Share
Donald a gagné son pari et Hillary a perdu son rêve…  Les dessous du scrutin présidentiel US 2016

Donald a gagné son pari et Hillary a perdu son rêve… Les dessous du scrutin présidentiel US 2016

Donald a gagné son pari et Hillary a perdu son rêve… Les dessous du scrutin présidentiel US 2016
Summary:
Le mardi 8 novembre 2016, – démocratie oblige ! –, le Peuple américain a tout à fait naturellement jeté son dévolu sur le Magnat de l’immobilier et, de surcroît, acteur de téléréalité Donald John Trump Sr. Cette élection du milliardaire new-yorkais qui défendait les couleurs du Grand Old Party, s’est réalisée aux dépens de la Démocrate Hillary Diane Rodham Clinton dont la campagne présidentielle a été sérieusement assombrie et bousculée par la ‘‘saga des emails’’. Force est cependant de reconnaître que cette victoire du Magnat de l’immobilier sur l’ex-première dame et ex-secrétaire d’État, – pourtant favorite en raison de son expérience politique et administrative avérée –, a été manifestement le résultat non pas d’un coup de pouce du Destin mais le fruit d’une féroce et intense bataille souterraine au sein de l’oligarchie américaine.

0%

Donald a gagné son pari et Hillary a perdu son rêve… Les dessous du scrutin présidentiel US 2016

 

Spectrographie d’une élection énigmatique

‘‘Le Peuple américain entre l’incertitude d’une révolution trompe-l’œil et la peur d’un avenir sombre’’

‘‘On ne ment jamais tant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse’’ Georges Clémenceau, Président du Conseil, France, 25 octobre 1906 – 20 juillet 1909

Le mardi 8 novembre 2016, – démocratie oblige ! –, le Peuple américain a tout à fait naturellement jeté son dévolu sur le Magnat de l’immobilier et, de surcroît, acteur de téléréalité Donald John Trump Sr. Cette élection du milliardaire new-yorkais qui défendait les couleurs du Grand Old Party, s’est réalisée aux dépens de la Démocrate Hillary Diane Rodham Clinton dont la campagne présidentielle a été sérieusement assombrie et bousculée par la ‘‘saga des emails’’. Force est cependant de reconnaître que cette victoire du Magnat de l’immobilier sur l’ex-première dame et ex-secrétaire d’État, – pourtant favorite en raison de son expérience politique et administrative avérée –, a été manifestement le résultat non pas d’un coup de pouce du Destin mais le fruit d’une féroce et intense bataille souterraine au sein de l’oligarchie américaine.

Chose sûre et certaine, la victoire électorale du Républicain Donald John Trump Sr résulte d’une escroquerie politique savamment orchestrée consistant à le présenter aux yeux de l’Opinion publique nationale et internationale comme un ‘‘personnage nouveau’’ et, surtout, un ‘‘personnage antisystème’’. Ce qui est, en réalité, totalement faux. En effet, le nouveau président élu est, en fait, un habitué de la sphère politique. Il a toujours gravité autour de l’univers politique en tant que contributeur financier. Il présente, assurément, cette particularité et cette singularité d’avoir même financé les deux partis politiques dominants des États-Unis d’Amérique. À savoir : le ‘‘Parti républicain’’, autrement désigné ‘‘Grand Old Party’’ (GOP), ou parti de l’Éléphant et le ‘‘Parti démocrate’’ ou parti de l’Âne.

Au cours de la campagne présidentielle l’opposant à Hillary Diane Rodham Clinton, le Magnat de l’immobilier et non moins milliardaire new-yorkais Donald John Trump Sr s’est affiché comme un ‘‘candidat anti-Wall Street’’. Cependant, importe-t-il de noter, celui-ci a, toujours, fait ‘‘la promotion de 500 plus grandes entreprises américaines cotées sur les parquets boursiers ou la place financière de New York (S & P 500)’’. À cet égard, fait largement foi sa fameuse publicité en vue de mousser la compagnie de télécommunication ACN et, par conséquent, saluer les performances économiques et financières de ladite société. À cette époque, celle-ci connaissait, sur le terrain, une expansion fort fulgurante.

Ce qui est sûr et certain, au cours de cette campagne électorale pourtant décisive, l’homme d’affaires Donald John Trump Sr est devenu subitement économe. Pour ne pas dire pingre. Celui-ci s’est, à vrai dire, réservé de dépenser beaucoup d’argent qui est, en principe, le nerf de la guerre lors d’un scrutin électoral. En revanche, c’est là le hic, il a curieusement bénéficié d’une publicité gratuite de la part des entreprises de presse qu’il a pourtant accusées de comploter contre sa campagne et, surtout, son élection à la tête des États-Unis d’Amérique. Il convient de souligner que cette part d’économie, c’est-à-dire des dépenses non engagées, est chiffrée, selon des sources autorisées et, de surcroît, dignes de bonne foi, à hauteur de ‘‘cent millions de dollars US’’.

Ce qui est absolument clair, les élections présidentielles américaines de 2016 sont l’œuvre du mensonge. Ceci est vrai des primaires dans les deux camps que du choix du président des États-Unis le mardi 8 novembre dernier. Il sied de mentionner que les gagnants des primaires tant démocrates que républicaines ont été primés sur la base des idées politiques subtilisées à leurs concurrents les plus redoutables.

Ainsi en est-il de Donald John Trump Sr. Ce milliardaire s’est largement imposé en piquant pratiquement le discours antisystème du Sénateur du Texas Ted Cruz qui bénéficiait pourtant de l’appui considérable de l’establishment républicain. Ainsi en est-il de l’ex-première dame et ex-secrétaire d’État Hillary Diane Rodham Clinton. Il y a lieu de rappeler que cette candidate démocrate a arnaqué le programme politique et électoral du Sénateur de Vermont Bernie Sanders fondé sur le rejet de l’élite aussi bien politique qu’économique et financière du pays. Sans compter que celle-ci a, de toute évidence, conspiré avec l’appareil administratif de son parti pour écarter son concurrent le plus sérieux.

Ce qui est clair, les élections présidentielles américaines de 2016 auront sans doute prouvé cette pensée politique de l’illustrissime prince italien Niccolò di Bernardo dei Macchiavelli, dit ‘‘Nicolas Machiavel’’ : ‘‘La fin justifie les moyens’’. Elles auront au moins démontré cette pensée politique chère au sénateur romain du 1er siècle, Gaius Sallustius Crispus, dit Salluste : ‘‘En politique, il n’y a pas de morale, mais la politique a sa propre morale’’.

Certes, le Peuple américain a parlé. Certes, la démocratie a dit le dernier mot. Donald John Trump Sr a été sacré champion de la présidentielle. Il a été couronné vainqueur d’une bataille aux multiples rebondissements. Mais, le plus grand perdant demeure, à toutes fins pratiques et utiles, le Peuple américain. Celui-ci est, en réalité, le dindon de la farce. Il s’est fait duper par son élite politique et économico-financière.

À preuve, une fois élu par le Peuple américain, Donald John Trump Sr a commencé à ‘‘nettoyer’’ progressivement ses promesses électorales de son site de campagne. Cet acteur de téléréalité a commencé pratiquer le Tango argentin. Il maîtrise tellement bien sa chorégraphie qu’il a commencé à revenir petit à petit sur ses engagements électoraux.

Parmi ses promesses les plus en vue, il n’est d’ailleurs plus question de refuser aux Croyants musulmans l’entrée sur le territoire des États-Unis d’Amérique. En fait, il n’est maintenant plus question que d’exercer sur eux un contrôle poussé. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Personne n’est en mesure d’y répondre avec clarté.

À preuve, il n’est plus question du tout d’abolir complètement ‘‘Obamacare’’. Donc, il n’est dorénavant plus question que d’amender certaines de ses dispositions. Force est d’admettre que cette loi sociale permet, en réalité, aux plus démunis de la société américaine de bénéficier d’une couverture médicale.

Une chose est sûre et certaine, Donald John Trump Sr a visiblement trop promis. En avait-il réellement conscience ? Il n’y a que lui que pour répondre à cette question. En effet, jouant cette fois-ci son propre rôle comme dans une série de téléréalité à saveur politique et démocratique, le candidat républicain est pratiquement allé au-delà de toute promesse raisonnable. Il a, certes, suscité des espoirs qu’il ne peut pas se permettre de décevoir sous quelque motif que ce soit.

En d’autres termes, le président élu Donald John Trump Sr a-t-il fait des promesses qui sont, par nature, difficilement réalisables ?

Ce qui est clair, le candidat républicain Donald John Trump Sr a promis le retour des emplois délocalisés aux États-Unis d’Amérique. Et, tout le monde sait parfaitement bien que le coût de production manufacturière est très élevé au pays de l’Oncle Sam. Ceci a pour corollaire immédiat la cherté des prix liés aux biens de consommation. Par conséquent, comment procédera-t-il au retour de ces emplois d’ailleurs au cœur de la grogne populaire tout en garantissant des prix très bas et une consommation toujours en expansion ?

Ce qui est clair, le candidat républicain Donald John Trump Sr a, tout à fait, promis le retour inéluctable des emplois, notamment dans bon nombre de régions laminées par la crise économique et sociale en raison de la fermeture des sites industriels essentiellement basés sur le modèle économique du XIXe et du début du XXe siècle. Par exemple : ‘‘les mines d’extraction du charbon’’. En d’autres termes, toutes ces régions subiront-elles une reconversion industrielle ? Connaîtront-elles la relance de leurs activités d’antan ?

Ce qui est clair, le champion républicain a nettement promis la baisse d’impôts aussi bien des entreprises que des particuliers. Ceci constitue une baisse de recettes pour l’administration fédérale. Toute la question est de savoir par quoi il compensera ce manque à gagner dans la mesure où cette opération budgétaire consistera à creuser les déficits publics.

Aussi le vainqueur des élections présidentielles américaines de 2016 a-t-il promis de relancer l’économie par les grands travaux d’infrastructures. Ce qui constitue en réalité une augmentation substantielle des dépenses. Toute la question est de savoir avec quels types de financements ces opérations seront réalisées. À cet égard, l’État fédéral tournera-t-il à fond la planche à billets ? Sera-t-il vraiment porté à s’endetter davantage auprès des banques ?

Chose certaine, avec le Républicain Donald John Trump Sr aux manettes, les États-Unis d’Amérique amorcent, sans l’ombre d’un seul doute, un retour au [Reaganisme] très cher au feu Ronald Wilson Reagan. Cette idéologie économique, très en vogue dans les années quatre-vingts, repose essentiellement sur l’endettement sans limite du pays auprès des banques de crédit et d’investissement, sur la force du dollar sur les marchés de change. Force est d’ailleurs de constater que l’équipe de ce champion républicain est, certes, composée d’anciens conseillers de Ronald Wilson Reagan.

Chose certaine, les Républicains sont, par nature, libre-échangistes. Or le prochain Congrès, tout comme l’actuel, est dominé par des Républicains libre-échangistes. Le président élu Donald John Trump Sr ira-t-il à l’encontre de cette idéologie imprimée dans leur ADN au risque de s’aliéner des soutiens politiques importants au sein des institutions publiques du pays ? Qui vivra verra !

Par ailleurs, depuis la proclamation réelle des résultats électoraux, la contestation du scrutin présidentiel ayant consacré la victoire du milliardaire Donald John Trump Sr a visiblement pris des proportions sans précédent. Ce mouvement est, tout à fait, perceptible dans les grandes villes. Cette vague qui ne faiblit point pour l’instant, est animée par des jeunes, de surcroît élèves du lycée et étudiants du cursus collégial et universitaire.

Ce mouvement juvénile anti-Trump dénonce très ouvertement les incongruités d’un système politique qui a laissé passer à travers les mailles du filet un individu dont le discours est manifestement raciste et xénophobe. Il ne cesse de fustiger un système démocratique qui a couronné un individu dont l’idéologie est profondément fasciste, sexiste. Donc, un discours qui constitue concrètement une rupture de digue donnant indéniablement libre cours à l’extrémisme le plus abject.

Joël Asher Lévy-Cohen

Journaliste indépendant

Laisser un commentaire