationnel des attaques. Ce dernier est d’ailleurs l’une voire la cible privilégiée de l’attaque, a-t-on appris de source policière. Il s’agit d’une opération dans un cadre judiciaire, ciblée, et non une perquisition administrative au hasard dans le cadre de l’Etat d’urgence.

Le quartier bouclé. On ignorait encore à 8h s’il restait des suspects en liberté. Mais le quartier restait bouclé au moins par sécurité. Les établissements scolaires, écoles et collèges, n’ouvriront d’ailleurs pas mercredi matin dans le centre-ville de Saint-Denis. Les écoles de la Plaine-Saint-Denis et du quartier de Pleyel seront, elles, ouvertes, a précisé la préfecture, recommandant “à la population d’éviter absolument la zone du centre-ville”, entre la gare de Saint-Denis et les rues autours de la mairie.

Europe 1

Laisser un commentaire