Share
De Belgrade à Zagreb (400 KM): un migrant fait un trajet de plus de trois heures agrippé sous un autobus

De Belgrade à Zagreb (400 KM): un migrant fait un trajet de plus de trois heures agrippé sous un autobus

Un jeune migrant irakien a réussi à se dissimuler sous un autobus et, agrippé à l’essieu arrière du véhicule, a fait le trajet entre Belgrade et Zagreb, avant d’être découvert à l’approche de la capitale croate.

De Belgrade à Zagreb (400 KM): un migrant fait un trajet de plus de trois heures agrippé sous un autobus
Summary:
Un jeune migrant irakien a réussi à se dissimuler sous un autobus et, agrippé à l'essieu arrière du véhicule, a fait le trajet entre Belgrade et Zagreb, avant d'être découvert à l'approche de la capitale croate.

0%

De Belgrade à Zagreb Un migrant fait un trajet de plus de trois heures agrippé sous un autobus

User Rating: 0 (0 votes)

Un jeune migrant irakien a réussi à se dissimuler sous un autobus et, agrippé à l’essieu arrière du véhicule, a fait le trajet entre Belgrade et Zagreb, avant d’être découvert à l’approche de la capitale croate.

L’Irakien âgé de 21 ans n’a pas été blessé lors de son périple, mais a néanmoins été examiné par des médecins, a annoncé jeudi la police croate dans un communiqué ajoutant qu’elle s’employait désormais à vérifier dans quelles circonstances le migrant est entré de Serbie en Croatie.

Le quotidien Jutarnji list, citant des responsables de la compagnie de transport Cazmatrans à laquelle appartient l’autobus, a rapporté que le migrant avait réussi mardi à se glisser sous le véhicule et a risqué sa vie pendant le trajet d’un peu plus de 400 kilomètres qui a duré cinq heures.

“Nous avons entendu un bruit fort provenant du dessous de l’autobus (…) nous l’avons signalé au conducteur qui a ensuite arrêté le véhicule” à hauteur d’Ivanic Grad, à 40 km au sud-est de Zagreb, a déclaré au journal un des passagers.

Dès que le véhicule s’est arrêté, le jeune homme visiblement sous le choc est sorti de sa cachette en rampant, le visage maculé de boue et les mains ensanglantées, a raconté ce passager.

Malgré la fermeture des frontières début 2016, la route des Balkans, dont fait partie la Croatie, reste empruntée clandestinement par de nombreux migrants souhaitant se parvenir dans les pays occidentaux de l’Union européenne.

Laisser un commentaire