Share
Au nom du père, du fils et des talibans…La RDC est-elle prise en otage par les ethno-tribalistes et talibans lubas ?

Au nom du père, du fils et des talibans…La RDC est-elle prise en otage par les ethno-tribalistes et talibans lubas ?

La RDC est-elle prise en otage par ceux qui montrent, une grande intolérance et déviance démocratique en s’appuyant sur la division tribale  ? Une observation, une appréciation ou un constat fait sur la base d’un grand nombre et récurrents comportements à caractère tribal où, la tolérance politique est jetée aux orties, pour laisser place au «talibanisme» puant qui pollue, les réseaux sociaux et médias congolais.

Au nom du père, du fils et des talibans…La RDC est-elle prise en otage par les ethno-tribalistes et talibans lubas ?
Summary:
La RDC est-elle prise en otage par ceux qui montrent, une grande intolérance et déviance démocratique en s'appuyant sur la division tribale  ? Une observation, une appréciation ou un constat fait sur la base d'un grand nombre et récurrents comportements à caractère tribal où, la tolérance politique est jetée aux orties, pour laisser place au «talibanisme» puant qui pollue, les réseaux sociaux et médias congolais.

0%

Au nom du père, du fils et des talibans...La RDC est-elle prise en otage par les ethno-tribalistes et talibans lubas ?

User Rating: 0 (0 votes)

La RDC est-elle prise en otage par ceux qui montrent, une grande intolérance et déviance démocratique en s’appuyant sur la division tribale  ? Une observation, une appréciation ou un constat fait sur la base d’un grand nombre et récurrents comportements à caractère tribal où, la tolérance politique est jetée aux orties, pour laisser place au «talibanisme» puant qui pollue, les réseaux sociaux et médias congolais.

Un confrère que je tais son nom, dira d’un air très dépité, je cite: «Ces gens-là sont solidaires, même dans le mal». Il tirera ces conclusions, non dans le but de polémiquer,  ou d jeter opprobre sur les lubas, mais de nous faire observer, où se trouve le nœud de ce qui ronge présentement, le Congo, livré aujourd’hui à une grave crise de l’ordre morale, anthropoligique et sociétale.

Une société moralement corrompue, infâme et influencée par une nouveauté venue dans le paquetage de ceux qui sont rentrés en RDC avec des bottes de jardinier, en inoculant le germe de la haine, du tribalisme et de la division pour règner et s’éterniser au pouvoir, afin qu’ils parviennent à leur dessein.

Quoique, je puisse avoir un avis ou une opinion très négative sur ce que le fameux Mérechal-président, de ses 32 ans de pouvoir à la tête du Zaïre, Congo actuellement, il devrait se retourner dans sa tombe, en voyant, le tribalisme rongeait les instituions et la société congolaise comme de l’acide qui entamerait métal anti-corrosion. Le 7 septembre 1997, à 66 ans le règne de Mobutu s’est traduit, par un simple, vulgaire et immense pierre tombale, plutôt un caveau familial drapé d’un parterre caractérisant, la couleur de son cœur. Ce qu’on peut retenir de la fin de cet homme qui faisait trembler toute l’Afrique subsaharienne, où il pouvait d’un craquement des doigts provoquer des coups d force dans des pays voisins…

Mais, ce que les gens oublient de mentionner, que l’époque de Mobutu, lorsqu’elle tirait vers sa fin, le pays a été gérée par une clique de bras cassés, au comportement tribal qui a fait aveugler celui qui ressemblait à son ombre avant sa mort, Mobutu. Les Nzimi, le Ngbanda, le Baramoto et Cie, ont été les artisans de la chute de ce monument qui avait des bonnes idées pour l’Afrique, particulièrement pour son pays. Hélas, trahit par l’appétit glouton de ses proches tribaux toxiques pour lui et pour la Nation…

Des bonnes idées enterrées, de par le tribalisme Ngbandi, qui permettra aux envahisseurs, de marcher de l’Est de la RDC, comme un éclair avec leurs bottes de jardinier en Kadogo, jusqu’à la capitale pour s’établir en maître, en prenant soin, d’attiser la flamme de la haine, du tribalisme et de la trahison. 

Mobutu avant que sa maladie, où n’apparaissait plus publiquement,  mais très sporadique, il invitera au Cap-Saint Martin, son fidèle «opposant» et le parrain de son fils, Etienne Tshisekedi pour le léguer l’héritage d’un pays ravagé.  Les Ngandis et Ngwaka les plus acharnés, et tribaux, ont fait barrage sur cette idée, en évoquant, un argument de taille, qu’on aujourd’hui dans un contexte très particulier,  où on vit sur le fil du rasoir, le tribalisme luba aveugle,  qui détruira les congolais et empoisonnera le territoire congolais. Avaient-ils raison ?

A chaque chose, malheur est bon, et la vraie vérité nous éclate sur le visage…!

De l’échec, de la défaite fabriquée du « leader maximo » aux dernières élections en 2011, le vrai visage de ceux qui ont le vrai ADN du tribalisme, en essayant de faire avaler leur jus de chaussettes, de la Ciguë à tous les récalcitrants à leur intransigeance démocratique, est mis en évidence, avec des effets dévastateurs de cette gangrène qui monte, qui monte et se métastase…

Durant la compagne chaotique et contestée de par l’immaturité politique de l’UDPS, aux élections de 2011, tous ont été derrière cet homme qui symbolisait l’unité, encore moins sa tribu et surtout pas ces  fous alliés de talibans qui font vaciller son idéologie,  si tant est qu’il en avait, mettant une dose puant de la discorde entre les congolais facilement manipulable, victime de 32 ans qui pèsent encore lourdement dans leur subconscience et habitude.

Qui se souvient encore que, les plus de votants pour Etienne Tshisekedi aux dernières élections présidentielles, étaient ceux du bas-Congo? Qui se souvient encore des marches, des marches et campagnes d’arrache-pied que la diaspora congolaise de partout a déployé pour que cet homme soit, de fait notre candidat, candidat de la Nation avec un plébiscite sans précédent?

Qui se souviendra encore, que beaucoup de nos confrères, Freddy Mulongo y compris ont puisé dans leur économie pour s’occuper de la campagne de celui qui devrait être le président de la RDC en 2011? Et encore, et encore… 

Est-ce que ces ethno-tribalistes, ces puants ennemis de la républiques savent-ils encore, que j’avais, fait l’interview de celui qui était adulé et cru de par son combat? Qu’avait-il dit, lors, de notre entretien téléphonique ? Qu’avait-il fait comme promesse aux congolais ?

Tous ces questionnements se résument, par un balayage de la main, l’oubli volontaire et calculateur de ceux qui croient qu’ils gagneraient ce combat par le mépris des autres et l’oubli du passé?  Quel gâchis !

Les sages africains disent: “pour avancer dans la vie, il faut impérativement regarder d’où on vient. Et si on venait de tomber, il faut savoir d’où, on a commencé à glisser. C’est le gage de la réussite…

Qu’avait-il dit, l’homme que la diaspora avait délibérément cru sans achat de conscience. Où tout le monde était en rang serré derrière un espoir, son discours sur un état de droit…et l’unité de  Congo multiculturel ? Il avait menti non par mépris aux congolais, mais seulement parce qu’il était inconscient de ses actes, avec un entourage  qui l’avait enfermé comme à l’époque du mobutisme, dans la mythomanie, et dévergondage, en ayant pieds et mains liés par la pression familiale et tribale…

Le passé récent n’a pas servi de leçon, et on se retrouve avec l’aide grossissant des réseaux sociaux, des affidés du parti-familial qui menacent, insultent matraquent avec leur Fake-News bien élaborées dans leur laboratoire pour fustiger, bannir et salir ceux qui toucheraient leur gagne pain futur maculé du sang, rendant de fait, ce parti, UDPS qui était un héritage national, un héritage à nous tous, un lambeau, “un torche-cul” où tout le monde vient s’essuyer.

Le père n’ayant pas réussi à faire passer son idéologie, qui n’avait d’ailleurs pas, laisse le bateau UDPS infesté des rats, tanguer. Celui-ci , étant en lambeau avec des divisions profondes, le fils contesté par une dissidence farouche, croit faire de ce parti où les 13 parlementaires avaient essuyé les plâtres avec le régime de Mobutu, se trouvent la mort dans l’âge, amers en voyant leur bébé commun, soit confisqué par une clique de rétrogrades, d’incultes, qui polluent la vie politique de la RDC, dans leur compromission la plus abjecte, permettant à Kabila avec son nom d’emprunt, de surfer sur les institutions congolaise avec l’aide celui qui devient à ce jour le président de l’UDPS.

Une présidence taillée sur mesure avec des arrangements nauséabonds qui relèvent bien, des pratiques et méthodes de la Douma, en Ex Union Soviétique. Quelle incurie!

Cette dramatique situation ne doit-elle pas être dite, en toute vérité et impartialité par ceux qui ont une certaine expertise en la matière? Ils sortent leur meute de loups, pour déchiqueter ceux qui oseraient dire un mot contre le chef tribal Félix Tshisekedi. Ils se foutent le doigt dans l’œil et on n’y veillera! C’est avec ces méthodes comptent-ils gouverner un jour ?

On montre clairement la brindille qui est dans l’œil de l’autre, et ils y ignorent qu’ils portent en eux, la poutre de la honte, de la traîtrise et du tribalisme le plus exécrable qui pousse les uns et les autres à s’interroger sur cet agglomérat et conglomérat de puants tribalistes.

Lorsque Etienne Tshisekedi faisait ses bourdes les plus détestables, les erreurs politiques d’un petit apprenti, personne n’a levé le doigt pour commenter ses enfantillages et son incurie en politique. Aujourd’hui, les adversaires de l’UDPS, de ce fameux Félix Tshisekedi qui fut un petit livreur de pizzas, font ce que le père faisait en cachette dans sa «bifacerie» et sournoiserie, tout le monde crie à au complot et à la trahison contre la république… Consultez l’histoire, et vous serez affranchi par la vraie vérité et les casseroles que votre leader qui est enterré provisoirement en Belgique a pu traîner…

Combien de fois, Félix Tshisekedi avait-il vu  et rencontré en cachette le locataire de la ferme de Kingakati qui je rappelle, est illégitime et a glissé à cause du père, suivi par le fils et soutenu par le saint esprit taliban ?

Comment peut-on expliquer à la veille du voyage de Kabila en Angola, à Luanda, la Kabilie, comme par enchantement, accordera une fleur à Félix Tshilombo, d’organiser son Meeting à Ndjili où, ce monsieur s’est permis de narguer la famille de Rossy MUKENDI et tous ceux qui sont tombés en 2015, 2016 et 2017 en disant sans sourciller que la police qui a sécurisé son meeting sans consistance, était professionnelle?  Toutes les victimes découvertes dans des fosses communes devraient se retourner dans leur tombes en écoutant ces inepties…

Celui qui porte par usurpation, le nom de Joseph Kabila, en prenant son avion pour Luanda, avait un gage qui devrait le présenter à la Sadc qui fait la pression sur sa façon despotique de gérer la RDC. Une perche en or, pour cet imposteur qui n’en demandait pas autan. Pourquoi donc, ce cadeau à Kabila ? Espère t-il une primature pour avoir de quoi organiser sa compagne où ses bailleurs ne croient pas à sa chance de gagner.

Il y avait-il, un accord secret signé par l’amateur Félix Tshisekedi, un blanc-seing qui permet à Kabila de prouver devant ses pairs : qu’il s’ouvrait vers l’opposition en accordant des meeting à l’opposition, conformément aux dispositions de l’accord de Saint Sylvestre ;

Son accord pour le rapatriement du corps de son père, le gourou qui léguera l’upds, considérait comme le patrimoine national à une clique de mendiants, d’illuminés et ventripotents de la 25ème heure.

Sourire d’un vainqueur, Kabila présentera, ces éléments à la Sadc, qui a ses dépens adoucira sa décision sur ce régime particulièrement pernicieux dangereux…Qui a trahi et qui en parle ?

Comment peut-on admettre, ces deux poids deux mesures, lorsqu’on autorise un meeting à Sainte-Thérèse à Ndjili, et on réprime les activistes de Lucha qui essaient de rendre une ville propose avec leur action environnemental, et lorsqu’on enfin un meeting et manifestation à Béni, le lendemain de la mascarade de Félix à Ndjili où, on faisait des éloges de la police, connue pour sa barbarie et sauvagerie ?

Pour couronner ces imbécillités, Félix Tshilombo, comme le père a fait en son époque, où demandait aux congolais de la diaspora, aux congolais tout court de mettre la main dans la poche pour soutenir son imperium. Tout le monde dans cet élan de solidarité, dans cet élan citoyen et patriotique en utilisant un slogan creux “nous allons établir, un état de droit” ,  Cette escroquerie, permettra à son auteur, d’empochera un pactole, où personne n’a vu, le moindre détail, un descriptif des cotisations de ceux qui ont soutenu cette triste cause qui devient, une cause tribale. Personne, n’a la moindre idée de cette petite fortune empochée ! D’après les informations que j’eusse à ma possession, la mère fouettarde, a allègrement pioché dedans…J’en ai des preuves de cette escroquerie familiale…

Félix, ne souhaite pas pas inventer le fil à couper le beurre,  et fait dans le culot avec un système qui a produit ses résultats «bis repitata», il réclamerait aux mêmes personnes qui ont enrichi la famille Tshisekedi de remettre la main dans la poche pour soutenir sa candidature, pardon sa vie de pacha, puisque politiquement, cet individu, ne ressemblerait à un simple «David Copperfield » en créant l’illusion parfaite en faisant croire à qui veut l’entendre, qu’il gagnerait ces prochaines élections haut la main,  qui semblent déjà indéfiniment pipées par ces fameuses machines à voter, dénoncées d’ailleurs, par la Corée du Sud où un audit demandé et une enquête est diligentée pour savoir comment le marché a été attribué par ladite société, accusée aujourd’hui de collision avec les autorités de la RDC, avec la participation active de la CENI dans cette fourberie.

Est-ce que le 20% de la tribu luba permettra à l’intrus qui gère le parti-familial, UDPS de gagner, les élections en RDC ?

Une chose est certaine, Félix  Tshilombo a déjà crée aujourd’hui, avec ses anciens partenaires, la diaspora congolaise remontée contre son tribalisme, une vraie cassure et ses chances d’être le prochain président de la RDC se trouvent à milles lieux de là.

Dites nous, que peut-être, ce président d’un vaste pays sous continent comme la RDC, qui compte dans son bureau politique que des gens de sa tribu? 98% de gens qui ont organisé son meeting à Ndjili étaient comme par hasard ceux de sa tribu. Comment peut-on espérer un Congo pacifié avec tous ces talibans, ces ethno-tribalistes qui attendent la victoire de leur chef tribal pour asservir les congolais, et embastiller les journalistes qui oseraient critiquer leur chef ?

Un philosophe congolais incontesté, que j’ai eu un entretien bien instructif avec, me disait dans un langage sans ambages: «ceux qui choisiront, Félix Tshilombo comme président, boiront le calice jusqu’à la lie»

Un homme averti en vaut deux…

Roger BONGOS

7 Commentaires Sur cette publication

  1. Félicitations monsieur, vous savez rependre l’amour du prochain…

    Répondre
  2. Kathy

    C’est dommage. Il n’y a que des cons de ton rang qui griffonnent de tels propos. Si tu manques d’inspiration, va te faire pendre et laisse Fatshi tranquille.

    Répondre
  3. André KABANDA Kana

    A la lecture de cet article intitulé : “Au nom du père, du fils et des talibans…La RDC est-elle prise en otage par les ethno-tribalistes et talibans lubas ?”, des nombreuses questions ont traversé mon esprit et la plus importante, qui doit s’imposer à tout esprit critique, est : quelle est le message constructif que l’auteur a voulu transmettre à ses lecteurs ? Pour ne pas influencer l’opinion; pour éviter d’influencer tous ceux qui seront tentés de répondre à cette question, je vais m’abstenir de donner mon avis. Je me contenterai simplement de relever qu’un journaliste qui avance tant d’accusations sans apporter un seul début de preuve, sort de son rôle d’informateur et devient un simple calomniateur qui court le risque de voir des procès le rattraper. A bon entendeur, salut !

    Répondre
    • Matondo_Mingi

      PREUVE No 1: du TRIBALISME LUBA-KAS au sein de l’UDPS , un parti national d’un pays composé de plus 250 tribus
      Le cabinet «ULTRA-TRIBALISTE » de Félix TSHILOMBO TSHISEKEDI-UDPS / BalubaKas Sep. 2017
      Position Nom et prénom Province/région d’origine Tribu
      1 Directeur KASHAMA MUKEBA Ferdinand Kasaï Muluba
      2 Directeur communication BUKASA KALONJI Jean-Claude Kasaï Muluba
      3 Conseiller juridique BILALE KABISHI Éric Kasaï Muluba
      4 Conseiller Spécial TSHILUMBA WA TSHILOMBO Kasaï Muluba
      5 Porte-Parole LWAKABWANGA TSHIBIJA A. Kasaï Muluba
      6 Secrétaire part. MUNDELA KALOMBO Paul Kasaï Muluba
      7 Attaché de presse MULUMA LWAKUBIJI Michée Kasaï Muluba
      8 Chef de protocole LOLO-YEYE-MBUJ Kasaï Muluba
      9 Responsable logistique TUBAJIKA KABASELE Kasaï Muluba
      10 Agent protocole KASUKA MUTOMBO Kasaï Muluba
      11 Agent protocole TSHITUNGU MPOYI James Kasaï Muluba
      12 Agent protocole KALONJI MUTOMBO Boni Kasaï Muluba
      Conclusion:
      1. Les membres du Cabinet de Félix TSHILOMBO sont tous de la même tribu que Félix TSHILOMBO lui-même;
      2. Ces membres sont « tous » « Luba » du Kasaï.
      3. A titre d’information, les trois Kasaï comptent plusieurs tribus.
      4. Le Cabinet TSHILOMBO n’est pas représentatif, ne reflète pas la composition tribalo/ethno-régionale des membres du parti national UDPS et surtout de la Société rdcongolaise qui est composée de plus 250 tribus.
      5. Et pourtant bon nombre des BALUBA bénéficient des retombées de la politique de l’Egalite des Opportunités et des Chances mise en place dans les pays européens et occidentaux.
      6. Et malgré tout, ils vont nier…

      Répondre
    • Matondo_Mingi

      Tableau 2 : le gouvernement « TRIBALISTE des BALUBA » de L’«État Autonome du Sud-Kasaï » du Mulopwe Albert DITUNGA KALONJI
      PREUVE No 2: du TRIBALISME LUBAKAS 1960: la composition du gouvernement de la République Sécessionniste du Sud-Kasai
      1 PRESIDENT : Sa Majesté l’Empereur des BALUBA, Mulopwe Albert DITUNGA KALONJI Kasaï Muluba
      2 Ministre d’Etat et des Affaires Economiques Albert KANKOLONGO Kasaï Muluba
      3 Ministre de l’Agriculture Adolphe NGANDU Kasaï Muluba
      4 Ministre de l’Enseignement Jérémie ILUNGA Kasaï Muluba
      5 Ministre de l’Info. et de la Gendarmerie Ferdinand KAZADI Kasaï Muluba
      6 Ministre de l’Intérieur Jonas MUKAMBA Kasaï Muluba
      7 Ministre de la Fonction Publique Norbert BEYA Kasaï Muluba
      8 Ministre de la Justice Etienne TSHISEKEDI Wa MULUMBA Kasaï Muluba
      9 Ministre de la Santé Félicien ILUNGA Kasaï Muluba
      10 Ministre des Finances Albert NYEMBWE Kasaï Muluba
      11 Ministre des Télécommunications et Voies des Communications Justin KASANDA Kasaï Muluba
      12 Ministre des Travaux Publics Paul NGANDU Kasaï Muluba
      13 Ministre du Travail et des Affaires Sociales Théodore TSHISWAKA Kasaï Muluba
      Les Secrétaires d’Etat
      14 Secrétaire d’Etat à l’Education Civique André MUNTU Kasaï Muluba
      15 Secrétaire d’Etat au Commerce Jean BAZILA Kasaï Muluba
      16 Secrétaire d’Etat aux Réfugiés Hilaire NGOYI Kasaï Muluba
      Conclusion:
      1. C’est la même conclusion comme dans le cas du Cabinet de Félix TSHILOMBO en 2017.
      2. Tous les membres du gouvernement de Mulopwe Albert KALONJI DITUNGA sont des « LUBA » du Kasaï et pourtant le Sud-Kasaï est composée d’autres tribus.
      3. Où est la représentativité sociologique du Sud-Kasaï dans ce gouvernement sécessionniste?

      Répondre
    • Matondo_Mingi

      PREUVE No 3 : du TRIBALISME LUBA KASAI (2013)
      Ile de MATEBA (Kongo-Central)
      « Traité de Nice »
      Les signataires (2013)
      L’auto-proclamé « Conseil National Congolais » qui signa le Traité de Nice était composé de dix RD-Congolais dont :
      • 8 BALUBA du Kasaï ;
      • 1 Mukongo du Kongo-Central et
      • 1 Tetela de Sankuru.

      Voici la composition tribalo-ethnique « Conseil National Congolais » :
      1. Bea MULUMBA bin MUTEBHA (Luba /Kasaï)
      2. MBOKANGA BESHENGA Françoise (Luba /Kasaï)
      3. MOELA KALALA Omer (Luba /Kasaï)
      4. NGANDU MUALABA (Luba /Kasaï)
      5. TSHIMBALANGA MPONDANGA (Luba /Kasaï)
      6. TSHIMPAMBA MPUILA (pour Etienne TSHISEKEDI (Luba /Kasaï)
      7. TSHITEBU KANY KANYANGA (Luba /Kasaï)
      8. YAV Marilyn (Luba /Kasaï)
      9. MUNGAMBENDO POLO George* (Mukongo/Kongo-Central)
      10. SHUNGU OKITAWUNGU* (Tetela/Sankuru/Grand Kasai)
      Conclusion:
      Assoiffé de pouvoir pour le pouvoir, cette « bande des inciviques BALUBA KASAI » a s’est autorisée à brader la souveraineté nationale d’un pays, d’un Etat membre de l’ONU et de l’Union Africaine.

      Répondre
      • Roger Bongos se trompe de cible.
        Nous tous nous savons que vous etes pour le regime ou vpus avez un penchant naif envers un autre congolais mais de votre obedience politique,
        Limitez vous a ce niveau.Faites la campagne de votre candidat mais vous etes alle trop vite en besogne.Est – ce que vous avez deja demantele le pouvoir sanguinaire, inique, egoiste qui est encore en place ?

        Répondre

Laisser un commentaire