Share
Côte d’Ivoire: libération du ministre de la Défense qui a quitté Bouaké

Côte d’Ivoire: libération du ministre de la Défense qui a quitté Bouaké

Côte d’Ivoire: libération du ministre de la Défense qui a quitté Bouaké
Summary:
Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé samedi à Abidjan la conclusion d'un "accord" avec les soldats mutins dont les manifestations pour des revendications salariales ont paralysé depuis vendredi Bouaké, la deuxième ville du pays et ont gagné Abidjan.

0%

Côte d'Ivoire: libération du ministre de la Défense qui a quitté Bouaké

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé samedi à Abidjan la conclusion d’un “accord” avec les soldats mutins dont les manifestations pour des revendications salariales ont paralysé depuis vendredi Bouaké, la deuxième ville du pays et ont gagné Abidjan.

“Je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie des soldats”, a affirmé M. Ouattara, dans une brève déclaration, retransmise par la télévision.

“Ayant marqué mon accord, je demande à tous les soldats de regagner leurs casernes pour permettre l’exécution de ces décisions dans le calme”, a-t-il poursuivi, sans préciser les termes de l’accord.

M. Ouattara, qui s’était rendu samedi au Ghana pour l’investiture du nouveau chef de l’Etat, a regagné Abidjan dans l’après-midi. Un conseil des ministres extraordinaire sur cette crise s’est tenu dans la capitale économique en fin de journée.

Les mutins réclament le paiement de primes, des augmentations de salaires, une promotion plus rapide entre les grades et des logements.

L’accord a été scellé, à l’issue d’une rencontre entre le ministre ivoirien de la Défense, Alain Richard Donwahi et une délégation des soldats mutins à Bouaké.

La situation s’était aussi brusquement tendue samedi à Abidjan où des tirs ont été entendus dans un camp militaire et des barrages mis en place par des militaires.

A Abidjan, capitale économique ivoirienne, – où siègent la présidence, le gouvernement et le Parlement de ce pays d’Afrique de l’Ouest – la peur a gagné les habitants de la ville au lendemain du déclenchement d’une mutinerie de militaires à Bouaké et dans d’autres villes du pays qui réclament une amélioration de leur condition matérielle.

“Des tirs ont été entendus ici à Abidjan à la caserne d’Akouédo”, a affirmé samedi un présentateur lors d’un flash d’informations sur la télévision nationale.

Des soldats ont bloqué l’accès à un carrefour stratégique situé près de ce camp militaire, dans le quartier chic de Cocody. Toutes les routes menant vers les secteurs d’Akouédo étaient embouteillées, a constaté l’AFP.

Libération du ministre de la Défense qui a quitté Bouaké

Le ministre ivoirien de la Défense Alain Richard Donwahi, retenu près de deux heures par des soldats mutins qui contrôlent Bouaké, la deuxième ville du pays, a été libéré et a quitté la ville, a constaté un photographe de l’AFP samedi. “Ouvrez les portes, ils vont sortir”, a hurlé un soldat juste avant que M. Donwahi et sa délégation ne quittent la résidence du sous-préfet où ils avaient été retenus pendant un peu plus de deux heures, pour se diriger à l’aéroport d’où son avion a décollé immédiatement.

Juste après l’annonce par le président Alassane Ouattara d’un “accord” sur une amélioration des conditions des militaires, des soldats en colère avaient empêché le ministre de la Défense et sa délégation de quitter la résidence du sous-préfet en tirant des rafales de Kalachnikov et à l’arme lourde. Les mutins ont entamé leur mouvement vendredi dans différentes villes du pays. Les rebelles réclament le paiement de primes, des augmentations de solde, une promotion plus rapide entre les grades et des logements.

Dans une brève allocution télévisée, M. Ouattara avait annoncé en début de soirée son “accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie des soldats”. Cet accord avait été scellé à l’issue d’une rencontre entre des soldats mutins et le ministre à Bouaké.

Le mouvement de grogne des militaires a gagné samedi Man, la grande ville de l’Ouest, où des tirs ont été entendus et des militaires ont paradé en ville AFP

Laisser un commentaire