Share
Cinéma : 2e édition du Festival international du cinéma de Kinshasa

Cinéma : 2e édition du Festival international du cinéma de Kinshasa

Tshoper Kabambi, directeur artistique du Festival international du cinéma de Kinshasa (FICKIN) a procédé, lundi 20 juillet, au cours d’une conférence de presse, au lancement de la deuxième édition de ladite fête du septième art qui se tiendra du 22 au 26 juillet 2015 dans l’enceinte de l’Echangeur de Limete.

M. Kabambi a mis en exergue les objectifs de cette édition, notamment atteindre un public plus large, encourager les efforts de la production des films  au niveau national, créer un cadre d’échange entre producteurs, réalisateurs, distributeurs et diffuseurs des films, etc.

Il a indiqué, comparativement à l’édition passée, que celle-ci a la particularité d’organiser une compétition nationale sur les deux catégories de films à savoir : la fiction et le documentaire.   Il a relevé qu’en RDC, la distribution des films n’existe pas.

Emmanuel Lukia, directeur artistique adjoint du festival s’est exprimé sur les difficultés rencontrées à cette édition par rapport à la première en ce qui concerne le soutien des partenaires, sans que cela ne soit un motif de découragement pour la tenue du forum.

Il a cité parmi les cinéastes invités, ceux venant de Madagascar, du Bénin, de France et Brazzaville, tout en soulignant qu’en marge du festival, il y aura une exposition des photos de Paris titrée « Grandes figures du cinéma d’Afrique et des Caraïbes ». M. Lukia a fait savoir qu’en plus des projections, il se tiendra des ateliers autour des pesanteurs du métier entre cinéastes en vue d’améliorer la commercialisation des films.

Pour sa part, Eric Kayembe, chargé de la programmation du FICKIN, a fait savoir que le festival va encourager particulièrement les réalisateurs congolais qui vont concourir en leur décernant des prix.

Il s’agit des prix de meilleur film, de meilleur acteur, meilleur documentaire et meilleur réalisateur, et l’artiste chanteur Papa Wemba a été désigné comme vice-président du jury. Au sujet d’énormes difficultés qui se présentent pour la commercialisation, il a épinglé que plus de deux cents films réalisés par les Congolais moisissent dans les tiroirs suite à l’absence de circuit approprié.

Plus de trente films de deux à cinquante-deux minutes, fictions, documentaires et animations seront projetés dans la salle et en plein air sur des thèmes très variés, parmi lesquels « Matanga » de Kabongo, « Scénario » de Muhindo, « Paranoïa » de Yohan Dean, « Afrique sur scène » de Soumanou, « Bonzenga » de Balawe, « Mensonge légal » de Lemra, « L’absence » de Mama Kéita, « Symphony N°42 » de Réka Bucsi, « Tshibawu » de Patrick Kuba, etc.

Un échange s’en est suivi avec les professionnels de la presse tant écrite qu’audiovisuelle sur les vrais  problèmes du cinéma congolais, notamment le statut du cinéaste, les infrastructures, les droits d’auteurs, le financement, etc. Le festival se tiendra à l’échangeur en collaboration avec l’Institut de Musée National du Congo (IMNC).

Laisser un commentaire

*