Share
BANGLADESH: 23 MORTS DANS UNE BOUSCULADE LORS D’UNE DISTRIBUTION DE VÊTEMENTS

BANGLADESH: 23 MORTS DANS UNE BOUSCULADE LORS D’UNE DISTRIBUTION DE VÊTEMENTS

Une bousculade vendredi lors d’une distribution de vêtements gratuits ayant rassemblé plusieurs centaines de personnes pauvres a fait 23 morts à Mymensingh dans le nord du Bangladesh, a annoncé la police.

Le drame s’est produit lorsque la foule tenté de forcer le passage à l’entrée étroite d’une usine où ces personnes patientaient dès avant l’aube, ont indiqué des responsables de la police locale à l’AFP.

Les images de télévision montraient une scène de désolation, avec des centaines de sandales ensanglantées et déchirées à l’entrée de l’usine qui produit du tabac à mâcher.

« Nous avons retrouvé 23 corps. La plupart des victimes sont des femmes pauvres et émaciées », a dit le chef de la police de la ville, Moinul Haque, à l’AFP. Quatre sont blessées, selon lui, les médias locaux évoquant plusieurs dizaines de blessés.

Le bilan pourrait s’alourdir, a précisé un haut responsable d’un commissariat proche de l’usine, Kamrul Islam.

« Des gens ont emporté le corps de leur proche avant l’arrivée de la police sur les lieux », a-t-il dit.

Le propriétaire de l’usine et six autres personnes ont été arrêtées, a précisé Islam.

Quelque 1.500 personnes attendaient devant l’usine de tabac à mâcher vers 04H45 (22H45 GMT jeudi), selon la police, après que ses propriétaires eurent annoncé la distribution de vêtements gratuits aux plus pauvres, selon la tradition islamique.

Les riches Bangladais distribuent fréquemment des vêtements aux plus pauvres pendant le ramadan, qui a débuté le 19 juin, mais ces distributions débouchent occasionnellement sur des bousculades mortelles.

Une quarantaines de personnes avaient ainsi trouvé la mort dans un drame similaire dans une usine textile à Tangail (nord) en 2002.

La sécurité des usines est une problème aigü au Bangladesh, mis en lumière par l’effondrement du complexe textile du Rana Plaza en avril 2013 qui a tué plus de 1.100 personnes, l’un des pires accidents industriels de l’histoire.

Laisser un commentaire

*