Share
Conférence de Donald Trump:  les informations sur des contacts avec Moscou sont «fausses»

Conférence de Donald Trump: les informations sur des contacts avec Moscou sont «fausses»

Conférence de Donald Trump: les informations sur des contacts avec Moscou sont «fausses»
Summary:
Le président américain Donald Trump a formellement démenti jeudi les informations sur des contacts répétés l'an dernier entre son équipe de campagne et le renseignement russe, ainsi que des discussions entre son ex conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et un diplomate russe.

0%

Conférence de Donald Trump: les informations sur des contacts avec Moscou sont «fausses»

Le président américain Donald Trump a formellement démenti jeudi les informations sur des contacts répétés l’an dernier entre son équipe de campagne et le renseignement russe, ainsi que des discussions entre son ex conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et un diplomate russe.

«Ce ne sont que des fausses informations», a déclaré M. Trump lors d’une conférence de presse. «Vous pouvez dire ce que vous voulez sur la Russie, ce sont de fausses informations fabriquées pour compenser la défaite des démocrates et la presse joue le jeu», a-t-il ajouté, en prenant la défense de ses anciens conseillers.

La Justice doit se pencher sur «les fuites»

Donald Trump a demandé au ministère de la Justice de se pencher sur «les fuites criminelles» qui ont conduit à la démission de son conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, pour des contacts inappropriés avec la Russie.

Ces fuites «sont le fait de gens dans les agences et je pense que vous verrez que cela va cesser parce que maintenant nos gens sont en place», a affirmé le président américain. Le milliardaire s’est également plaint de fuites concernant ses appels avec les dirigeants du Mexique et de l’Australie sur des appareils sécurisés.

Plus tôt jeudi, Donald Trump a menacé «d’attraper» les auteurs des fuites dans la presse.

«Les voyous auteurs des fuites sont finalement sous les feux de l’actualité! Ils se seront attrapés!», a dénoncé le président américain sur Twitter.

Des écoutes téléphoniques de l’ambassadeur russe à Washington, Sergey Kislyak, ont révélé que Michael Flynn lui avait parlé des sanctions américaines contre la Russie – imposées le 29 décembre par Barack Obama pour l’interférence de Moscou dans la présidentielle américaine -, laissant entendre qu’elles pourraient être suspendues après l’alternance.

Le New York Times a aussi révélé mercredi, citant quatre responsables ou ex-responsables américains, que les services américains de renseignement possédaient des relevés et des écoutes de conversations tenues l’an dernier entre des membres de l’équipe de campagne du républicain et de hauts responsables du renseignement russe.

Un nouveau décret sur l’immigration

Donald Trump a promis qu’il présenterait un nouveau décret sur l’immigration «la semaine prochaine».

«Nous sommes en train de publier un nouveau décret (pour) la semaine prochaine qui protègera entièrement notre pays», a déclaré M. Trump, qui avait signé un décret le 27 janvier actuellement bloqué par la justice. Ce texte fermait temporairement les frontières des États-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans et aux réfugiés.

La «malhonnêteté» de la presse dénoncée

Durant son point de presse, Donald Trump s’en est pris avec virulence à la «malhonnêteté» de la presse, devant les journalistes venus à sa première conférence de presse en solitaire à la Maison-Blanche.

Affirmant s’adresser «directement» aux Américains, il a assuré que «beaucoup de journalistes de (son) pays ne vous diront pas la vérité». «La presse est devenue si malhonnête que si nous n’en parlons pas, nous ne rendons pas service au peuple américain». «Le niveau de malhonnêteté (des médias) est hors de contrôle», a déclaré le dirigeant républicain.

Une situation chaotique

Le président a également affirmé avoir «hérité d’une situation chaotique» aux Etats-unis et dans le monde, défendant le bilan de son premier mois de présidence.

«Pour être honnête, j’ai hérité d’une situation chaotique. C’est la pagaille», a déclaré le président américain au cours d’une longue tirade, citant les emplois qui «fuient notre pays», à «Mexico et ailleurs» et le «désastre» au Moyen-Orient, lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche. AFP

Laisser un commentaire