Share
Centrafrique : Hervé Ladsous, s’insurge contre les abus sexuels commis sur les mineurs

Centrafrique : Hervé Ladsous, s’insurge contre les abus sexuels commis sur les mineurs

Centrafrique : Hervé Ladsous, s’insurge contre les abus sexuels commis sur les mineurs
Summary:
Le secrétaire général adjoint de l’ONU, chargé des opérations du maintien de la paix, Hervé Ladsous, condamne les abus sexuels commis par certains éléments de la Minusca et de la Sangaris. Il a indiqué vendredi lors d’une conférence de presse à Bangui que des moyens sont mis en œuvre pour enquêter sur toutes les allégations d’abus sexuels.

0%

Hervé Ladsous, SGA ONU, chargé des opérations de maintien de la paix

Le secrétaire général adjoint de l’ONU,  chargé des opérations du maintien de la paix,  Hervé Ladsous, condamne les abus sexuels commis par certains éléments de la Minusca et de la Sangaris. Il a indiqué vendredi lors d’une conférence de presse à Bangui que des moyens sont mis en œuvre pour enquêter sur toutes les allégations d’abus sexuels.

Hervé Ladsous, s’insurge contre les abus sexuels commis sur les mineurs en Centrafrique par les éléments de la Minusca et de la Sangaris, « ces actes sont lamentables et nous les condamnons avec force car ces actes trahissent la confiance de la population et contredisent notre mission principale qui est de protéger la population » a-t-il confié.

Ce dernier demande aux états concernés de les appuyer et de respecter la promesse de poursuite « car, les Nations-Unies ne peuvent pas poursuivre les coupables. C’est la responsabilité des Etats membres, qui ont leur éléments responsables de ces actes ».

Au-delà de la politique de tolérance zéro qu’a voulu le secrétaire général des Nations-Unies Ban-ki Moon, Hervé Ladsous souhaite que ces cas d’abus sexuels soient évités. « J’aimerai que la tolérance zéro, passe à zéro évènement. Nous demandons plus que jamais aux éléments, leur engagement personnel pour que ces cas abominables ne se reproduisent pas », a-t-il déclaré.

Cette réaction fait suite aux multiples cas de viols sur des mineurs enregistrés en Centrafrique dont certains éléments de la force française de l’opération Sangaris et de la Minusca sont mis en cause.

Selon des informations recueillies par l’ONU, des militaires de l’opération Sangaris auraient forcé des mineures à des rapports sexuels avec des animaux. Les casques bleus gabonais et burundais sont aussi impliqués dans ces allégations. PAR NOURA OUALOT/RJDH

Laisser un commentaire