Share
Brésil: Celui qui voulait la destitution de Dilma Rousseff est rattrapé par la corruption. 63% de la population veut le départ du président Temer, selon un sondage

Brésil: Celui qui voulait la destitution de Dilma Rousseff est rattrapé par la corruption. 63% de la population veut le départ du président Temer, selon un sondage

Brésil: Celui qui voulait la destitution de Dilma Rousseff est rattrapé par la corruption. 63% de la population veut le départ du président Temer, selon un sondage
Summary:
A peine 10% des Brésiliens soutiennent la gestion du président Michel Temer et 63% souhaitent qu'il démissionne avant la fin de l'année pour permettre la tenue d'élections présidentielles, selon un sondage publié dimanche.

0%

Brésil: Celui qui voulait la destitution de Dilma Rousseff est rattrapé par la corruption. 63% de la population veut le départ du président Temer, selon un sondage

A peine 10% des Brésiliens soutiennent la gestion du président Michel Temer et 63% souhaitent qu’il démissionne avant la fin de l’année pour permettre la tenue d’élections présidentielles, selon un sondage publié dimanche. Ce sondage de l’institut Datafolha intervient alors que l’étau se resserre autour du président conservateur dans le cadre du scandale de corruption Petrobras.

Le président nie avec « véhémence »

Michel Temer a nié avec « véhémence » samedi les déclarations d’un ancien responsable du géant du BPT Odebrecht, autre entreprise au coeur de cette affaire, l’accusant d’avoir demandé en 2014 dix millions de réais (près de 3 M d’euros) au propriétaire d’Odebrecht pour des campagnes de membres de son parti PMDB (centre droit).

Désormais, 63% des Brésiliens veulent le départ de M. Temer et de nouvelles élections alors que 27% sont « contre« , 6% « indifférentes« , selon cette enquête réalisée les 7 et 8 décembre auprès de 2.828 personnes de tout le pays et dont la marge d’erreur est de deux points de pourcentage.

Pour que la population élise au suffrage direct un nouveau président qui assurerait la fin du mandat présidentiel jusqu’à fin 2018, il faudrait que M. Temer démissionne avant le 31 décembre. Car si les postes restent vacants lors des deux dernières années du mandat (donc, à partir du 31 décembre 2016), c’est au parlement qu’il revient d’élire un président et un vice-président. Et la crise économique amplifie encore le mécontentement des Brésiliens, selon l’institut.

Temer « pire » que Roussef pour 40% des Brésiliens

Aujourd’hui, seuls 10% des Brésiliens jugent que sa gestion est bonne (contre 14% en juillet) alors que 51% la rejettent (contre 31% en juillet) et que 34% la jugent « passable« .

Pour 40% de la population, la gestion de M. Temer est « pire » que la précédente, 34% la jugent « identique » et 21% « meilleure« .

M. Temer, 75 ans, a succédé à la présidente de gauche Dilma Rousseff, destituée fin août par le sénat pour maquillages des comptes publics, au terme d’une procédure controversée et d’une longue crise politique d’ampleur historique qui a mis fin à 13 ans de gouvernements de gauche du Parti des Travailleurs (PT).

Mme Rousseff, 68 ans, qui avait été réélue pour quatre ans en 2014, accuse son ancien vice-président d’avoir ourdi un « coup d’Etat » parlementaire. Avec Belga

Laisser un commentaire