Share
En l’absence d’observateurs internationaux en Mauritanie: l’opposition craint des élections “non transparentes”

En l’absence d’observateurs internationaux en Mauritanie: l’opposition craint des élections “non transparentes”

L’opposition mauritanienne a exprimé, mardi, ses craintes sur la tenue d’élections locales et législatives « non transparentes ». 
Cette position intervient après l’annonce du parti au pouvoir, indiquant que les observateurs internationaux n’ont pas été invités pour contrôler les élections. 

En l’absence d’observateurs internationaux en Mauritanie: l’opposition craint des élections “non transparentes”
Summary:
L’opposition mauritanienne a exprimé, mardi, ses craintes sur la tenue d’élections locales et législatives « non transparentes ».  Cette position intervient après l’annonce du parti au pouvoir, indiquant que les observateurs internationaux n’ont pas été invités pour contrôler les élections. 

0%

En l’absence d’observateurs internationaux en Mauritanie: l’opposition craint des élections "non transparentes"

User Rating: 0 (0 votes)

L’opposition mauritanienne a exprimé, mardi, ses craintes sur la tenue d’élections locales et législatives « non transparentes ».
Cette position intervient après l’annonce du parti au pouvoir, indiquant que les observateurs internationaux n’ont pas été invités pour contrôler les élections.

Sidi Mohamed Ould Maham, président de l’Union Pour la République (UPR), parti au pouvoir en Mauritanie, avait indiqué, dimanche dans un post sur « Twitter », que son pays « n’invitera pas des observateurs internationaux pour les élections, prévues cette année ».

« Nous avons confiance en notre système électoral, mais, nous ne les empêcherons pas au cas où ils voudraient être présents », avait-il souligné.

En réponse à cette déclaration, le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), la plus importante coalition de l’opposition (composée de 14 partis politiques), a indiqué que cela prouve « l’intention des autorités de gérer les élections dans l’obscurité ».

Le FNDU a souligné, dans un communiqué dont Anadolu a eu copie, que les autorités envisagent de manipuler toutes les étapes du processus électoral.

Le communiqué ajoute qu’en plus de l’absence des observateurs, l’opposition a été exclue de la commission indépendante des élections, qui supervisera le processus.

La coalition de l’opposition a, d’autre part, appelé « toutes les forces démocratiques à s’unir et à être solidaires pour tenir des élections consensuelles, qui empêcheront le pays d’être manipulé suivant la volonté et les agendas unilatéraux de l’Autorité ».

Les élections locales et législatives en Mauritanie sont prévues pour le troisième trimestre de l’année courante, tandis que l’élection présidentielle sera tenue vers la mi-2019.

La coalition de l’opposition avait annoncé, samedi dernier, sa décision de participer aux prochaines élections.

La Présidence mauritanienne avait, précédemment, annoncé la composition de la commission électorale indépendante.

Les partis de l’opposition ont considéré cette commission comme étant « illégale », vu qu’elle a été formée sans la consulter.

Cependant, le porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh, a assuré que le président du pays, Mohamed Ould Abdel Aziz, n’avait pas désigné des personnalités proches de lui pour former la commission.

« La commission est formée, à moitiés égales, par les partis au pouvoir et par les partis de l’opposition », a-t-il précisé.

Laisser un commentaire