Share
Le monde vivra encore des moments très difficiles : Daech en quête de femmes !

Le monde vivra encore des moments très difficiles : Daech en quête de femmes !

Le monde vivra encore des moments très difficiles : Daech en quête de femmes !
Summary:
Tawasif Al-Enizi, une importante chercheuse saoudienne en histoire politique et militaire, a déclaré à Saudi Gazette que les organisations terroristes, à la tête desquelles Daech, avaient accordé une grande importance ces deux dernières années au recrutement de femmes, afin de mettre au monde et d’élever de futurs fantassins.

0%

Le monde vivra encore des moments très difficiles : Daech en quête de femmes !


Tawasif Al-Enizi, une importante chercheuse saoudienne en histoire politique et militaire, a déclaré à Saudi Gazette que les organisations terroristes, à la tête desquelles Daech, avaient accordé une grande importance ces deux dernières années au recrutement de femmes, afin de mettre au monde et d’élever de futurs fantassins.

« Les femmes sont des créatures naturellement émotives et elles peuvent facilement échapper à la surveillance des services de sécurités nationaux car les femmes sont plus discrètes que les hommes dans la société. Mais en même temps, elles sont très actives sur les réseaux sociaux et promeuvent subrepticement l’organisation terroriste à laquelle elles appartiennent » a expliqué Al-Enizi.

Elle a dit qu’il y avait sur Twitter de nombreux comptes appartenant prétendument à des femmes, alors que ce sont en réalité des hommes qui se cachent derrière.

« Au cours des deux derniers mois, il y a eu une recrudescence des comptes terroristes sur Twitter et 70% d’entre eux ont des noms féminins. Les analystes ont estimé après une étude exhaustive que ces comptes n’appartenaient pas tous à des femmes. Des hommes utilisent des noms de femmes pour attirer ces dernières, » a poursuivi El-Enizi.

Elle a déclaré que Daech avait dévolu 8 rôles différents aux femmes au sein de leur organisation.

« Les femmes au sein de Daech travaillent comme coordinatrices des relations avec les médias, comme épouses dans lesdits « marriages djihadis », ou bien elles rédigent, cousent des vêtements, enseignent et font des sermons sur l’islam, aident à préparer des missions suicides, encouragent et soutiennent les hommes et collectent de l’argent pour l’organisation, » a dit El-Enizi.

Elle a également indiqué que les femmes qui tombent entre les griffes de Daech venaient habituellement d’un milieu familial à problèmes et étaient à la recherche de liberté et d’un sens à donner à leur vie.

« Elles essaient de comblé un vide émotionnel. D’autres sont simplement à la recherche d’un peu d’aventure. Ces comptes sont généralement gérés par plus d’une personne, puisqu’ils sont actifs 24 heures sur 24, » a-t-elle conclu.

Laisser un commentaire