Share
Conférence de presse de la famille Tshisekedi: revirement pour le rapatriement de la dépouille de Tshisekedi à Kinshasa ou recadrage ?

Conférence de presse de la famille Tshisekedi: revirement pour le rapatriement de la dépouille de Tshisekedi à Kinshasa ou recadrage ?

Conférence de presse de la famille Tshisekedi: revirement pour le rapatriement de la dépouille de Tshisekedi à Kinshasa ou recadrage ?
Summary:
Dans l'ensemble, la conférence de presse organisée au Press Club de Bruxelles a été à l'image de la tension diffuse et l'émotion provoquée par cette disparition brusque de l'illustre opposant Etienne Thsisekedi

0%

Conférence de presse famille Tshisekedi: revirement pour le rapatriement de la dépouille de Tshisekedi à Kinshasa ou recadrage ?

Dans l’ensemble, la conférence de presse organisée au Press Club de Bruxelles a été à l’image de la tension diffuse et l’émotion provoquée par cette disparition brusque de l’illustre opposant Etienne Thsisekedi

 

Qu’est ce qu’on pourra retenir de cette conférence de presse ?

 

1 le recadrage du fils d’Etienne Tshisekedi, Félix Tshilombo sur la polémique entretenue au regard des rumeurs qui courraient sur le marchandage de la dépouille de son regretté père.

Je l’ai d’ailleurs trouvé bon, et moins médiocre qu’auparavant, en jouant à l’apaisement. Est-ce que le début d’une grande sagesse ou d’un vrai parcours politique attendu par tous et surtout par ses détracteurs moi y compris ? Ce qui est sur, il a été à la hauteur de cette conférence de presse; voir vidéo

2 Ses exigences pour assurer l’arrivée de la dépouille du  » Patriarche disparu  » à Kinshasa.

« Nous voulons aider le gouvernement en place à pouvoir calmer les esprits », a expliqué Félix Tshisekedi. « Si maintenant il y a d’autres possibilités de pouvoir nous garantir que le retour de la dépouille de notre leader ne se fera pas dans un bain de sang, alors nous sommes prêts à envisager cette possibilité. Mais le plus important ici, c’est la réponse que nous attendons quant au lieu de sépulture ».

 

3 La proposition sur l’emplacement où on devrait ériger son mausolée avec un choix qui a fait dresser les cheveux de ceux qui gardent en mémoire la tragédie de la Pentecôte noire.

Ériger un tel mausolée équivaudrait manifestement à une provocation puisque l’endroit choisit a été le théâtre d’une triste mise en scène où on a pendu impunément 4 martyrs de la pentecôte, rétorquent les proches des victimes joints au téléphone. Le gouvernement, particulièrement le gouverneur de la ville Province de Kinshasa s’est opposé à cette option et celle de la Gombé au grand-dam de la famille du patriarche tombé en plein combat pour faire avance son idéal  » le peuple d’abord ». On est tous suspendu à leur bon vouloir de nous indiquer où sera-t-il inhumé, déclare un des cadres de l’UDPS;

4 Le fils héritier d’Etienne Tshisekedi, non de l’UDPS, a fait la mise au point sur la désignation d’un intérimaire pour la gestion courante de l’UDPS, jusqu’à la convocation du prochain congrès qui permettra la désignation d’un nouveau patron du parti à la lumière de leurs statuts qui stipulent dans son Article 27 :

 
 » En cas de décès, de démission, d’empêchement définitif du Président du Parti, le Président de la Convention Démocratique du
Parti assume son intérim pour un délai ne dépassant pas 30 jours au cours desquels il est tenu de convoquer une session extraordinaire du Congrès en vue d’élire un nouveau Président du Parti ; élection à laquelle il ne peut faire acte de candidature. Il était également question de savoir si le fils qui a pris plus des galons depuis la mort de son père, esquive la question s’il sera l’un des prétendants au poste du président de l’UPDS. « 
 
Dans une logique implacable, et par rapport à ce qu’on a pu vivre depuis 18 mois,  il serait, alors impensable que Félix ne le soit pas. Les enjeux nationaux et la pression familiale prendront le dessus sur ses sentiments personnels, quoique dissimulés. Une opposition farouche qui se dresse déjà à l’idée de catapulter l’un des fils de Tshisekedi à la tête de ce parti au demeurant fragilisé par la mort de celui qui incarnait une vision propre à lui. Ses détracteurs ne veulent pas d’une dynastie politique au sein de ce parti…;
 

5 Il était question également de la contribution populaire (ndlr), que la population avait été appelée à la rescousse pour mettre la main dans la poche pour participer à l’érection dudit mausolée.

Cette option est bottée en touche d’après l’argument avancé par celui qui représente la famille Tshisekedi, Mgr Mulumba que Félix Tshisekedi appelle affectueusement mon oncle…..
 
La famille par la voie et voix de Mgr Mulumba a pris langue avec les autorités congolaises pour l’organisation des obsèques de cet illustre disparu, au regard de sa dimension nationale et internationale. Il aurait été dommageable que cette organisation soit réduite à une querelle des chiffonniers, qui ne regèlerait rien du tout le conflit ouvert avec le régime en place…Sage décision de la famille de laisser la République enterrer cet homme, ce grand opposant, décrié quelques fois à tort ou à raison.
 

6 Félix Tshisekedi refuse que Samy Badibanga soit à la tête de l’organisation des obsèques de son père.

Cela peut se comprendre étant donné que celui qui est aujourd’hui à la primature n’a pas respecté les engagements (accord) secrets fait dans un coin de table entre, UDPS, la famille et le Rassemblement (Ndrl)…Rappelez-vous lors d’une intervention vidéo de Félix Tshisekedi, il disait sans détour, que Badibanga, quoi qu’il soit à la primature, il est toujours membre de l’UDPS.
 

Badibanga ne respectant pas l’accord secret signé, par le gout d’une grande cupidité et de pouvoir, fait main basse, un Hold-up qui ne plait guère à sa famille, sa famille politique, à l’UDPS encore moins à d’autres ventripotents qui ont les crocs sortis, attendaient impatiemment comme des lions affamés des postes gouvernementaux…Félix Tshisekedi dira pour se dédouaner:

 » La population refuse que ce soit le gouvernement Badibanga qui soit chargé d’organiser les funérailles d’Etienne Tshisekedi », 
Un traître qui a précipité la mort de leur leader, ne peu se targuer de porter le cercueil de « sa victime » et cela pourra se traduire simplement comme un sacrilège et une profonde profanation de la mémoire de notre « patrimoine national », quoique (…)
 
Pour faire passer la pilule, on mettra sur le dos large des sympathisants, et membres de l’UDPS cette exigence. Il n’en est rien ! Ah la population, est toujours un prétexte depuis la nuit des temps…
La clé de voute, pour calmer tout le monde, Fléix Tshiskedi fera le point sur l’éventuelle autopsie afin d’apaiser tous esprits surchauffés avec culture qui colle à la peau d’africains, qui trouvent toujours une excuse sue la mort de quelqu’un. Un grave problème culturel me dit-on.

7 La famille dit qu’elle « pourrait » demander une autopsie.

Elle soupçonne en effet une erreur médicale et s’interroge. « Pourquoi a-t-il fallu attendre autant de temps pour opérer mon père alors qu’il avait très mal à la jambe gauche ? se demande Félix Tshisekedi. Pourquoi avoir réalisé une anesthésie générale, là où une anesthésie locale aurait pu suffire ? », clame-t-il d’un air dépité et en colère contenue.

Satisfaction à Kingakati non pour la mort de Tshisekedi qui a affecté me dit-on, le fermier de Kingakati mais par cette probable autopsie du corps qui pourrait encore retarder le rapatriement de la dépouille. Par conséquent, la mise à mal de ledit « accord » pour l’hypothétique mis en place d’un gouvernement de la « concorde nationale »…L’horizon paraît incertain pour « l’opposition » qui espère se consolider avec ce prochain gouvernement, autrement, ils iront droit vers l’éclatement, en commençant par le Rassemblement orphelin de son chef historique. in fine de l’UDPS.

Roger BONGOS

Laisser un commentaire

*