Share
Congo-Brazzaville : Publication d’un nouveau gouvernement  pléthorique de 38 membres

Congo-Brazzaville : Publication d’un nouveau gouvernement pléthorique de 38 membres

 Le directeur de cabinet du président congolais, Firmin Ayessa, a rendu public, samedi soir à la télévision nationale, le nouveau gouvernement qui compte 38 membres dont huit femmes et trois ministres délégués.

Congo-Brazzaville : Publication d’un nouveau gouvernement pléthorique de 38 membres
Summary:
 Le directeur de cabinet du président congolais, Firmin Ayessa, a rendu public, samedi soir à la télévision nationale, le nouveau gouvernement qui compte 38 membres dont huit femmes et trois ministres délégués.

0%

Congo-Brazzaville : Publication d'un nouveau gouvernement pléthorique de 38 membres

 

Le nouveau gouvernement que va diriger le Premier ministre Clément Mouamba, compte trois ministres d’Etat, Henri Djombo à l’Agriculture, l’Elevage et la Pêche ; Gilbert Ondongo à l’Economie et Alphonse Claude Nsilou à la Construction et l’Urbanisme.

La particularité de ce gouvernement est que le ministre de la Justice, Pierre Mabiala, devra s’occuper de la promotion des Peuples autochtones (anciennement appelés Pygmées), souvent victimes de marginalisation par les bantous.

Il est composé en majorité de jeunes qui, pour certains, font leur entrée au gouvernement pour la première fois. C’est le cas de Mme Arlette Soudan Nono au Tourisme et Loisirs ; Léon Juste Ibombo au Postes et Télécommunications ; Rosalie Matondo à l’Economie forestière ; Nicéphore Fylla à l’Enseignement ; Jacqueline Lydia Mikolo à la Santé.

Charles Richard Mondjo est maintenu à la Défense ; tout comme Jean Claude Gakosso aux Affaires étrangères ; Jean Jacques Bouya à l’Aménagement du territoire ; Raymond Zéphirin Mboulou au ministère de l’Intérieur ; Jean-Marc Thystère Tchicaya aux Hydrocarbures et Thierry Moungalla à la Communication.

Ce nouveau gouvernement, jugé pléthorique, avec 38 membres contre 35 dans l’ancienne équipe, doit relever plusieurs défis, au nombre desquels, le chômage qui frappe les jeunes et la diversification de l’économie congolaise centrée sur le pétrole.

Laisser un commentaire

*