Share
AU COURS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE LA VSV PROTESTE CONTRE LES BRIMADES FAITES AU  » G-7 « 

AU COURS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE LA VSV PROTESTE CONTRE LES BRIMADES FAITES AU  » G-7 « 

 * Cette Ongd dénonce « des tentatives de la restauration de la pensée unique en RDC »Conférence de presse hier dans la salle  » Bazana Edadi  » sur des  » Ecuries-3858  » à Kinshasa-Ngaliema, siège de la VSV. C’est le directeur exécutif, Dolly Ibefo Mbunga et le coordonnateur Peter Ntumba Mukulu sous la modération de Laurette Misenga chargée de la communication qui ont animé la séance.

L’objet, c’est la « situation préoccupante » dans laquelle se trouvent les leaders du groupe dénommé  » G-7  » après leur exclusion de la MP. Il s’agit du MSR de Pierre Lumbi Okongo, de l’ARC d’Olivier Kamitatu, du PDC de José Endundo Bononge, de l’UNAFEC de Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, de l’ACO de Dany Banza, de l’UNADEF du patriarche katangais, le respectacle Charles Mwando Nsimba et du MSDD de l’élu de Katako-Kombe, Christophe Lutundula Apala Pene Apala.
La VSV constate qu’ils sont l’objet de brimades diverses et aussi des actions téméraires et vexatoires de la part de leurs anciens collègues de la MP. Ils sont diabolisés à souhait, voués aux gémonies et trainés dans la boue à longueur de journées à travers d’inlassables déclarations publiques de désaveu et de reniements.
L’Ongd proteste avec la dernière énergie contre ces abus que rien ne justifie. Elle estime par ailleurs qu’ils n’ont fait que donner leur opinion sur les questions brûlantes qui tenaillent les Congolais et sur base de l’exercice de la liberté d’expression garantie par la Constitution du 18 Février 2006 ainsi que des Instruments juridiques internationaux ratifiés par la RDC.

DES DERAPAGES VERBAUX QUI SONT UNE MENACE A LA DEMOCRATIE
La VSV voit dans ces dérapages verbaux des menaces à la consolidation de démocratie balbutiante en RDC. Elle voit surtout dans ces actes d’intolérance politiques, des tentatives de restauration de la pensé unique qu’il faut combattre à tout prix. Elle ne voit aucun péché qu’ont commis ces partis politiques du  » G-7  » dans leur lettre adressée au Président de la République, leur Autorité morale le lundi 14 septembre 2015.
Ils exigent dans ce courrier le respect absolu de la Constitution ainsi que l’alternance politique en 2016. Il s’agit là d’une démarche démocratique louable que la VSV applaudie des deux mains. Elle ne comprend pas toutes ces réactions violentes à l’égard du  » G-7  » et exige qu’on y mette fin immédiatement.
La VSV proteste encore contre le fait que d’anciens responsables de l’Etat comme le 1er Vice-Président de l’Assemblée nationale Charles Mwando Nsimba, Olivier Kamitatu, ancien ministre du Plan, Gabriel Kyungu, ancien Président de l’Assemblée provinciale du Katanga, Christophe Lutundula Apala, député national, Pierre Lumbi, ancien conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité ont pour certains vu leurs bureaux scellés ou encore leurs résidences encerclées par les forces de l’ordre.
L’Ongd déplore le fait que Gabriel Kyungu Wa Kumwanza par exemple se soit vu retirer sa garde rapprochée alors qu’il exerce encore les fonctions de Président de l’assemblé provinciale du Katanga. Tandis que pour Lutundula Apala, élu de Katako-Kombe, sa résidence est encerclée et l’équipement de sa chaine de Radio émettant de Katako-Kombe dans l’ancienne province du Kasaï Oriental est saisi.

DES PERSONNALITES AYANT ASSUME DES CHARGES PUBLIQUES
La VSV est d’avis que ces personnalités ayant assumé ces charges publiques doivent être protégées, sécurisées et respectées comme ailleurs quelles qu’en soient les circonstances. Car ces personnalités ont contribué au développement du pays par leur gestion de la chose publique.
Mais aussi du fait que es personnalité sont dépositaires des secrets d’Etat. Elles doivent être respectées quelles que soient les divergences qui les opposent à ce jour au pouvoir. La VSV exige aussi que soient sécurisés de la même manière les autres membres du  » G-7  » qui sont des officiels et qui ont démissionné comme des députés, des sénateurs, des ministres, des maires etc.
Ils ne peuvent aucunement être l’objet des brimades et menaces. Quant aux membres des partis politiques qui se sont désolidarisés de leurs Autorités morales, la VSV demande à celle-ci de considèrer cette position de refus comme une expression de la démocratie qui veut que toute personne jouisse de sa liberté de choix.

LA CHASSE AUX SORCIERES CONTRE LES PARTIS POLITIQUES DE LA MP
L’Ondg fustige une fois de plus les tentatives de restauration de la pansée unique au pays qu’on a connu en janvier dernier lors de la chasse aux sorcières contre les partis politiques de la MP opposés à toute révision de la Constitution et à un troisième mandat de Joseph Kabila.
C’est le cas de Jean-Claude Muyambo, Vano Kiboko et Francis Kalombo dont les deux premiers sont condamnés à une peine d’emprisonnement tandis que le dernier n’a eu de salut que dans l’exil forcé.
La VSV note en outre que la déstabilisation des partis politiques par le débauchage contre des postes juteux est un frein à la démocratie.
Et, faisant d’une pierre deux coups elle fustige les propos de certains partis de la MP qui s’attaquent au  » G-7  » en accusant d’avoir retourné leur veste âpres avoir tiré profit de leurs postes.
La VSV dénonce cette attitude car elle relève que les postes d’Etat ne sont pas des propriétés exclusives de ceux qui sont au pouvoir mais au seul peuple souverain.
Partant la VSV demande aux autorités congolaises de s’ouvrir aux points de vue divergents et de se mettre à l’écoute de tous, ce qui contribuera à la consolidation de la démocratie et à l’avènement d’un Etat de droit en RDC.
En ce qui concerne les membres du  » G-7 « , elle exige leur sécurisation totale à étendre à l’Opposition, aux défenseurs des droits de’ l’homme et aux journalistes. KANDOLO M./FORUM DES AS

Laisser un commentaire