Share
Crise en RDC: l’UE s’apprête à sanctionner sept hauts responsables du régime Kabila

Crise en RDC: l’UE s’apprête à sanctionner sept hauts responsables du régime Kabila

Crise en RDC: l’UE s’apprête à sanctionner sept hauts responsables du régime Kabila
Summary:
L'Union européenne s'apprête à sanctionner sept hauts responsables de la République démocratique du Congo (RDC) accusés d'y entraver le processus démocratique, à l'approche du 20 décembre, date à laquelle le président Joseph Kabila est censé rendre le pouvoir, ont indiqué vendredi plusieurs sources européennes.

0%

Crise en RDC: l'UE s'apprête à sanctionner sept hauts responsables du régime Kabila

L’Union européenne s’apprête à sanctionner sept hauts responsables de la République démocratique du Congo (RDC) accusés d’y entraver le processus démocratique, à l’approche du 20 décembre, date à laquelle le président Joseph Kabila est censé rendre le pouvoir, ont indiqué vendredi plusieurs sources européennes.

« Essentiellement des responsables sécuritaires »

Les gels d’avoirs et interdictions de séjour dans l’UE ciblant ces sept personnalités – « essentiellement des responsables sécuritaires« , policiers et militaires, selon l’une de ces sources – pourraient être décidés lundi à l’occasion d’une réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères des 28.

« Les sanctions seront certainement sur la table« , a déclaré un haut responsable européen. Et « elles devraient être adoptées« , d’après un diplomate. « Au niveau technique, c’est prêt, mais la décision politique doit être prise par les ministres« , a tempéré un autre diplomate européen, s’exprimant lui aussi sous couvert de l’anonymat. Selon lui, « une petite minorité » parmi les 28 souhaiterait attendre jusqu’au 20 décembre pour voir si la médiation en cours menée par l’Eglise catholique congolaise peut déboucher sur une sortie de crise.

Joseph Kabila est au pouvoir depuis 2001 et ne donne aucun signe de vouloir en partir, alors que la Constitution lui interdit de se représenter. Le 20 décembre marque la fin de son mandat, mais l’élection présidentielle n’aura pas lieu cette année comme initialement prévu, ce que l’opposition dénonce depuis déjà des mois.

L’objectif des négociations en cours à Kinshasa est de trouver un accord permettant d’organiser une transition jusqu’à l’élection du successeur de M. Kabila, dont l’UE souhaite qu’elle intervienne le plus tôt possible en 2017.

En décidant de sanctions individuelles contre des proches du président, les pays de l’UE mettraient ainsi leurs menaces à exécution. Le 17 octobre, les 28 chefs de la diplomatie s’étaient dits prêts à sanctionner « ceux qui sont responsables de graves violations des droits de l’homme (…) ou qui feraient obstacle à une sortie de crise consensuelle, pacifique et respectueuse de l’aspiration du peuple congolais à élire ses représentants« .

L’opposition menace de manifester à nouveau

Parmi les sept personnalités ciblées, certaines le sont pour le rôle prépondérant dans la répression meurtrière des manifestations d’opposants en septembre, d’autres parce qu’elles entravent la tenue d’élections, selon plusieurs sources.

Les 19 et 20 septembre, des émeutes avaient éclaté à Kinshasa en marge d’une manifestation du « Rassemblement » de l’opposition constitué autour du parti d’Étienne Tshisekedi, opposant historique en RDC. Une cinquantaine de personnes avaient été tuées.

L’opposition brandit la menace de nouvelles manifestations pour faire partir Joseph Kabila, ce qui pourrait replonger l’ancienne colonie belge – déjà ravagée par deux guerres entre 1996 et 2003 – dans une spirale de violence incontrôlable.

La Belgique maintient sa position, déjà exprimée en septembre en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, d’en appeler à la responsabilité individuelle de tous, au pouvoir ou dans l’opposition. Le pays salue les possibles sanctions envers ces sept responsables issus de l’appareil répressif.Avec Belga

Laisser un commentaire