Share
Djangui-Likelemba: Tontine en ligne lancée depuis l’Allemagne par un ingénieur camerounais

Djangui-Likelemba: Tontine en ligne lancée depuis l’Allemagne par un ingénieur camerounais

Djangui-Likelemba: Tontine en ligne lancée depuis l’Allemagne par un ingénieur camerounais
Summary:
Faire partie d'une tontine alors que l’on n’habite pas dans le même pays que les autres participants, cela peut paraître compliqué mais c'est désormais possible en téléchargeant l'application mobile « Djangui », qui permet de mettre en place des tontines en ligne.

0%

Djangui-Likelemba: Tontine en ligne lancée depuis l'Allemagne par un ingénieur camerounais

Djangui: Tontine en ligne lancée depuis l’Allemagne par un ingénieur camerounais ©


Faire partie d’une tontine alors que l’on n’habite pas dans le même pays que les autres participants, cela peut paraître compliqué mais c’est désormais possible en téléchargeant l’application mobile « Djangui », qui permet de mettre en place des tontines en ligne.

C’est Jules Guilain Kenfack, un ingénieur camerounais installé en Allemagne, près de Stuttgart, et passionné d’informatique qui a conçu cette application, lassé des difficultés qu’il rencontrait lors des réunions familiales. « Les rapports qui avaient été rédigés pour les séances précédentes étaient perdus… tel membre disait qu’il avait cotisé alors que ce n’était pas le cas… ou il avait donné à une tierce personne qui avait oublié de donner à la réunion…» raconte Jules Guilain Kenfack.

Une gestion erratique des cotisations et des fonds qui l’ont incité à créer cette nouvelle application, « Djangui ». Un an de travail plus tard, l’application permet aux membres d’une tontine de s’organiser à distance : de chatter, de programmer des vidéo-conférences, de partager les rapports des réunions… et bien sûr, mettre en commun de l’argent, réparti ensuite par tirage au sort.

« Pour le tirage au sort, le système a besoin de la fréquence de réception, de connaître le nombre de personnes qui participent à la réunion… », et la prime versée, explique Jules Guilain Kenfack. A partir de toutes ces informations, le système procède au tirage au sort. Les utilisateurs reçoivent ensuite les fonds par le biais de plateformes de paiement en ligne et ce sont eux qui décident du montant des cotisations. L’application a déjà été téléchargée plus de 900 fois. RFI

 

Laisser un commentaire

*