Share
Au Maroc, la valeur de la production de cannabis équivaut à 23% du PIB, selon le département d’Etat américain !

Au Maroc, la valeur de la production de cannabis équivaut à 23% du PIB, selon le département d’Etat américain !

Au Maroc, la valeur de la production de cannabis équivaut à 23% du PIB, selon le département d’Etat américain !
Summary:
La valeur de la production du cannabis marocain équivaut à près de 23% du PIB du royaume en 2016, a indiqué le département d'Etat américain dans un rapport sur le trafic de stupéfiants à l’échelle internationale publié le 3 mars. «La production totale de cannabis au Maroc durant la saison 2015-2016 est estimée à 700 tonnes métriques, ce qui équivaut à 23% du PIB marocain estimé à 100 milliards de dollars », a précisé ce rapport.

0%

Au Maroc, la valeur de la production de cannabis équivaut à 23% du PIB, selon le département d'Etat américain !

La valeur de la production du cannabis marocain équivaut à près de 23% du PIB du royaume en 2016, a indiqué le département d’Etat américain dans un rapport sur le trafic de stupéfiants à l’échelle internationale publié le 3 mars.

«La production totale de cannabis au Maroc durant la saison 2015-2016 est estimée à 700 tonnes métriques, ce qui équivaut à 23% du PIB marocain estimé à 100 milliards de dollars », a précisé ce rapport.

Le département d’Etat a également fait savoir que le Maroc, qui occupe déjà le rang de premier producteur et exportateur de cannabis au monde, est devenu un important pays de transit de cocaïne provenant de l’Amérique du sud en direction de l’Europe comme en attestent les deux saisies record de cette drogue qui ont eu lieu l’an passé à Oujda ( 250 kg) et à Dakhla (1230 kg).

Le rapport révèle par ailleurs que le cannabis reste la drogue la plus utilisée au Maroc même s’il existe un marché intérieur pour la cocaïne et l’héroïne. 19 000 personnes y sont en détention pour des affaires liées au trafic de drogue, soit 25% du nombre des détenus dans ce pays.

Le gouvernement marocain a cependant «reconnu ses limites» en matière de lutte contre le trafic de drogue.

Le rapport précise, par ailleurs, que l’administration américaine chargée de la lutte contre la drogue (Drug Enforcement Administration/DEA) a ouvert en février dernier à Rabat son premier bureau régional en Afrique, tout en indiquant que le Maroc et les Etats Unis n’ont pas encore signé un accord bilatéral d’extradition. A Ecofin

Laisser un commentaire