Share
Effet dévastateur loi Trump sur l’immigration: le Canada s’organise face à la hausse des demandes d’asile à sa frontière

Effet dévastateur loi Trump sur l’immigration: le Canada s’organise face à la hausse des demandes d’asile à sa frontière

Effet dévastateur loi Trump sur l’immigration: le Canada s’organise face à la hausse des demandes d’asile à sa frontière
Summary:
La police canadienne a annoncé lundi un renforcement de sa présence à la frontière québécoise pour faire face à l'arrivée d'un nombre grandissant de demandeurs d'asile des Etats-Unis. Des dizaines de réfugiés ont traversé illégalement la frontière ces dernières semaines.

0%

Effet dévastateur loi Trump sur l'immigration: le Canada s'organise face à la hausse des demandes d'asile à sa frontière

La police canadienne a annoncé lundi un renforcement de sa présence à la frontière québécoise pour faire face à l’arrivée d’un nombre grandissant de demandeurs d’asile des Etats-Unis.

Des dizaines de réfugiés ont traversé illégalement la frontière ces dernières semaines.

L’agence des services frontaliers du Canada (CBSA) a converti un sous-sol inutilisé en centre de traitement des demandes d’asile. La gendarmerie royale du Canada et l’agence dépêchent pour leur part dans la province de Québec des agents supplémentaires.

Plus que doublé en un an

L’agence a précisé que le nombre de demandes d’asile déposées à des postes-frontières québécois avait plus que doublé entre 2015 et 2016, alors que l’administration du président américain Donald Trump durcit ses directives sur l’immigration illégale.

Le mois dernier, 452 personnes ont déposé des demandes, contre 137 en janvier 2016.

Des kilomètres de frontières

Le Québec partage une frontière avec les Etats américains de New York, du Vermont, du New Hampshire et du Maine. La province canadienne du Manitoba, plus à l’ouest, voit également augmenter les arrivées à sa frontière avec le Dakota du Nord et le Minnesota.

Les migrants arrivent souvent après plusieurs heures de traversée illégale dans la neige, tandis qu’au Québec, des taxis américains déposent les demandeurs d’asile à quelques mètres de la frontière, précise l’agence.

Les réfugiés entreprennent la traversée illégalement, car en vertu d’un accord sur les pays tiers sûrs, le Canada doit renvoyer les personnes ayant déposé une première demande d’asile sur le sol américain, qui arrivent à des postes-frontières officiels.

Un Canadien sur quatre soutient la politique de Donald Trump

Un sondage publié lundi révèle qu’un Canadien sur quatre serait favorable à une restriction de l’immigration au Canada similaire à celle promue par Donald Trump aux Etats-Unis.

Entre novembre 2015 et février 2016, l’opinion publique avait évolué en faveur des politiques d’accueil des réfugiés, mais les récentes arrivées de migrants illégaux en provenance des États-Unis pourraient montrer “les limites de combien de migrants les Canadiens veulent accepter”, selon le communiqué de l’institut Angus Reid, à l’origine du sondage. ATS

Laisser un commentaire