Share
Centrafrique : une flambée de violences qui alarme et interroge et le président Faustin-Archange Touadéra impuissant

Centrafrique : une flambée de violences qui alarme et interroge et le président Faustin-Archange Touadéra impuissant

Torpiller le désarmement? Se glisser dans des vides sécuritaires? La nouvelle flambée de violences qui embrase la Centrafrique pose de nombreuses questions, tout comme l’origine du groupe armé qui a frappé la ville de Bangassou dans le sud-est.

Centrafrique : une flambée de violences qui alarme et interroge et le président Faustin-Archange Touadéra impuissant
Summary:
Torpiller le désarmement? Se glisser dans des vides sécuritaires? La nouvelle flambée de violences qui embrase la Centrafrique pose de nombreuses questions, tout comme l'origine du groupe armé qui a frappé la ville de Bangassou dans le sud-est.

0%

Centrafrique : une flambée de violences qui alarme et interroge et le président Faustin-Archange Touadéra impuissant

Torpiller le désarmement? Se glisser dans des vides sécuritaires? La nouvelle flambée de violences qui embrase la Centrafrique pose de nombreuses questions, tout comme l’origine du groupe armé qui a frappé la ville de Bangassou dans le sud-est.

La Mission des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA), qui a perdu six Casques bleus en cinq jours, se voulait rassurante mercredi matin: «La situation globale en Centrafrique est calme. Dans le centre de Bangassou, les combats ont cessé depuis hier mardi. Nous contrôlons les points stratégiques», a indiqué son porte-parole à l’AFP.

D’autres affrontements mardi à Bria entre anti-Balaka pro-chrétiens et factions ex-Séléka pro-musulmanes ont fait «cinq morts et 29 blessés», selon cette même source. Des heurts auraient fait plusieurs dizaines de morts la semaine dernière à Alindao.

L’attaque samedi du quartier musulman de Bangassou (470 km à l’est de Bangui), sur la frontière avec la République démocratique du Congo, a provoqué la mort d’au moins 26 civils en plus d’un Casque bleu marocain. La Croix-Rouge centrafricaine évoque de son côté 115 morts, regrettant que la MINUSCA sous-évalue le bilan. Quelque 3000 réfugiés ont passé la frontière.

La MINUSCA, qui avait d’abord attribué cette attaque à un groupe d’auto-défense anti-Balaka pro-chrétien, «est toujours en train de chercher à identifier clairement les auteurs et leur véritable motivation», a indiqué mardi le commandant de la force onusienne, le général Bala Keïta.

Devant la presse, le général Keïta a relevé la singularité des événements de Bangassou par rapport à de précédents théâtres d’affrontements: «A Bambari, on savait que c’était la coalition FPRC qui se battait contre l’UPC (deux factions de l’ex-Séléka)». Seule certitude à Bangassou : les assaillants voulaient «tuer leurs concitoyens musulmans».

Le porte-parole du FPRC, Lambert Lissane, joint par l’AFP, s’est dit «surpris» par l’attaque de Bangassou et estime que «ce ne sont pas des anti-Balaka» qui ont attaqué la localité.

Autre élément qui trouble la force onusienne, les humanitaires et les observateurs: les assaillants qui ont attaqué la base de la MINUSCA étaient bien armés et organisés. «L’opération de Bangassou ressemble très fortement à une opération militaire concertée et planifiée, et rappelle l’attaque de Bangui du 5 décembre 2013 qui avait été soutenue par des cadres militaires», avance Natalia Dukhan, spécialiste Centrafrique pour l’organisation Enough project.

Le 5 décembre 2013 marque l’offensive des anti-Balaka pro-chrétiens sur Bangui, en réponse au renversement quelques mois plus tôt de l’ex-président François Bozizé par les Séléka pro-musulmans.

Les violences à Bangassou soulignent une nouvelle fois l’isolement de la MINUSCA (12 500 hommes), en l’absence d’une armée centrafricaine digne de ce nom, et après le retrait de l’opération française Sangaris en octobre, puis tout récemment des forces américaines et ougandaises dans l’extrême sud-est.

«Nouvelles dynamiques» 

Les violences n’ont jamais cessé dans le centre-est du pays depuis le retrait de la force française Sangaris fin octobre 2016. Kaga Bandoro, Bria, Bambari, Bakouma…: elles ont grossi le nombre des victimes civiles, des déplacés et des réfugiés.

À Bangassou, 25 000 personnes sur 39 000 ont besoin d’une aide humanitaire, et les récents combats ont fait 11 150 déplacés à Alindao et 15 000 à Bria, ont indiqué dans un communiqué conjoint mercredi le coordinateur humanitaire de l’ONU et la ministre des Affaires sociales.

«Les différents groupes armés se battent pour définir «leur» territoire, et contrôler certaines ressources naturelles et certains axes commerciaux. L’UPC par exemple s’efforce d’avoir accès à la frontière congolaise afin de pouvoir commercer avec certains acteurs en République démocratique du Congo», analyse Thierry Vircoulon, spécialiste de l’Afrique subsaharienne à l’Institut français des relations internationales (IFRI).

«Le retrait des armées ougandaise et américaine du sud-est va créer un vide sécuritaire et certains groupes armés se positionnent déjà pour en tirer profit», ajoute-t-il.

«Depuis novembre 2016, nous avons vu une augmentation des violences avec deux nouvelles dynamiques: d’abord, des factions ex-Séléka ont commencé à se battre entre elles. Ensuite, l’une de ces factions, le FPRC, a fait une alliance avec l’un de ses anciens ennemis, les groupes anti-Balaka», analyse Lewis Mudge de l’ONG Human Right Watch.

Ces violences compromettent le processus de désarmement (DDR) que le président Faustin-Archange Touadéra appelle en vain de ses voeux depuis son élection début 2016. «Les groupes armés jouent un double jeu en participant aux réunions du comité de désarmement à Bangui et en continuant leur violence et leur prédation sur le terrain. Ils ont tout intérêt à enliser les discussions», analyse M. Vircoulon. AFP

Laisser un commentaire

*