Share
Côte d’Ivoire : la levée de l’embargo sur les armes ouvre la voie à l’achat d’équipements militaires pour 1,6 milliard $

Côte d’Ivoire : la levée de l’embargo sur les armes ouvre la voie à l’achat d’équipements militaires pour 1,6 milliard $

 Le Conseil de sécurité de l’ONU a levé, le 28 avril, l’embargo sur les armes décrété en 2004 contre la Côte d’Ivoire, ouvrant ainsi la voie à la mise en œuvre de sa nouvelle loi de programmation militaire voté le 4 janvier 2016 à l’Assemblée nationale, et qui prévoit des investissements de près de 4,5 milliards $ sur la période 2016-2020. 

Côte d’Ivoire : la levée de l’embargo sur les armes ouvre la voie à l’achat d’équipements militaires pour 1,6 milliard $
Summary:
1,6 milliard $ sur l’ensemble de ce budget seront affectés pour l’achat d’équipements pour tous les corps combinées de l’armée ivoirienne. Par ailleurs, 1,9 milliard $ seront consacrés à des dépenses de fonctionnement.

0%

Côte d’Ivoire : la levée de l’embargo sur les armes ouvre la voie à l’achat d’équipements militaires pour 1,6 milliard $

1,6 milliard $ sur l’ensemble de ce budget seront affectés pour l’achat d’équipements pour tous les corps combinées de l’armée ivoirienne. Par ailleurs, 1,9 milliard  $ seront consacrés à des dépenses de fonctionnement.

Déjà en 2013, le chantier français Ufast a remporté, avec la Côte d’Ivoire, la plus grosse commande de son histoire pour la construction de 30 bateaux dont : trois patrouilleurs de 33 mètres du type RPB 33, quatre vedettes de 12 mètres du type RPB 12 et six embarcations rapides de 9.3 mètres pour commandos. On doit y ajouter un important volet consacré à la formation et la maintenance.

Deux patrouilleurs notamment l’Emergence et le Bouclier, ont respectivement été livrés en 2014 et 2015. Le Capitaine de frégate Sekongo, troisième navire militaire du lot, a été livré en février 2016. Aucune information ne filtre cependant sur les montants dépensés à cet effet. En marge de ce programme de dépense militaire, le gouvernement a récemment décidé d’investir un montant de 80 milliards de FCFA pour renforcer ses forces de sécurité, en réponse à la récente attaque meurtrière de Grand Bassam.

Laisser un commentaire

*