Share
Décision de la Belgique après le massacre des chrétiens en RDC 

Décision de la Belgique après le massacre des chrétiens en RDC 

Le gouvernement belge a décidé hier de cesser, jusqu’à nouvel ordre, toute coopération bilatérale avec le gouvernement congolais tout en continuant l’aide humanitaire via les ONG pour continuer à soutenir la population congolaise. C’est une décision que je salue mais toutefois j’encourage la Belgique à aller encore plus loin.

Décision de la Belgique après le massacre des chrétiens en RDC 
Summary:
Le gouvernement belge a décidé hier de cesser, jusqu'à nouvel ordre, toute coopération bilatérale avec le gouvernement congolais tout en continuant l'aide humanitaire via les ONG pour continuer à soutenir la population congolaise. C'est une décision que je salue mais toutefois j'encourage la Belgique à aller encore plus loin.

0%

Décision de la Belgique après le massacre des chrétiens en RDC 

User Rating: 0 (0 votes)

 

Le gouvernement belge a décidé hier de cesser, jusqu’à nouvel ordre, toute coopération bilatérale avec le gouvernement congolais tout en continuant l’aide humanitaire via les ONG pour continuer à soutenir la population congolaise. C’est une décision que je salue mais toutefois j’encourage la Belgique à aller encore plus loin.

Par la passé, des mesures identiques ont été prises lors de différentes crises  qu’a connues la RDC au motif que c’est la seule voie pour continuer à dialoguer avec le gouvernement de Monsieur Joseph KABILA or ces décisions de cesser la coopération directe avec le gouvernement congolais n’ont pas abouti aux résultats escomptés. 

Le Gouvernement congolais n’en a cure. Pour preuve, Il continue de brimer les manifestations pacifiques par des répressions sanglantes.
Combien des morts sous les balles de Mr Joseph KABILA faudrait-il encore pour que la Belgique prenne enfin des mesures fortes dignes d’un état démocratique.

Est-il encore possible de négocier avec un Monsieur qui bafoue la constitution qu’il a promulguée lui-même et qui ne respecte pas la parole donnée?

Que craint la Belgique si aujourd’hui Mr Joseph KABILA quittait le pouvoir en RDC?

L’heure n’est plus aux négociations ni aux dialogues mais au strict respect de la Constitution.

Des mesures fortes s’imposent :

1. Contraindre Monsieur Joseph Kabila à respecter enfin la constitution, à reconnaître son illégalité et illégitimité et à démissionner;

2.Soutenir la mise en place d’une transition sans Monsieur Joseph Kabila, pilotée par un collège composé de personnalités imminentes de la société civile et d’experts. Collège qui s’attellera à la relance d’un processus électoral crédible, la stabilisation de l’État et, aussi surtout, à établir les bases de la consolidation de la démocratie, de l’État de droit et de la bonne gouvernance.

3. Etant la cause première de l’enlisement politique actuel, ne plus le considérer comme l’interlocuteur légal et crédible de la RDC et l’écarter de tout processus de résolution de la crise qu’il a délibérément engendrée ;

4. Que des sanctions fortes, immédiates et directes contre monsieur Joseph Kabila et ses proches soient prises et appliquées ;

5. L’application effective et stricte des sanctions déjà prises à l’encontre de certains membres du gouvernement (Cfr octroie de visa à Mr Mende alors sous sanction) et de l’armée responsables des graves violations des droits humains et du blocage du processus électoral.

Cela ne sert à rien de dialoguer avec un gouvernement dont la seule réponse s’exprime par des attaques sauvages contre les citoyens non -armés et sans défense” Nelson MANDELA

Gisèle MANDAILA
Ancienne Secrétaire d’Etat
Ancienne Députée
Conseillère communale

Laisser un commentaire