Share
Crise politique et guérilla meurtrière en RDC: vingt-six morts dans des affrontements dans le centre (Tshikapa) du pays en huit jours

Crise politique et guérilla meurtrière en RDC: vingt-six morts dans des affrontements dans le centre (Tshikapa) du pays en huit jours

Crise politique et guérilla meurtrière en RDC: vingt-six morts dans des affrontements dans le centre (Tshikapa) du pays en huit jours
Summary:
Vingt-six personnes ont été tuées en huit jours dans des affrontements entre les forces de sécurité et les partisans d'un chef traditionnel tué en août au centre de la République démocratique du Congo, selon un bilan des autorités provinciales. "Le bilan depuis le début de l'année 2017 est de 26 pertes en vies humaines dont quatre civils, neuf éléments des forces de l'ordre et douze miliciens" ainsi que "l'épouse d'un chef de groupement", selon un communiqué dimanche du gouverneur Alex Kande de la province du Kasaï central (centre) parvenu à l'AFP mercredi.

0%

Crise politique en RDC: vingt-six morts dans des affrontements dans le centre du pays en huit jours

Vingt-six personnes ont été tuées en huit jours dans des affrontements entre les forces de sécurité et les partisans d’un chef traditionnel tué en août au centre de la République démocratique du Congo, selon un bilan des autorités provinciales.

Le bilan depuis le début de l’année 2017 est de 26 pertes en vies humaines dont quatre civils, neuf éléments des forces de l’ordre et douze miliciens” ainsi que “l’épouse d’un chef de groupement“, selon un communiqué dimanche du gouverneur Alex Kande de la province du Kasaï central (centre) parvenu à l’AFP mercredi.

Guérilla meurtrière

Le mouvement insurrectionnel de Kamwina Nsapu s’est anarchiquement transformé en guérilla meurtrière“, déplore Alex Kande, accusant “les miliciens” d'”enrôlement forcé des mineurs, d’utilisation des enfants et des femmes comme boucliers humains, (…) d’interception des trains, de destruction méchante d’édifices publics“. “Six armes AK47 et 14 fusils de fabrication artisanale“, ont été saisis, selon le communiqué.

Lundi, lors de la reprise des enseignements dans des écoles de Kananga, capitale du Kasaï Central, des heurts avaient éclaté entre les forces de sécurité et “les miliciens” qui empêchaient aux enfants de suivre les cours.

Depuis août, le Bureau des affaires humanitaires de l’Onu (Ocha) a dénombré au moins 140 personnes tuées dans des affrontements entre les forces de l’ordre et les partisans du chef coutumier Kamwina Nsapu, signalés dans trois provinces du centre de la RDC (Kasaï Central, Kasaï et Kasaï Oriental).

Le Kasaï central est considéré comme la base qui abrite le quartier général du mouvement du chef Kamwina Nsapu d’où part toutes ces violences qui sont pour l’heure “hors radars“, selon Ocha.

Médecin âgé d’une trentaine d’années, le chef traditionnel Kamwina Nsapu a été tué dans une opération de police le 12 août 2016. Il était rentré en RDC en avril 2016 après un séjour en Afrique du Sud, et avait peu après lancé des appels à l’insurrection et à la “libération du Congo“, dans un appel audio qui circule toujours sur les réseaux sociaux. AFP

Laisser un commentaire