Share
Chasse à l’homme à Cleveland après un meurtre diffusé sur Facebook

Chasse à l’homme à Cleveland après un meurtre diffusé sur Facebook

La police de Cleveland était toujours, dimanche soir, à la recherche d’un homme ayant commis un meurtre diffusé en direct sur Facebook Live plus tôt dans la journée.

Chasse à l’homme à Cleveland après un meurtre diffusé sur Facebook
Summary:
La police de Cleveland était toujours, dimanche soir, à la recherche d’un homme ayant commis un meurtre diffusé en direct sur Facebook Live plus tôt dans la journée.

0%

Chasse à l'homme à Cleveland après un meurtre diffusé sur Facebook

La police de Cleveland était toujours, dimanche soir, à la recherche d’un homme ayant commis un meurtre diffusé en direct sur Facebook Live plus tôt dans la journée.

Sur les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux, on voit l’homme, identifié comme Steve Stephens, s’approcher d’un homme âgé, lui poser une question puis l’abattre sans raison apparente. La police a publié le nom de la victime en soirée, dimanche. Il s’agit de Robert Godwin Sr, âgé de 74 ans, qui rentrait chez lui à pied après un repas de Pâques avec ses enfants. Le suspect et la victime ne se connaissaient pas.

Dans un communiqué, la police de Cleveland a indiqué que Stephens avait dit avoir tué 14 autres personnes, mais aucune autre victime n’avait été rapportée en soirée. Les autorités médicales locales se tenaient toutefois prêtes à faire face au pire.

La page Facebook du suspect, où la vidéo serait restée plusieurs heures, a été suspendue peu après le meurtre survenu vers 14 h.

Stephens est considéré comme armé et dangereux, et la police a demandé au public de ne pas l’approcher. De couleur de peau noire, il mesure 6 pi 1 po et pèse 244 lb, est chauve et porte une barbe. Selon la police, il conduit une voiture Ford Fusion de couleur blanche.

La mère de Stephens, Maggie Green, interrogée par la chaîne CNN, a dit avoir parlé à son fils dimanche. Il lui aurait dit qu’il était «fâché contre sa copine et que c’était pour cette raison qu’il tirait sur des gens, et qu’il n’allait pas arrêter tant que sa mère ou sa copine lui dirait d’arrêter».

Mme Green a indiqué qu’elle avait dit à son fils d’arrêter, ajoutant qu’elle était bouleversée et qu’elle avait de la difficulté à croire ce qui se passait.

La police n’a pas précisé la raison qui a poussé l’individu à agir de la sorte, mais le chef, Calvin Williams, a indiqué en soirée que «si Steve a un problème, il doit en parler à certaines personnes pour régler cela».

Selon CNN, le FBI participe aux recherches avec la police de Cleveland.

La chaîne de télévision a par ailleurs rapporté que Stephens travaille à Beech Brook, une agence du nord-est de l’Ohio oeuvrant auprès des enfants et adolescents vulnérables, et leurs familles.

«Nous sommes sous le choc et atterrés comme nuls autres», a affirmé Nancy Kortemeyer, une porte-parole de Beech Brook citée par CNN. «De penser qu’un de nos employés puisse faire cela est affreux.»

Mme Kortemeyer n’a pu fournir de détails sur le travail de Steve Stephens à l’agence.

Dans la foulée de cette situation, l’université d’État de Cleveland a émis une alerte sur les médias sociaux, demandant à son personnel et ses étudiants de se mettre à l’abri ou d’éviter d’aller sur le campus.

Dans un point de presse à l’intention des médias, en début de soirée, dimanche, le chef de police a urgé le suspect à se rendre de lui-même.

«Nous devons clore cette affaire aujourd’hui», a déclaré Calvin Williams. Il n’est aucunement nécessaire de faire couler davantage de sang ce soir.»

Les proches de M. Godwin étaient sans mots devant la cruauté du geste.

«Je me sens comme si mon cœur allait arrêter. Je ne sais pas ce que je vais faire», a dit une femme qui s’est présentée comme une proche de l’homme.

«C’est une bonne personne. Il donnerait sa chemise sans hésiter, a témoigné un autre proche de la victime devant les journalistes. Et je ne dis pas ça seulement parce qu’il y a une caméra. Je vous dis la vérité. Cet homme était quelqu’un de bien et je déteste le fait qu’il soit parti. Je ne sais pas ce que je vais faire, ça ne peut pas être vrai.»

De nombreux médias américains ont identifié ces deux proches comme les enfants de M. Godwin.

Facebook a condamné le meurtre dans une déclaration, dimanche, le qualifiant de «crime horrible» et disant qu’elle met beaucoup d’efforts à «maintenir un environnement sécuritaire» sur son réseau social. AFP

Laisser un commentaire

*