Share
Bras de fer USA-Mexique: payer le mur de Trump? « Hors de question », prévient la diplomatie mexicaine

Bras de fer USA-Mexique: payer le mur de Trump? « Hors de question », prévient la diplomatie mexicaine

Bras de fer USA-Mexique: payer le mur de Trump? « Hors de question », prévient la diplomatie mexicaine
Summary:
Le nouveau chef de la diplomatie mexicaine, Luis Videgaray, a jugé mardi "hors de question" que son pays paye pour le mur que Donald Trump compte construire à la frontière entre les deux pays.

0%

Bras de fer USA-Mexique: payer le mur de Trump? "Hors de question", prévient la diplomatie mexicaine

Le nouveau chef de la diplomatie mexicaine, Luis Videgaray, a jugé mardi « hors de question » que son pays paye pour le mur que Donald Trump compte construire à la frontière entre les deux pays.

Lors des négociations avec les Etats-Unis, « nous n’allons pas transiger » sur les questions de « souveraineté nationale », au nombre desquelles le fameux mur, « c’est hors de question », a promis sur la chaîne Televisa M. Videgray.

« Les Etats-Unis ont le droit de protéger leurs frontière, mais il est inadmissible, et ce serait là attenter profondément à la dignité de tous les Mexicains, d’exiger que le Mexique paye pour des infrastructures américaines », a-t-il aussi affirmé sur les ondes de Radio Formula.

Ce proche du président Enrique Peña Nieto nommé la semaine dernière pour tenter d’établir une relation « constructive » avec la future administration de Donald Trump.

Réputé proche de l’entourage du futur président américain, M. Videgaray avait dû démissionner de son poste de ministre des Finances après avoir organisé fin août une visite polémique à Mexico de Donald Trump, alors candidat à la Maison Blanche, qui avait critiqué les Mexicains.

Lundi, M. Videgaray avait déjà affirmé que son pays négocierait avec la nouvelle administration américaine « sans peur, sachant combien le Mexique est important pour les Etats-Unis dans le domaine économique, social et politique ».

La monnaie mexicaine a atteint mardi son plus bas historique, le peso s’échangeant à 22 unités pour un dollar, dans un contexte d’incertitude économique avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

Sur l’ensemble de l’année 2016, le peso a reculé de 16,12% face au dollar, touché par la chute des cours du brut et les promesses protectionnistes de Trump qui s’est engagé à renégocier, voire abroger les accords commerciaux le liant au Mexique pour protéger les emplois américains. AFP

Laisser un commentaire